Niger : Le président lssoufou menacé d’isolement

0
755

 

Sentiment d’insatisfaction sur les conditions de vie et la corruption.

 

Il avait été fêté comme un réformiste après son élection en 2011, un an après le coup d’Etat de 2010, et est apparu comme un modèle de stabilité durant la crise malienne. Mais aujourd’hui, le président Mahamadou Issoufou est en difficulté, alors que la tension politique monte.

 

Selon la police, 18 000 personnes ont assisté le 8 février au rassemblement organisé a Niamey par des partis favorables au président, en réponse aux manifestations anti lssoufou de décembre.

 

Evoquant des menaces contre la sécurité au Mali et au Nigeria voisins, et face à l’opposition de ses propres partisans, lssoufou, en août dernier, avait tenté de constituer un gouvernement d’union pour renforcer la stabilité politique. Son projet a échoué car le troisième parti le plus représenté au Parlement, le Mouvement démocratique nigérien (MoDen) lui a retiré son soutien.

 

Dirigé par l’ancien premier ministre Harna Amadou, le MoDen s’est allié à d’autres partis d’opposition pour constituer l’alliance pour la réconciliation, la démocratie et la république.

 

L’ARDR a accusé le gouvernement d’affaiblir la démocratie en interdisant les manifestations au prétexte de garantir la sécurité nationale.

 

Un tribunal a levé l’interdiction et les manifestations de décembre, organisées par I’ARDR, ont pris le gouvernement par surprise: 30000 personnes dans les rues ont dénoncé la faiblesse du niveau de vie.

 

Bras de fer avec la France

 

Le Niger est devenu producteur de pétrole fin 2011, ce qui a fait naître des espoirs. Mais les retombées se font attendre, tout comme cela avait déjà été le cas avec les mines d’uranium. Le géant français de l’uranium, Areva, exploite deux mines et est censé en développer une troisième.

 

Son permis de dix ans a expiré en 2013 et les deux parties sont en conflit sur les conditions de son renouvellement. Areva a suspendu la production sur les deux sites a la mi-décembre, officiellement pour des questions de maintenance même sil s’agit sans doute d’une décision tactique. La production n’a repris que début février.

 

L’uranium nigérien compte pour la moitié des recettes du pays à l’exportation et représente 40% de la production d’Areva. Peu après son élection, Issoufou a fait pression pour une hausse du prix de l’uranium, mais la France s’y est opposée en raison de la faiblesse des cours actuels.

 

Niamey souhaite une augmentation des royalties payées par Areva et la suppression d’une partie des exemptions fiscales dont bénéficie la société.

 

Le gouvernement avait autorisé les manifestations de décembre, mais a interdit celle contre le manque de transparence des négociations avec Areva. Les organisations de défense de la société civile critiquent aussi la censure croissante et les mesures d’intimidation contre les médias.

 

Après un débat télévisé, Quatre journalistes et deux militants ont été arrêtés, le27 janvier, et accusés d’insulter le président et de comploter contre l’Etat.

Issoufou souhaite de toute évidence préparer le terrain pour l’élection de 2016. S’il gagne dans ses négociations avec Areva, il sera en position favorable. Mais il est peu probable qu’une attitude intransigeante lui gagne la faveur des gouvernements étrangers qui financent le développement du pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here