Visite d’Etat du Président de la République à Alger : Impulsion d’un nouvel élan de coopération

0
628

Poursuivant sa visite d’Etat de 72 heures en République Algérienne, Démocratique et Populaire, qu’il a entamée, dimanche dernier, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, s’est entretenu, aujourd’hui dans la matinée, avec les plus hauts responsables politiques algériens.

C’est ainsi qu’il a tout d’abord reçu une visite de courtoisie du Président de l’Assemblée Nationale Populaire d’Algérie, M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, avant de s’entretenir avec le Premier ministre du pays, M. Abdelmalek Sellal.
Le Président Issoufou Mahamadou a été, à son tour, reçu, en début d’après-midi, par son homologue algérien, le Président Abdelaziz Bouteflika.

A l’issue de sa visite de courtoisie au Chef de l’Etat nigérien, le Président de l’Assemblée Nationale Populaire d’Algérie, M. Ould Khelifa a annoncé à la presse la création prochaine d’un groupe d’amitié entre les deux Parlements nigérien et algérien ainsi que la possibilité d’une formation en Algérie du personnel de l’Assemblée Nationale du Niger. « J’ai eu des discussions très utiles avec le Président Issoufou Mahamadou.

Le Niger est un pays plus qu’ami, c’est un pays frère avec lequel l’Algérie a presque 1000km de frontières », a d’abord indiqué le Président du Parlement algérien avant de préciser qu' »on a parlé de la coopération dans plusieurs domaines, particulièrement de la coopération parlementaire, au titre de laquelle il y aura très prochainement l’installation du groupe d’amitié et de coopération entre nos deux Parlements ainsi que la formation du staff du Parlement nigérien à la demande de mon collègue du Niger ».

Selon Mohamed Larbi Ould Khelifa, son entretien avec le Chef de l’État nigérien a également porté sur la situation de la sous-région, notamment « l’étroite collaboration entre nos deux pays dans le domaine de la sécurité et la lutte contre le terrorisme qui est l’ennemi commun des deux Etats ».

« On est tombé d’accord pour faire le maximum pour s’occuper du développement de nos deux pays et pour œuvrer pour la paix et la stabilité dans les autres pays, surtout au Mali où l’Algérie déploie des moyens énormes pour la stabilisation de ce pays mais aussi de la Libye », a dit le Président de l’Assemblée Nationale Populaire d’Algérie, selon qui, « le Niger et l’Algérie œuvrent ensemble pour arriver à des solutions pacifiques à ces genres de conflits ».

Le Président de la République a ensuite reçu en audience le Premier Ministre algérien, avec qui ils ont longuement discuté de la coopération entre les deux pays. A la fin de l’entretien, le Premier Ministre algérien a offert un déjeuner au Président de la République Issoufou Mahamadou.prn-2
Entretiens avec le Président Abdelaziz Bouteflika et plusieurs autres personnalités algériennes

C’est au Palais de la Présidence algérienne que l’entretien entre les deux Chefs d’Etat s’est déroulé en présence des membres de la délégation nigérienne été des hauts responsables de l’exécutif algérien. A la fin du tête-à-tête, les deux personnalités ont échangé des décorations.

C’est le Président Issoufou Mahamadou qui a d’abord tenu à distinguer le Président algérien de la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre National du Niger. Le Président Issoufou Mahamadou a, à son tour, été élevé à la plus haute distinction actuelle de l’Ordre de Mérite de l’Algérie « en raison de ses nobles actions au service de son peuple et de sa Nation, de ses positions courageuses dans la défense des causes justes de notre continent africain et en considération de l’amitié constante à l’endroit de l’Algérie, de son peuple et de son gouvernement ».

Notons que, peu avant l’entretien entre les deux personnalités, le Président de la République Algérienne, Démocratique et Populaire, SE. Abdelaziz Bouteflika, a offert au Président Issoufou Mahamadou un cheval harnaché de race algérienne. Le cadeau lui a été remis par le Président du Conseil de la Nation, Monsieur Abdelkader Bensalah.

Aussitôt après cet entretien, le Président de la République s’est confié à la presse pour souligner « l’excellence des relations qui existent entre l’Algérie et le Niger, deux pays qui partagent près de 1000km de frontière, deux pays qui ont des grands espaces désertiques dont il faut assurer la sécurité face aux menaces terroristes et des organisations criminelles, deux pays dont l’histoire est commune ».
 

Selon le Président Issoufou Mahamadou, la délégation qu’il dirige et celle de l’Algérie ont eu à discuter des sujets d’intérêts communs comme la sécurité, notamment avec au menu la situation au Mali, en Libye et au Nigeria. Sur ce plan, a indiqué le Chef de l’Etat, « nous avons constaté que désormais avec la menace terroriste, il n’y a plus de frontière entre sécurité extérieure et sécurité intérieure et nous avons convenu que nous nous mobilisions, que nous mutualisions nos capacités de renseignement et nos capacités opérationnelles pour faire face à la situation ».prn-3

Les deux délégations ont également abordé plusieurs questions bilatérales, notamment au plan des échanges économiques entre le Niger et l’Algérie, sur les questions d’infrastructures comme la réalisation de la route transsaharienne dont le dernier tronçon est en cours entre Arlit et la frontière algérienne, sur des projets comme celui de la fibre optique Alger-Lagos, ou encore le projet structurant du gazoduc devant relier le Nigeria, le Niger et l’Algérie.

Toujours, selon le Président Issoufou Mahamadou, des possibilités de coopération dans le domaine des hydrocarbures ont aussi été évoquées par les deux délégations.

En définitive, le Président Issoufou Mahamadou s’est dit «très optimiste» dans la perspective du renforcement de la coopération entre les deux pays, en ce qu’elle « se porte déjà très bien » et avec cette visite, « on va donner un nouvel élan à la relation entre l’Algérie et le Niger».

Un accueil empreint de chaleur suivi de visites dans plusieurs sites et sociétés
Il faut rappeler qu’à son arrivée, dimanche matin, dans la capitale algérienne, le Chef de l’Etat a été accueilli à sa descente d’avion par le Président du Conseil de la Nation de la République Algérienne Démocratique et Populaire, M. Abdelkader Bensalah.

Le Président Issoufou Mahamadou a eu droit à des honneurs militaires, à la suite d’une salve de 21 coups de canon tirés,aussitôt qu’il a foulé le sol algérien. Les deux personnalités ont ensuite eu un entretien en tête-à-tête au salon d’honneur de l’aéroport Houari Boumediene d’Alger. Le Chef de l’Etat nigérien a ensuite effectué deux visites, notamment au niveau du Sanctuaire des Martyrs et sur les installations de la Société Nationale des Véhicules Industriels (SNVI).

C’est de l’aéroport que le Président de la République et sa délégation, accompagnés du Président du Conseil de la Nation, se sont directement rendus au Musée du Moudjahid qui abrite le Sanctuaire du Martyr ou Mémorial des Martyrs où a eu lieu, une cérémonie de recueillement et de dépôt d’une gerbe de fleurs à la mémoire des combattants algériens qui ont perdu la vie lors des batailles contre l’oppresseur.

La délégation présidentielle a ensuite visité ledit musée qui retrace toute l’histoire que l’Algérie a menée contre l’oppresseur et pour conquérir son indépendance. Le Mémorial du martyr ou  »Sanctuaire du martyr », note-t-on, est un monument aux morts surplombant la ville d’Alger, érigé en 1982 à l’occasion du 20ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie (5 juillet 1962), en mémoire des morts de la guerre d’indépendance. Le monument a été élevé sur l’emplacement d’un ancien fort militaire.

D’une hauteur de 93 mètres, il est composé de trois feuilles de palmier qui se rejoignent à mi-hauteur (53 mètres), d’une tourelle de style islamique d’un diamètre de 10 mètres et d’une hauteur de 7,6 mètres et surmontée d’un dôme de 6 mètres. Au bord de chaque feuille de palmier se dresse une statue d’un soldat, chacun représentant une étape de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie.

Après la visite guidée de ce haut lieu de l’histoire politique d’Algérie, le Président de la République a signé en ces termes le livre d’or du musée : « C’est avec beaucoup d’émotion que je viens de visiter le Sanctuaire des Martyrs. Le combat mené par les militaires de la révolution algérienne est un jalon important du combat de l’humanité pour la liberté contre l’oppression. Je rends hommage à ces martyrs et salue leur mémoire ».

C’est en début d’après-midi que le Président de la République et sa délégation se sont rendus au siège de la Société Nationale des Véhicules Industriels (SNVI), précédemment appelée Société nationale de construction mécanique (SONACOME), qui est une entreprise publique algérienne spécialisée dans la construction et la commercialisation de véhicules mécaniques de catégorie «poids lourd ». Selon les explications du Directeur général de cette société, M. Hamoud Tazrouti, elle a été créée en juillet 1970 et a été érigée en filiale le 1er janvier 2011.

Elle est l’unique fabricant de véhicules industriels en Algérie. Ce complexe produit notamment des camions de 6,6 à 26 tonnes de poids total en charge, des tracteurs routiers, des autocars et des autobus mettant en œuvre des technologies et des techniques d’élaboration telles que, l’estampage à chaud (forge), l’emboutissage, l’usinage, le taillage d’engrenage, la rectification et les traitements thermiques. L’usine a une capacité de production de 4 500 véhicules/an.

Le Président de la République a visité ce complexe industriel en compagnie du ministre algérien de l’Industrie et des Mines, M. Abdessalam Bouchouareb. A la fin de la visite, le Chef de l’Etat a également signé le Livre d’or de la société en ces termes : « Je salue les efforts industriels que l’Algérie réalise depuis des décennies. Les installations de la SNVI en constituent un parfait exemple. J’exprime ici toutes mes félicitations et tous mes encouragements au personnel ».

 

Des échanges très édifiants avec la communauté nigérienne vivant en Algérie
En fin de soirée, le Président de la République a rencontré la communauté nigérienne vivant en Algérie, notamment les étudiants et les stagiaires ainsi que les immigrés de Tamanrasset. La rencontre avec cette importante communauté nigérienne a été empreinte de chaleur et de cordialité.

Elle a surtout été l’occasion pour ces Nigériens vivant à l’extérieur de faire part au Chef de l’Etat de leurs contraintes et conséquemment de leurs sollicitudes. C’est ainsi que, selon le Secrétaire général du Comité Exécutif de l’Union des Etudiants et Stagiaires Nigériens en Algérie, M. Salaou Abdourahamane Almoustapha, après avoir remercié et encouragé le Président de la République pour tous ses efforts de développement du Niger et dans la lutte contre le terrorisme, a indiqué que, «le plus grand problème des étudiants et stagiaires nigériens en Algérie, c’est l’insuffisance des frais servant de bourse d’étude».

Aussi, a-t-il sollicité, au nom de ses pairs, le rehaussement de ces frais d’étude et de mettre à la disposition des étudiants un billet d’avion aller-retour tous les deux ans. Il a également demandé au Président de la République de revoir le MCO, ce supplément des bagages qu’on autorise aux étudiants au moment de leur retour au pays. Sur place, le Président Issoufou Mahamadou a promis aux étudiants et stagiaires nigériens en Algérie la revalorisation au double aussi bien de leurs frais d’étude que du MCO.

Quant aux autres communautés nigériennes, vivant notamment à Tamanrasset, ils ont posé comme principales doléances : la facilitation de l’obtention des visas vers l’Algérie et leur pleine implication dans les processus électoraux au Niger.
Le Président de la République, après leur avoir fait la situation au Niger, notamment la conduite du Programme de Renaissance qu’il met en œuvre depuis bientôt quatre ans et la dernière situation marquée par les manifestations violentes de Zinder et Niamey qui, selon lui, «n’ont rien avoir avec l’Islam», les a informés que les sujets qu’ils viennent d’évoquer sont au cœur de son déplacement à Alger.

Relativement au problème de visa, le Président Issoufou Mahamadou a informé les immigrés nigériens d’Algérie que ce sujet a déjà été évoqué par le ministre d’Etat en charge des Affaires Etrangères lors de son récent passage à Alger et que lui-même compte bien en parler avec le Président Abdelaziz Bouteflika.

Quant à la question de la participation des Nigériens de l’extérieur aux scrutins électoraux, le Chef de l’Etat les a informés qu’une loi rehaussant le nombre des députés à l’Assemblée Nationale, avec la prise en compte de la diaspora nigérienne qui dispose désormais de cinq sièges au parlement, a été adoptée et que le processus en vue de leur pleine implication dans les élections, leur recensement notamment, est en bonne voie.
Kailou Pantcho Maman, envoyé Spécial de l’ANP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here