Lancement des travaux de construction de la voie ferrée Benin- Niger

0
642

Le Président de la République Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou a lancé, lundi à la nouvelle gare ferroviaire de Niamey, les travaux de construction du chemin de fer Niamey-Dosso-Gaya.

 

Il s’agit d’un tronçon symbolique d’un kilomètre qui marque le début d’une longue connexion de rail et qui a suscité la présence des présidents de la République du Togo Faure Eyadema, du Bénin Yayi Boni et des représentants de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Nigéria.

 

En lançant ces travaux, le Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou a déclaré que cette cérémonie constitue un évènement historique majeur, parce qu’il « symbolise la réalisation d’un rêve, celui de voir notre pays si fortement enclavé, relié à la mer par chemin de fer, dont l’aventure a démarré au début du 20e siècle et interrompue en 1936, il y a de cela 78 ans ».

 

Aujourd’hui, « nous avons décidé de relancer ce vieux projet qui touche cinq Etats d’Afrique de l’ouest qui sont le Benin, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’ivoire et le Togo, ce qui implique pour réussir, de prendre en compte les intérêts et les priorités divers et de faire montre de qualité d’organisation et de concertation particulièrement aiguisée », a soutenu le Chef de l’Etat.

 

Avec ses quelque 3000 km de voie ferrée dont plus de 1200 à poser ex-nihilo et plus de 1800 km à rénover avec une organisation complète à mettre en place, « ce projet ambitieux présente plusieurs aspects hors de commun qui concerne d’abord un type d’infrastructure qui depuis plusieurs décades, a été souvent repoussé voire critiqué par les principaux partenaires financiers internationaux de l’Afrique et en conséquence faisait plutôt fuir les investisseurs » a indiqué le Président de la République.

 

Malgré l’accumulation des obstacles, la réunion de fin 2011 de Niamey a montré combien la boucle ferroviaire proposée, rejoignait également plusieurs objectifs majeurs du Bénin, du Burkina, de la Côte d’ivoire, du Niger et du Togo.

 

Moins de 30 mois après le défi que « nous nous sommes lancé, il est agréable de constater que d’importantes avancées ont été réalisées », s’est-réjoui le Chef de l’Etat.

C’est ainsi que le 7 novembre 2013 à Cotonou, au Benin, a été signé un protocole d’accord entre les Etats du Benin et du Niger d’un côté et le groupe Bolloré de l’autre en vue de la réhabilitation du tronçon Cotonou-Parakou, et de la pose de nouveaux rails entre Parakou et Niamey, en passant par Dosso.

 

Ce protocole prévoit, pour la réalisation et la gestion du projet, la mise en place d’une société avec comme actionnaires, les deux Etats, les privés des deux pays et le groupe Bolloré auxquels il est confié le rôle d’opérateur.

 

A l’endroit justement du président du groupe Bolloré, le Chef de l’Etat nigérien a assuré que « notre projet est entre de bonnes mains, car le groupe connaît bien l’Afrique particulièrement l’Afrique de l’ouest pour y avoir développé avec succès et depuis longtemps, des activités importantes et diversifiées principalement centrées sur le transport et ses secteurs annexes ».

 

Le président du groupe Bolloré, Vincent Bolloré a pour sa part, salué l’initiative du Président de la République du Niger « qui a voulu la réalisation de ce tronçon et qui a fait appel à nos compétences ; il a certainement été informé par ses pairs béninois et togolais avec qui nous avons plusieurs accords »

 

Il a surtout salué « l’apport des équipes techniques du Cameroun, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire qui nous ont aidé à accomplir ces travaux dans un délai très court ».

Vincent Bolloré a également saisi cette opportunité pour annoncer que cette gare est entièrement alimentée par l’énergie solaire « dont nous allons désormais stocker dans des batteries pour redistribuer aux populations ».

 

A partir de cette gare, il « nous reste 574 km de rail pour atteindre Parakou en passant par Dosso et 370 km pour rejoindre la gare ferroviaire du Burkina Faso, nous comptons terminer ces travaux dans 24 mois qui suivent selon les vœux du Chefs de l’Etat ».

 

Le président de la République du Benin Yayi Boni a aussi pris la parole pour « féliciter mais également souhaiter un joyeux anniversaire de la brillante élection » de son «frère et ami Issoufou Mahamadou ».

« Nous sommes en train d’écrire une nouvelle page d’histoire et nous sommes convaincus que nous allons réussir pour le bien être de nos peuples » a-t-il ajouté.

 

Le lancement des travaux de ce tronçon de chemin de fer qui reliera le niger au Benin, intervient dans le cadre de la commémoration du troisième anniversaire de l’accession du président Issoufou Mahamadou à la magistrature supreme de son pays.

SML/DMM/ANP/ 2014

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here