Maradi: Le Président Issoufou lance une serie de travaux

0
217

Après l’étape de Maradi où il a procédé au lancement des travaux de  reconstruction du marché central de la ville, le Président de la République, Chef de l’Etat, a mis le cap sur le département de Guidan Roumdji. Dans cette localité SEM. Issoufou Mahamadou, a présidé la cérémonie de lancement officiel des travaux de réhabilitation de l’axe routier Tsernaoua-Madaoua-Guidan Roumdji. Et la mobilisation des populations était à la hauteur de leurs attentes relativement à ce projet.

Tout au long des 50 km du parcours séparant les deux collectivités, les populations des villages environnants sont massivement sorties pour saluer le Président de la République et sa délégation.

La délégation a été accueillie à l’entrée de la commune de Guidan Roumdji par les autorités locales. Sur le site, c’est une mobilisation exceptionnelle qui attendait les officiels. Les populations ont bravé la chaleur et la poussière pour réserver un accueil de grand jour au Chef de l’Etat. Ce projet était longtemps attendu des populations. En effet, la dégradation très avancée du tronçon Tsernaoua-Madaoua-Guidan Roumdji entrave significativement le trafic routier et les échanges commerciaux dans cette zone.

La réhabilitation concernera une distance totale de 178 km pour un montant de plus de 38 milliards de francs CFA, dont un (1) milliard 445 millions de francs CFA pour le contrôle et la supervision. Les travaux sont divisés en deux (2) lots attribués à deux (2) sociétés suite à un avis d’appel d’offres international. Ainsi le tronçon Tsernaoua-Madaoua, long de 71 km sera réhabilité par la Société SOGEA-SATOM alors que la Compagnie Sahélienne d’Entreprise (CSE) se chargera de la réhabilitation des 107 km reliant Madaoua à Guidan Roumdji. Ces travaux sont entièrement financés par l’Union Européenne sur les fonds du 10ème FED sous forme de subvention. La durée d’exécution des travaux est de 20 mois.

Dans son discours de lancement des travaux, le ministre de l’Equipement, M. Kalla Ankouraou s’est réjoui de cette décision du Chef de l’Etat, qui vient corriger une situation de laisser aller.

«Il n’y a pas décision plus salutaire que la réhabilitation de cet acte routier victime d’un abandon criminel de la part de ceux qui, aujourd’hui, ont beaucoup de choses sur la conscience » a indiqué M. Kalla Ankouraou. Les retombées économiques de ce tronçon ne sont plus à démontrer. ‘’Mais au-delà de l’impulsion du développement économique, la réalisation de ce projet témoigne éloquemment de la volonté des hautes autorités de la 7ème République de préserver notre patrimoine routier national, pour lequel tant de milliards ont été investis » a ajouté le ministre de l’Equipement. M. Kalla Ankouraou a cependant déploré que le lancement des travaux similaires pour les tronçons Zinder-Magaria-Frontière du Nigeria et Mirriah-Gouré-Guidiguir ne soit effectué en même temps.

‘’Certains compatriotes, et pas des moindres, ont choisi de compromettre la réalisation immédiate de ce projet. Ainsi, les populations qui attendaient tant la réhabilitation de ces routes doivent encore continuer à vivre leur calvaire pendant plusieurs mois » a-t-il affirmé. Toutefois, M. Kalla Ankouraou a annoncé le démarrage au cours du prochain trimestre des travaux de bitumage des tronçons Badaguichiri-Moujia, Filingué-Tahoua, Diffa- N’Guigmi-Frontière du Tchad, ainsi que de l’Avenue de l’Ader et de l’Azawak dans la communauté urbaine de Niamey, soit une distance de plus de 400 km. ‘’Nous venons ainsi administrer une preuve supplémentaire de sacrifice, de bonne gouvernance et de patriotisme » devait-il ajouter.

Pour sa part, le Chef de la Délégation de l’Union Européenne a rappelé que le soutien de l’Union Européenne au secteur des infrastructures routières ne date pas d’aujourd’hui. ‘’Depuis le 8ème FED, plus de 160 milliards de francs CFA ont été investis et 1450 km de route ont bénéficié des financements de l’UE » a déclaré M. Hans Peter Schadek. Cependant, le Chef de la Délégation de l’Union Européenne a relevé deux (2) défis majeurs qui se posent au secteur des infrastructures routières. Il s’agit de la problématique du financement de l’entretien routier et la surcharge à l’essieu. ‘’Les ressources de la CAFER sont nettement inférieurs aux besoins globaux en entretien routier d’une part et de l’autre, il existe encore des tronçons qui ne sont pas dotés de poste de pesage » a indiqué  M. Hans Peter Scadek. Le Chef de la délégation de l’Union Européenne a souligné la nécessité de mettre en exécution les mécanismes permettant de mobiliser plus de ressources pour l’entretien routier et de stopper le phénomène de la surcharge à l’essieu. ‘’C’est la voie pour la pérennisation des financements consentis par les différents partenaires »  a-t-il dit.

Auparavant, le Préfet de Guidan Roumdji s’est réjoui du démarrage de ce projet. M. Amadou Harouna a exprimé la gratitude des populations au Chef de l’Etat et aux autorités de la 7ème République pour avoir songé à ce projet. Le Préfet de Guidan Roumdji a évoqué les importants appuis reçus par son entité dans le cadre de la mise en œuvre des différents volets du Programme d’urgence du Chef de l’Etat. ‘’Ces appuis permettront aux populations de faire face aux défis de l’insécurité alimentaire qui tend à devenir chronique dans notre pays » a-t-il affirmé.

Après ces allocutions, le Chef de l’Etat et le Chef de la Délégation de l’UE ont dévoilé la plaque du projet. Mais le moment tant attendu par les populations a été le coup d’envoi des travaux. Et c’est sous une vive acclamation que le Président Issoufou Mahamadou a donné le premier coup de Grader. Par la suite, le Chef de l’Etat a visité le magasin de l’OPVN de Guidan Roumdji où, il a constaté de lui-même la disponibilité des stocks de mil et de sorgho

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here