1ère édition de la « Journée du Savoir » célébrant la mémoire du Professeur Abdou Moumouni Dioffo : ‘’Les énergies renouvelables, une arme de développement massif’

0
1834
energisolair

energisolair
A l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la disparition de feu Professeur Abdou Moumouni Dioffo le 07 avril 1991, la Fondation qui porte son nom et l’Agence Iman ont organisé, hier jeudi, à la salle d’exposition du Musée National de Niamey, la première édition de la ‘’Journée du savoir’’. Cette cérémonie a été marquée par une exposition sur la vie du Professeur, ses œuvres et les solutions d’énergie solaire qu’il a proposées pour le développement.

Il s’en est suivi une conférence qui a eu pour thème ’’Les énergies renouvelables, une arme de développement massif’’. Des invités de marques et des élèves de plusieurs écoles ont rehaussé de leur présence l’éclat de cette cérémonie. L’objectif de cette manifestation était de faire connaître, au grand public, le Professeur Abdou Moumouni Dioffo, un grand homme aux valeurs universelles.

En prenant la parole à cette occasion, le directeur général de l’Agence Iman, M. Bello Boubacar, a salué le décret pris par l’État du Niger pour instituer 7 avril comme ‘’Journée des Énergies Renouvelables’’ en mémoire du Professeur Abdou Moumouni Dioffo.

Parlant du Professeur Abdou Moumouni Dioffo, le directeur général de l’Agence Iman a indiqué que ce dernier, en plus d’être savant, avait deux autres engagements, à savoir l’éducation dans ses aspects conceptuels où il défendait la corrélation entre environnement, culture et enseignement, et l’intégration de l’Afrique, pour laquelle il a œuvré à travers ses différentes fonctions en Guinée Conakry et au Mali. Panafricaniste engagé, il entendait promouvoir le développement de l’Afrique à travers la maîtrise des sciences et des techniques. Abdou Moumouni fut le premier africain agrégé en sciences physiques, en 1956.

Il s’agit également, a indiqué M. Bello Boubacar, à travers cette manifestation, de décliner sous la forme d’un devoir de mémoire, un cadre d’appropriation de notre histoire scientifique afin de mieux assumer notre héritage et participer à la construction d’un Niger émancipé. ‘’Si nous célébrons le Professeur Abdou Moumouni aujourd’hui, c’est aussi pour vous passer le témoin de l’histoire afin que vous soyez investis de la responsabilité de continuer le travail qu’il a entamé au bénéfice du Niger. A l’heure où les énergies propres s’imposent comme une solution de salut pour l’humanité, vous, héritiers de Abdou Moumouni Dioffo, d’un pays connu pour son ensoleillement, il est de votre devoir de reprendre le leadership dans ce domaine’’, a dit le directeur général de l’Agence Iman.

Au terme de ce discours, le thème « Les énergies renouvelables: une arme de développement massif’’ a été développé par les Professeurs Albert Wright et Saidou Madougou. Les participants ont eu l’occasion de poser des questions aux deux conférenciers. Il s’en est suivi une visite guidée de l’exposition. Des prix ont également été remis aux élèves les plus méritants.

Samira Sabou(onep)
 Niger, 25 ans après la disparition du Pr Abdou Moumouni, le solaire n’est toujours pas à l’ordre du jour
La Fondation Abdou Moumouni a organisé en partenariat avec l’agence de communication Iman une journée de commémoration de la disparition du professeur dont la première prote le nom. Cette commémoration intitulée « journée du savoir » s’est tenue ce jeudi 7 avril 2016 au Musée national de Niamey. Organisée sous le thème de « énergies renouvelable, arme de développement massif », cette 1ère édition s’est articulée autour d’une exposition et des conférences tant sur la biographie que les travaux de recherche du disparu.

La journée a regroupé autour des éminents chercheurs comme le professeur Albert Right, compagnon du regretté, une foule d’élève et étudiants de la ville de Niamey ainsi que plusieurs personnalités tant politiques que de la société civile.

A la fin de la journée dite du savoir les participants ont reçu des éclairages sur les travaux du professeur Abdou Moumouni sur l’énergie solaire ainsi que ses répercutions sur l’évolution de l’usage qui en est fait de nos jours. Aussi certains regrettent-ils que le Niger soit encore à la traine quant à l’utilisation du fruit du travail d’un de ses fils, vingt-cinq ans après son décès.

« Nous espérons que cette exposition de la place de pionnier de notre pays participera à une prise de conscience à tous les niveaux de l’opportunité énergétique qui s’offre à nous avec le solaire » a confié un organisateur à Nigerdisapora.

08 avril 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here