Les secteurs de la santé et de l’éduction en grève

0
296

Les secteurs nigériens de la santé et de l’éducation seront paralysés jeudi et vendredi sur l’ensemble du territoire national, avec une série de grèves des agents de ces deux secteurs vitaux, pour exiger du gouvernement le respect de ses engagements relatifs à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Le Syndicat Unique des Agents de la Santé et de l’Action Social (SUSAS) a appelé ses militants à observer cette grève de 48 heures, avec service minimum, à partir de jeudi, pour protester contre le non respect par la partie gouvernementale, du protocole d’accord signé en décembre dernier relatif, entre autres, à l’application d’une nouvelle grille salariale spéciale au profit de leur corps.

Pour le Secrétaire Général du SUSAS, M. Baoubaoua Boubacar, « il ne s’agit là que d’une grève préventive ; si toutefois, le gouvernement ne nous donne pas satisfaction en adoptant le décret d’application de cette nouvelle grille pour que les avantages soient pris en compte dans le salaire de février, d’autres grèves suivront, cette fois-ci, plus dures ».

De leur coté, le collectif des syndicats d’enseignants associé à la coordination nationale des enseignants contractuels et fonctionnaires de l’éducation, qui projettent de « déposer la craie » pour les journées de jeudi et vendredi, entendent également exiger du gouvernement le respect des engagements pris dans un protocole d’accord signé en fin décembre passé avec le collectif.

Ce protocole porte notamment sur la question salariale, les régimes indemnitaires et la gestion de la carrière des enseignants, ainsi que la cessation de toutes les formes d’intimidation et d’abus à l’encontre de leurs militants.

Les enseignants contractuels, qui composent 85% de l’effectif général des enseignants du Niger, exigent, quant à eux, la finalisation du recrutement sans concours des enseignants contractuels à la fonction publique au titre de l’année 2010 et le recrutement dans les meilleurs délais, et en toute transparence, de plusieurs dizaines de leurs camarades, en attente, à la fonction publique nigérienne au titre de l’année en cours.

Selon M. Chaibou Dambadji, membre du collectif, cette grève des enseignants sera appuyée d’une marche pacifique vendredi à travers les artères de la capitale, à laquelle prendront part les militants des 27 syndicats que compte le secteur de l’éducation au Niger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here