Signature financement du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) et du Projet d’Appui à la Population et à la Santé (PAPS) : Environ 75 milliards de FCFA pour les deux projets

0
292

Le ministre d’Etat, ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire M. Amadou Boubacar Cissé et le directeur des Opérations de la Banque Mondiale, M. Paul Noumba, ont procédé, hier matin, à la signature de deux (2) accords de financement relatifs au Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS et au Projet d’Appui à la Population et à la Santé (PAPS).

C’était en présence des ministres de l’Elevage et celui de la Santé Publique assurant l’intérim de son homologue de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, ainsi que le Représentant résident de la Banque Mondiale du Niger.

C’est 107,5 millions de Droits de Tirage Spéciaux (DTS) soit l’équivalent de 148 millions de dollars US, environ 75 milliards de FCFA qui seront débloqués par la Banque Mondiale dans le cadre du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) et du Projet d’Appui à la Population et à la Santé (PAPS).

Sur ce montant, 32,7 millions Droits de Tirage Spéciaux (DTS) sous forme de crédit, équivalent approximativement à 45 millions de dollars US (environ 23 milliards de FCFA), sont destinés au financement du PRAPS tandis que les 74,8 millions Droits de Tirage Spéciaux (DTS) équivalent approximativement à 103 millions de dollars US (environ 52 milliards FCFA) dont 68,2 millions de DTS soit environ 94 millions de dollars US sous forme de don et dont 6,6 millions de DTS soit environ 9 millions de dollars US sous forme de crédit vont dans le financement du PAPS.

Lors de la cérémonie de ces accords, le ministre d’Etat, ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, M. Amadou Boubacar Cissé, a indiqué que le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS), vise l’amélioration de l’accès à des moyens et services de production essentiels et aux marchés pour les pasteurs et agropasteurs dans les zones transfrontalières et le long des axes de transhumance des six pays sahéliens notamment le Niger, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, la Mauritanie et le Tchad.

Il contribuera ainsi à améliorer la capacité de ces pays à répondre à temps et de façon efficace en cas de crises pastorales ou d’urgences à travers principalement l’amélioration des infrastructures et le renforcement des capacités des services vétérinaires nationaux ; l’amélioration de la gestion des ressources naturelles ; la facilitation de l’accès aux marchés pour les pasteurs et agropasteurs ; la gestion des crises pastorales.

Il a par ailleurs noté que ce programme régional, contribuera à améliorer la résilience des écosystèmes clés et des groupes pauvres et vulnérables dépendant quasi exclusivement des ressources naturelles pour assurer leur subsistance. En outre, le ministre d’Etat a précisé que la mise en œuvre de cette nouvelle intervention favorisera des progrès rapides dans la sécurisation des activités pastorales et contribuera à accroitre le poids économique du sous secteur de l’élevage et à augmenter durablement les revenus des groupes pastoraux.

M. Amadou Boubacar Cissé a confié que la présente signature consacre le bouclage du processus de formulation de cet important projet régional issu de la déclaration de Nouakchott où le CILSS, la Banque Mondiale et les six (6) pays bénéficiaires de l’opération ont entamé un processus de concertation et d’échanges à travers une Task Force Régionale Pastorlaisme.
Quant au Projet d’Appui à la Population et à la Santé, il vise à accroitre l’utilisation des services de santé de la reproduction, maternelle, néonatale, infantile, adolescents et nutritionnelle dans les régions cibles du projet.

M. Amadou Boubacar Cissé a souligné que ce projet bénéficiera aux femmes, aux adolescentes et aux enfants de moins de 5 ans. Les principales actions prévues sont entre autres l’amélioration de la fourniture de services de qualité de la Santé de la Reproduction, Maternelle, Néonatale, Infantile, Adolescents et Nutritionnelle (SRMNIAN) ; l’augmentation de la demande de services SRMNIAN grâce aux activités combinées de changement de comportement, d’information, d’éducation, de communication sociale et d’autonomisation des femmes et des filles ; la gestion et le suivi-évaluation du projet ; la réponse aux urgences.

«Le gouvernement se félicite de la conclusion de ces nouveaux projets qui viennent redynamiser davantage notre portefeuille des opérations et appuyer substantiellement la politique économique du gouvernement, en particulier en ce qui concerne les domaines prioritaires de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que le développement social (population, éducation et santé)» a conclu le ministre d’Etat, ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire M. Amadou Boubacar Cissé.

Auparavant, le directeur des Opérations de la Banque Mondiale M. Paul Noumba a noté que le PRAPS va promouvoir la coopération régionale entre les six (6) pays concernés par le projet, où les activités pastorales constituent la principale source de revenus des populations ciblées. Dans ce cadre, le contrôle des maladies, la gestion des ressources naturelles, les déplacements transfrontaliers des troupeaux et la facilitation des échanges seront mieux coordonnées avec les pays bénéficiaires et au niveau de toute la sous région. S’agissant du Projet d’Appui à la Population et à la Santé, il vient ainsi concrétiser les engagements faits par le président du Groupe de la Banque Mondiale, Dr Jim Yong Kim en réponse à l’appel à l’action lancé par le Président SE Issoufou Mahamadou en novembre 2013, lors de la visite du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon dans le sahel.

Laouali Souleymane(onep

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here