Diffa : Des mesures idoines pour améliorer les conditions de vie des populations déplacées

0
1088

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini, a présidé, hier après-midi, dans la salle des banquets de la Primature, une réunion sur la mission qu’il a effectuée mardi dernier à la tête d’une forte délégation comprenant des Partenaires Techniques et Financiers, dans la région de Diffa.


En prenant la parole au cours de cette réunion, le Chef du Gouvernement a d’abord rappelé que le premier objectif de la mission était de s’enquérir de la situation humanitaire dans la région de Diffa suite au déplacement des populations nigériennes des îles de Lac Tchad. Concernant le second objectif, il a consisté à faire le point relativement à la gestion humanitaire, d’une manière générale, dans la région de Diffa.

S’agissant du premier point, le Premier ministre a exposé les raisons ayant amené le Gouvernement à demander aux populations nigériennes des îles du Lac Tchad de quitter ces îles.

Il a, à cet effet, indiqué que suite à l’attaque de Boko Haram sur Karamga ainsi que sur d’autres villages et îles, le Gouvernement a jugé utile et impérieux de demander aux populations de ces îles de quitter ces endroits très enclavés les exposant au danger réel que constitue la secte de Boko haram qui, désormais, a décidé de s’établir dans le Lac, compte tenu de la pression exercée sur elle par les différentes forces coalisées.

PM-2Le Gouvernement a donné un délai de cinq (5) jours aux populations pour évacuer les îles au regard des urgences. Selon le Chef du Gouvernement, c’est un risque de laisser les populations insulaires continuer à vivre sur ces îles. Il a noté que beaucoup de populations ont déjà commencé à quitter les îles avant même la décision du Gouvernement.

La décision du Gouvernement est venue accélérer le mouvement des populations vers la terre ferme.  »Il se trouve, et nous l’avons reconnu, nous l’avons constaté sur le terrain, que ces déplacements ont été massifs, et sont arrivés en même temps, ce qui rendait difficile au dispositif local de gestion de cette crise de pouvoir prendre toutes les mesures afin de faire face à l’afflux massif des populations. On a constaté, et c’est tout à fait normal, un engorgement, plus particulièrement à N’Guigmi où nous avons été.

La situation est presque similaire à Bosso selon les informations dont nous disposons. A Diffa, la situation est de moindre importance, puisque là nous avons à faire à des populations de passage provenant des zones de Bosso et N’Guigmi, mais qui ont décidé volontairement de rejoindre leurs pays d’origine », a souligné SE Brigi Rafini.
Au total, le nombre des populations déplacées est estimé à 12.700 à N’Guigmi et 13.000 à Bosso.

 »Ceux qui sont dans le camp de transit de Diffa, et qui sont de passage en vérité, ont atteint 6.000 personnes à la date du 5 mai dernier, mais ce sont des situations qui évoluent tous les jours. Nous avons trouvé beaucoup de gens en attente d’être acheminés vers le Nigéria en particulier », a confié le Premier ministre.

En outre, il a mentionné que les populations qui sont sur ces îles sont constituées, à plus de trois (3) quart, de ressortissants des pays voisins, notamment le Nigéria.

Le Chef du Gouvernement a par la suite indiqué avoir constaté sur le terrain des insuffisances au niveau de l’organisation, au niveau de l’accueil et des conditions de vie de ces populations. Cela s’explique par le fait que tout a été fait en urgence, que et le comité local n’a pas eu tout le temps nécessaire pour se préparer à cet afflux. Il a assuré que des engagements ont été pris immédiatement, des instructions ont été données afin d’améliorer cette situation.

Notons qu’à N’Guigmi, des efforts sont déjà perceptibles sur le terrain, puisse que l’assistance alimentaire est déjà parvenue, y compris l’assistance non alimentaire. Mais il reste un gap à combler, a-t-il dit.

Du côté de Bosso, SE Brigi Rafini a indiqué que des instructions ont été données pour que soit acheminée immédiatement, sur le site d’accueil des personnes déplacées, l’assistance disponible à Diffa. Retenons qu’il a été aussi décidé de renforcer les capacités opérationnelles en ressources humaines, matérielles et financières du dispositif local de gestion de cette crise humanitaire. Les engagements ont en partie commencé à être exécutés, sachant qu’une mission du comité régional s’est rendue à N’Guigmi pour renforcer le comité départemental, l’encadrer et l’épauler à mieux gérer la situation.

Sur un tout plan, le Premier ministre SE Brigi Rafini a annoncé qu’ils ont décidé, de retour à Niamey, de créer une cellule de crise qui a déjà permis de réfléchir et de mettre en place une stratégie pour la gestion de crise.

 »Désormais, nous savons ce que nous devons faire », a-t-il affirmé.
Parlant des populations des pays voisins, SE Brigi Rafini, a souligné que des dispositions sont prises en vue de les acheminer dans leurs pays respectifs. D’ores et déjà, le mouvement est en cours entre N’Guigmi-Diffa-Frontière Nigéria, et également à partir de Bosso.

Précisons que des dispositions immédiates ont été prises dans le sens de l’accélération de l’approvisionnement en assistance alimentaire, de la structuration du dispositif chargé d’accueillir et de s’occuper de ces populations afin de leur apporter toute l’assistance nécessaire.

Le Premier ministre a reconnu que les populations rencontrées lors de sa visite étaient bien stressées pour avoir parcouru des longues distances. Mais, a-t-il dit, avec l’assistance et les divers appuis qu’elles vont recevoir, elles vont sans doute retrouver de l’espoir
Concernant le second point de sa mission, en l’occurrence la gestion humanitaire, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, a soutenu que le programme d’urgence conçue pour la région de Diffa se déroule normalement.

SE Brigi Rafini a rassuré qu’une stratégie sera mise en œuvre afin d’améliorer les conditions de vie des populations sur les sites installés pour accueillir les populations déplacées. Il a remercié les Partenaires Techniques et Financiers qui sont à pied d’œuvre pour accompagner notre pays à gérer efficacement la situation humanitaire dans la région de Diffa.
Laouali Souleymane

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here