Niger/uranium : vague de licenciements dans les entreprises sous-traitant avec Areva

0
217
arevaOuvriers

Au total 1.180 employés d’une vingtaine d’entreprises de sous-traitance auprès des filiales du groupe nucléaire français Areva à savoir la SOMAÏR, la COMINAK et Imouraren, ont été licenciés depuis la signature du contrat, le 26 mai dernier à Niamey, avec le Niger, pour des raisons économiques, apprend-on jeudi à Niamey.

 

 

En rappel, le Niger avait signé, le 26 mai dernier à Niamey, après plus de 5 mois d’intenses négociations, un nouveau contrat d’exploitation de l’uranium nigérien avec le groupe nucléaire français Areva qui exploite depuis près de 50 ans les gisements d’uranium d’Arlit, dans la région d’Agadez (extrême nord).

 

Aux termes de cet accord de partenariat stratégique, avec notamment la mise en vigueur des dispositions fiscales du code minier de 2006, le Niger et Areva devraient proposer aux Conseils d’administration des deux sociétés (Somaïr et Cominak) des directeurs généraux de nationalité nigérienne en 2014 et 2016, respectivement.

 

S’agissant du gisement d’uranium d’Imouraren, 5.000 tonnes par an, « son exploitation dépendra de l’amélioration des conditions du marché international », ont convenu les deux parties.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here