Meeting ARDR: Des dénonciations acerbes contre le régime Issoufou

0
525
ardrmeeting

ardrmeeting

Les partis membres de l’opposition politique nigérienne, regroupés au sein de l’Alliance pour la réconciliation, la démocratie et la République (ARDR) ont organisé, ce jour 28 décembre 2013, un imposant meeting à la Place de la concertation de Niamey.

Cette manifestation est la plus grande activité organisée par l’opposition politique depuis sa création, consécutive à l’arrivée du parti Lumana Fa de Hama Amadou qui a quitté la Mouvance présidentielle pour l’opposition. Elle intervient également après la suspension par la Cour d’Etat du message-radio du ministre de l’intérieur qui interdit toute manifestation publique de l’opposition partout sur le territoire national. Le moment phare de ce meeting a été l’allocution prononcée par le chef de file de l’opposition, Seini Oumarou qui, dans son adresse aux militants venus nombreux, a fustigé et dénoncé « la mauvaise gouvernance, le détournement des deniers publics, le favoritisme, la tentative d’instaurer une pensée unique à tous les nigériens, la dictature, les violations répétées de la Constitution, l’atteinte à la cohésion sociale, la division au sein des partis politiques, le complot avec des intérêts étrangers pour spolier les ressources de l’Etat, etc.). Ce sont les maîtres mots qui ont caractérisés le discours du chef de file de l’opposition qui a également tenu à informer les militants du complot ourdi que le régime Issoufou est entrain de mettre en œuvre, celui de créer les conditions pour un passage en force aux élections présidentielles de 2016. Selon Seini Oumarou, pour ce faire, « une bagatelle somme de 125 milliards de Fcfa qui constitue pour le régime Issoufou un trésor de guerre a été dégagée, avec pour objectif, d’acheter et débaucher les militants d’autres partis politiques afin que ces derniers servent de prétexte à la victoire de Issoufou en 2016 qui compte se faire élire dès le premier tour à 60% des voix». Il ajoute aussi que « 10 millions de Fcfa sont mensuellement attribués aux leaders des partis membres de la Mouvance présidentielle pour que ces derniers renoncent à se présenter à la présidentielle de 2016 et laisser libre champs à Issoufou». Sur toute la ligne, le discours du chef de file de l’opposition a été la dénonciation de tous les maux qui caractérisent la gestion du pouvoir d’Etat par le régime Issoufou. Les interventions des présidents Mahamane Ousmane du parti CDS-Rahama et Hama Amadou du Moden Fa Lumana ont également abondé dans le même sens, dénonçant les mauvaises pratiques, devenues « la règle de gouvernance pour le régime actuel ». A ce niveau, ils n’ont pas manqué de rappeler aux militants le processus de la formation du gouvernement d’union nationale et son échec, les tentatives du régime à diviser les partis politiques de l’opposition pour les affaiblir avant 2016, la main basse sur les biens publics et les violations de la Constitution par le président Issoufou malgré son serment coranique. Pour tout cela, les leaders de l’ARDR ont appelé leurs militants à se mobiliser pour faire échec à l’entreprise de Issoufou.

28 décembre 2013 Publié le 28 décembre 2013

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here