Les enseignants chercheurs du Niger condamnent les attaques de Boko Haram

0
1069

La déstabilisation de la Libye par les puissances impérialistes a eu des conséquences graves sur la sécurité sous régionale notammentavec la prolifération d’armes de guerre, l’invasion du Mali par des extrémistes religieux et le réveil des mouvements irrédentistes.

Par ailleurs, la mauvaise gestion de la question de BOKO HARAM au Nigeria a eu des répercussions dans les pays voisins (Cameroun, Niger, Tchad).

Le Niger a su se préserver jusque-là du climat d’insécurité sous régionale par une politique d’anticipation sur les événements. Malheureusement la mauvaise gestion de la question BOKO HARAM au Nigeria, pays avec lequel le Niger partage une frontière de plus de 15OO Km, a mis à mal sa région Sud-Est qui a accueilli un nombre important de réfugiés.

Le mouvement BOKO HARAM a profité de cette situation pour s’infiltrer dans la région et y perpétrer des attaques terroristes. C’est le point de départ de l’entrée du Niger dans une guerre injuste, imposée par ces fous de Dieu qui instrumentalisent l’Islam, pourtant une religion de paix et de tolérance.

Face à cette situation, le BEN SNECS, réuni en session extraordinaire, fait la déclaration suivante :
1.    Condamne avec la dernière énergie les agressions barbares et criminelles contre les paisibles populations, les Forces de Défenses et de Sécurité (FDS) et la destruction des infrastructures stratégiques dans la région de Diffa ;
2.    Présente ses condoléances émues aux familles endeuillées. Que Dieu accueille les âmes des disparus dans son paradis éternel et souhaite un prompt rétablissement aux blessés ;
3.    Apporte le soutien ferme de toutes ses militantes et de tous ses militants aux Forces de Défenses et de Sécurité qui accomplissent avec dévouement et vaillance leur noble devoir ;
4.    Encourage le gouvernement à continuer à mettre à la disposition des Forces de Défenses et de Sécurité tous les moyens nécessaires à l’accomplissement de leur mission ;
5.    Appelle à la constitution d’un fonds de soutien aux Forces de Défenses et de Sécurité et aux déplacés internes ;
6.    Invite la population à redoubler de vigilance et à apporter à nos Forces de Défenses et de Sécurité tout le soutien indispensable pour faire face à cette nébuleuse ;
7.    Salue le vote unanime des parlementaires autorisant l’envoi des militaires nigériens au front et les exhorte à continuer de cultiver le même esprit d’unité et de cohésion pour l’intérêt national ;
8.    Appelle toute la classe politique à privilégier l’intérêt national et à faire bloc autour de la question sécuritaire ;
9.    Exhorte le gouvernement et tous les citoyens (notamment les leaders d’opinion, la presse, la société civile) à œuvrer pour l’apaisement du climat social pour éviter une psychose inutile afin de créer les conditions idoines au retour de la paix ;
10.    Enfin engage tous les enseignants-chercheurs et chercheurs des universités publiques du Niger à prendre part massivement à la marche nationale de solidarité et de soutien aux Forces de Défenses et de Sécurité qui sera organisée le mardi 17 février 2015.
Que Dieu protège le Niger et la sous-région. Amen
Tous unis pour une victoire certaine.
Pour le BEN SNECS, le Camarade Secrétaire Général

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here