Niamey : il tue 3 gardes pendant l’évasion

0
119

Nous sommes à Niamey du Niger en ce mois d’Aout de fortes pluies. Le ciel d’un gris sombre ce samedi

, aucun rayon de soleil ne filtre, le temps chaud, lourd ; tout semble calme dans ce quartier dit maisons économiques où se dresse une forteresse・@: la prison civile de Niamey .

Un camp  pénitentiaire construit pendant la période coloniale avec des murs en pierre de 5m et d’une  superficie d’environ 3000m

2  avec des milliers de détenus repartis en plusieurs quartiers et où se côtoient  différents bandits de tout acabit : du voleur de téléphone portable au criminel aux nerfs d’acier.

Dans cette prison un pensionnaire nous intéresse, le nommé Cheiba,  la quarantaine, écroué pour enlèvement et assassinat de deux ressortissants  saoudiens, enlèvement et assassinat d’un citoyen américain , vol de voitures 4X4

・@; trafic de drogue, contrebande de cigarettes , trafic d’armes. Un beau palmarès pour ce jeune touareg ressortissant des falaises des Ifogas (MALI).

Cheiba,  jeune et élégant , un bon preneur de thé, fume les cigarettes blondes et aime les gigots de mouton au four arrosé de lait.

Ce bandit hors-la-loi fera parler de lui sur toutes les TV, chaines de Radio. Le citoyen Lamda n’en revient pas.  Comment un tel individu recherché par Interpol et toutes les polices, peut-il se retrouver á la prison de la capitale alors que le pays regorge de camps-pénaux de haute sécurité

・@?

La lassitude est un handicap dans tout corps de métier, ce qui profitera á Cheiba.

Il est 15h30 en ce samedi, c’est un véritable marché á la devanture de la prison. C’est pour des visites et des va et vient incessants, des appels par-ci, des appels par-la, des rires, des consolations bref un tohu-tohu généralisé dans cet établissement qui accueille des grands brigands loin d’être des enfants de cœur et paradoxalement avec une de sécurité distraite.

Garde sans arme ou garde jeune prés d’un enclos en grillage d’1 m de haut servant de haies où sont assis 2 gardes sans arme qui font office de secrétariat pour gérer les visites qui elles-mêmes ne se passent pas dans les règles.

_16h15mn gardes, faites  venir le détenu Cheiba, il a une visite.

_Accompagné de 3 autres co-détenus complices, Cheiba prit au dépourvu le pauvre garde NOMA chargé  de leur garde.

Il fut basculé, projeté au sol et désarmé.

NOMA tenta en vain de maîtriser  Cheiba  et dans ce corps à corps, un coup partit qu’il reçut au cou.

La porte de la prison s’ouvrit, un garde courra pour venir voir ce qui se passe.

Lui aussi sera froidement abattu par des rafales qui fusent de partout, un autre garde est mortellement atteint ….

Le groupe de Cheiba prend le dessus sur les gardes et parvient à sortir de la maison d’arrêt.

Un véhicule 4X4 PU stationné à 30m démarra avec à son bord les 3 gangsters, dans la panique généralisée certains prisonniers, 24 au total, tous des  bandits recherchés qui attendent d’être jugés prennent la poudre d’escampette.

La psychose règne dans le quartier, des barricades dressées, des messages radio envoyés, des photos portraits partout, rien de rien, le groupe de cheiba malgré tout, comme par enchantement ; parvient à se volatiliser.

Des mois passent, Cheiba court toujours, la police nigérienne en dépit de ses faibles moyens est déterminée avec ses hommes efficaces en renseignement.

C’est ainsi qu’au mois de novembre, Cheiba finira par sortir de sa cachette pensant à un relâchement. Il tomba dans leurs filets dans un pays voisin.

Merci la police nigérienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here