Gestion du pouvoir ,une fin de mandat difficile et « mélangée »

0
614

Les jours se succèdent et se compliquent pour le régime de Mahamadou Issoufou. Regain d’insécurité, méningite, front social en ébullition. Comme si cela ne suffit pas, voilà les animateurs du Guri System qui en rajoutent. D’insuffisances en incapacités, de gaffes en bêtises, où vont nous conduire les Bazoum, Hassoumi, Zakai et consort.
La précampagne PNDS et ses zakaieries
Jusqu’où s’arrêteront Bazoum et son Zakai ? Le nouveau patron du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya) ambitionne-t-il de rééditer l’exploit de son prédécesseur, de visiter plus de 1000 villages dans cette précampagne ?

Pour l’heure, Mohamed Bazoum, bâton de commandement en main, flanqué souvent de son Zakai, sillonne le Niger profond pour apporter la bonne nouvelle du bilan positif du Programme de la Renaissance. Faut-il croire que le peuple est aveugle et qu’il ne voit pas les si-belles choses réalisées pour son bonheur ?

Pendant que la méningite continue à endeuiller les familles dans la capitale, faute ou insuffisance de vaccins, Zakou Djibo dit Zakai, lui, continue sa campagne de vaccination contre l’opposition. Paré de son boubou rose, il se gargarise d’avoir acheté et coloré tout (des quartiers entiers) sur son passage.
Hassoumi Massaoudou et le SAMAN

Sur le front social, c’est la grogne dans les secteurs de l’éducation et de la justice. Si au CPRASE, on se contente du boycott des cours pour faire fléchir les positions du pouvoir, au niveau du Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN), on a franchi le rubicond de la grève pour exiger du Président de la République, la mise à la disposition de la justice du Ministre de l’Intérieur, Hassoumi Massaoudou pour outrage à magistrat dans l’exercice de ses fonctions.

Quelle sera la suite de ce bras de fer entre le Président du Conseil de la Magistrature et les juges ? A moins d’un an des élections, cette guerre ne présage rien de bon pour le régime de Mahamadou Issoufou quand on sait que ce sont les magistrats qui président généralement les différentes CENI (CENI nationale comme CENI Locales).

La dernière attaque de Boko Haram, un bilan qui insupportable pour le Niger et les Nigériens
Si le long de la frontière nigéro-malienne et côté nigéro-libyen, pour l’heure, on n’entend pas les bruits des armes en dépit des menaces, à l’est, dans la région de Diffa, la secte terrorisme est toujours là, comme si sa force est restée intacte. La dernière attaque des hommes d’Abubakar Shekau aurait fait des nombreuses victimes dans le rang des Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Une hécatombe !

Selon certaines sources. Faille sur la « carapace blindée » de la sécurité nigérienne ? Insuffisance de moyens matériels et logistiques comme le laissent croire certains commentateurs ? Où sont passés tous ces drones qui nous survolent et ces conseillers étrangers rompus dans l’art de la guerre qui nous assistent ? Autant de questions qui se posent au régime de la Renaissance et qui interpellent le Président de tous les Nigériens qui a pourtant annoncé très tôt la fin de Boko Haram.

Et pour couronner tout, voilà l’épidémie de méningite qui vient remettre en cause le bilan positif de l’an IV de la Renaissance dans le secteur de la Santé.
Comme on peut le constater, à moins d’un an des prochaines élections, rien ne s’arrange pour le régime de la Renaissance qui ressemble aujourd’hui à un bateau pris dans le piège de plusieurs tempêtes. Le commandant de bord et ses hommes parviendront-ils à maintenir le cap ?
Oumar Sanda

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here