Le Président Issoufou, un danger pour la démocratie dixit l’opposition

0
1640

Les partis politiques membres de l’opposition politique nigérienne regroupés au sein de l’Alliance pour la Réconciliation, la Démocratie et la République (ARDR) et le Front pour la Défense, de la Justice et de la Démocratie (FDJD) se sont réunis lundi 10 Février 2014, à l’effet d’examiner la situation sociopolitique de notre pays en général, et celle née des actes et propos dilatoires et irresponsables tenus par le Ministre de l’intérieur le sieur Massoudou Hassoumi, bras armé du guri système .

Au moment où des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont menacés de famine et de malnutrition,

Au moment où le monde scolaire et estudiantin et leur corps enseignant attendent impatiemment de solutions à leurs préoccupations légitimes,

Au moment où le système sanitaire qui est complètement en déliquescence attend une réaction appropriée de l’État,

Au moment où les nigériens attendent les conclusions des négociations sur le contrat minier liant le groupe nucléaire français AREVA et le Niger,

Au moment où l’audit de la transition militaire devient une exigence nationale,

Nous apprenons le mercredi 4 février 2014 sur les ondes d’une radio internationale relayée par les médias d’Etat des propos provocateurs très graves et haineux tenus par le ministre de l’intérieur le sieur Massoudou Hassoumi

En effet, ce dernier accuse lâchement et avec mépris Messieurs Hama Amadou Président de MODEN/FA-LUMANA AFRICA, Président de l’Assemblée Nationale et Seini Oumarou Président du MNSD-NASSARA, Chef de file de l’Opposition politique, de complot et d’ethnocentrisme.

L’opposition politique constate avec indignation, la persistance aveugle et irresponsable du régime du Président Issoufou Mahamadou, à opposer les Nigériens aux Nigériens et à imposer une pensée unique, sous le voile d’une dictature en pleine gestation, véritable menace dangereuse pour la stabilité politique et institutionnelle de notre pays. D’ailleurs, c’est cette volonté d’imposer une pensée unique qui justifie les arrestations arbitraires des journalistes, des acteurs de la société civile et des militants des partis politiques de l’opposition.

Militantes et militants

Le mal dont souffre aujourd’hui le Niger, c’est d’avoir aux commandes de l’Etat des individus sans scrupules qui semblent jusqu’à ignorer leurs rôles et leurs obligations dans la gestion des affaires publiques et la nécessaire sauvegarde des relations paisibles avec les pays voisins.

Des individus, tels que Bazoum Mohamed et Massoudou Hassoumi dépourvus de toute assise électorale, parvenus aux affaires à la faveur de la démocratie qui veulent s’en saisir pour instaurer un régime totalitaire et stalinien où les élections ne seront que des simples formalités administratives.

En réalité, la démarche du Ministre Massoudou n’est point anodine. Elle s’inscrit dans une logique déjà programmée par les tenants du pouvoir et que l’opposition a déjà dénoncé. Cette logique n’est autre que celle de la diversion, de la provocation permanente, visant surtout à abattre les leaders de l’opposition politique qui constituent l’obstacle majeur pour un passage en force en 2016.

C’est dans cette logique que s’inscrit son message radio interdisant toute manifestation de l’opposition politique.

C’est dans cette même logique encore que par lettre en date du 21 novembre 2013 adressée au bureau politique de CDS RAHAMA, Massoudou intima l’ordre au CDS RAHAMA d’organiser un congrès dans les 48 heures sous peine d’être suspendu. Tout le monde sait que le procès de CDS est clos par une décision de justice devenue définitive, irrévocable et exécutoire qui s’impose aux citoyens et au pouvoir public comme le stipule l’article 117 de la constitution.

C’est toujours dans cette même logique que le bras armé du GURI SYSTEM agite les épouvantails d’une manipulation de l’Armée, l’ethnocentrisme, la haine ethnique et le régionalisme.

Parvenu au carrefour des impasses, le pouvoir actuel a lamentablement échoué. Incapable de trouver les voies de sortie des crises multiformes qui l’assaillent et rattrapé par toutes les conséquences négatives de sa gestion, il se sert d’expédients médiatiques comme recours ultimes, de mises en scène, de tentatives de déstabilisation des partis politiques et de verrouillage des institutions de la République.

Le régime dit de la «Renaissance » s’est engagé dans la démagogie, le montage de complots, le jet de discrédit sur les leaders de l’opposition politique nigérienne.

La bande des thuriféraires du Président de la République Mahamadou Issoufou, en perpétuel renouvellement à coup de déclarations, de reniement et de ralliement est une preuve éloquente d’une dérive dictatoriale et despotique propre à un régime en mal de légitimité, atteint de paranoïa et susceptible de conduire notre pays dans le chaos total.

Le Président Issoufou Mahamadou a-t-il oublié que ce sont les voix de celui-là même qu’il qualifie aujourd’hui d’ethno régionaliste qui lui ont permis d’accéder à la magistrature suprême du Niger ?

Faut- il rappeler au Président Issoufou les propos de certains de ses courtisans dont il doit se souvenir des noms ?

Où était-il quand certains, qui ont rejoint son parti, ont demandé sur des média audio-visuels à tous les militants des autres partis politiques, ressortissants de TAHOUA de quitter leurs partis respectifs pour rejoindre le PNDS : Tels que ADAMOU NAMATA à Konni lors de son ralliement au PNDS et ALBADE ABOUBA justifiant son soutien au Président ISSOUFOU du fait qu’ils sont de la même région ?

Où étaient BAZOUM et MASSOUDOU quand ceux-ci et bien d’autres ont dit qu’ils sont avec Issoufou parce qu’ils sont de la même région que lui et, qu’elle a été leur réaction ?

Où étaient-ils BAZOUM et MASSOUDOU quand ISSOUFOU lui-même disait à l’endroit des populations de Tahoua « GUNTUN GATARIN KA YAHI SARI KA BANI ».

Nous pensons sincèrement, nous à l’opposition, que BAZOUM et MASSOUDOU doivent avoir un peu de pudeur pour parler d’ethnocentrisme et de régionalisme.

Militantes et militants

Jamais de mémoire d’hommes, notre pays n’a connu une telle dérive où ce sont les tenants du pouvoir qui encouragent la corruption au plus haut sommet de l’Etat. L’opposition politique, sur la base des preuves consolidées et irréfutables, peut dire que c’est le Président Issoufou lui-même, qui cultive la corruption et l’achat de conscience avec les moyens de l’État, instituant ainsi une « démocratie du portefeuille ».

Jamais de mémoire des nigériens, on n’a assisté à autant de violations de la Constitution, des lois et règlements de la République, à une institutionnalisation de l’impunité, devenue mode de promotion politique et critère d’accès aux hautes fonctions de l’Etat et bien d’autres, le tout sur fond d’instrumentalisation des média publics et de certains média privés.

Comment comprendre que le cabinet de Issoufou soit transformé en refuge de délinquants criminels financiers et économiques. Le dernier en date est le cas de Morou Kakoyé, Maire de Tillabéry nommé Conseiller spécial au cabinet de Issoufou après avoir détourné des fonds public en se substituant à l’Etat par le changement d’intitulé du compte devant recueillir les fonds de l’opération vaches laitières. Ce compte intitulé « vaches laitières » va prendre le nom de compte « Morou Kaboyé » et ce en plus sous sa seule et unique signature remplaçant de facto la double signature censée autoriser les mouvements sur ce compte.

Issoufou Mahamadou est devenu le Président d’un clan, à la fois recruteur des militants des autres partis, démarcheur, spécialiste en blanchiment de « personnes recalées » et concasseur des partis politiques, institutions constitutionnelles ; bref un vrai « Dillali » des temps modernes.

L’opposition Nigérienne prend à témoin l’opinion Nationale et Internationale du danger que représentent Massoudou Hassoumi pour la République et Issoufou Mahamadou pour la démocratie.

C’est pourquoi l’opposition politique considère que Massoudou Hassoumi n’est plus digne d’être Ministre de la République

En attendant que le Président de la République le fasse démissionner, l’opposition politique tout en apportant son soutien aux Présidents Seini Oumarou et Hama Amadou les encourage dans leur démarche à traduire Massoudou Hassoumi devant les tribunaux

Par conséquent, l’opposition politique nigérienne demande à tous ses militantes et militants et tous ses sympathisantes et sympathisants ainsi qu’à tous les patriotes et démocrates sincères à se tenir prêts pour les mots d’ordre à venir afin de défendre l’Unité Nationale, la Paix, la Démocratie et la République.

Vive la démocratie

Vive l’opposition nigérienne

Vive la République

Que Dieu Bénisse le Niger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here