Femme Nigérienne : Les acquis d’une marche historique

0
1694
JourneeFem

JourneeFem
L’Etat du Niger a toujours accordé une place de choix dans les actions de promotion de la femme nigérienne. Une des preuves les plus tangibles est l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique Nationale de la Promotion de la Femme.

Il y a aussi la Politique Nationale de la Protection de l’Enfant ; la Loi sur le quota ; les dispositions de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la santé de la reproduction ; la prise en charge du cancer du sein ou de l’utérus; la gratuité de la césarienne; la gratuité des soins médicaux pour les enfants de 0 à 5ans.
Dans le domaine de la gestion des Affaires de l’Etat aussi, les femmes ne sont pas en reste, et ceci qu’il s’agisse des affaires politiques, institutionnelles, ou de l’administration générale etc. Il faut dire que le Niger a adopté et ratifié la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard de la Femme.
Au même titre que l’homme, la femme a aussi des droits et, bien entendu, des devoirs. Si la communauté internationale s’est battue pour défendre la cause de la femme à travers le monde, c’est parce que tout simplement, il y a une certaine tendance à renier, à ne pas reconnaître ou donner à la femme ce qui lui revient de droit en tant qu’être humain. Ce qui fait qu’aujourd’hui ? à travers le monde,  »la promotion de l’égalité des sexes et la de non marginalisation des femmes est devenue un principe qui est accepté comme étant essentiel pour le développement humain et l’éradication de la pauvreté ».
Il convient de préciser que la femme nigérienne s’est beaucoup battue pour faire reconnaître certains de ses droits. L’historique même de la date commémorative du 13 Mai trouve son origine dans les actions de lutte de la Nigérienne. En effet, c’est à la suite de la marche, devenue désormais historique, que les femmes Nigériennes ont organisé le 13 Mai 1991 pour protester contre leur sous-représentation aux travaux préparatoires de la Conférence Nationale Souveraine, que la Journée du 13 Mai a été décrétée  »Journée Nationale de la Femme » au Niger.
Les femmes ont opposé leur vision de la gestion des affaires de l’Etat, et ont eu gain de cause ; et depuis lors, elles n’ont pas baissé la garde, ce qui leur a permis d’engranger biens des acquis…Mais si le combat est loin d’être terminé. Du reste, à l’heure actuelle, il est mené sur le front de l’autonomisation des femmes. Au Ministère de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, on explique que l’autonomisation des femmes, que prône actuellement le Système des Nations Unies au niveau des Etats, est une stratégie qui vise à réduire les situations de dépendance générées par les inégalités de genre.
Dans ce lot, il y a la dépendance sociale qui se traduit pour la femme par un faible pouvoir de décision, une pénibilité de vie, des barrières à l’accès aux services sociaux. Autre frein pour l’épanouissement de la femme, c’est la dépendance financière, qui se matérialise par une monétarisation faible. A cela il faut ajouter d’autres barrières telles que l’insuffisance d’accès à la scolarisation, aux emplois, aux ressources productives comme la terre et les constituants qui permettent de la mettre en valeur… Au Niger, par rapport à cet aspect autonomisation de la femme, bien des progrès ont été enregistrés, expliquent les responsables du Ministère de la Promotion de la Femme.
A titre indicatif, on note comme acquis le rehaussement, en 2014, de la Loi sur le quota qui passe de 10% à 15% ; l’adoption, en 2008, d’une Politique Nationale du Genre ; la création d’une Direction Autonomisation Economique de la Femme. Il y a également l’élaboration et la mise en œuvre de nombreux projets et programmes de développement pour les femmes. On cite comme exemples la création des structures de micro-finance ; les formations en leadership et l’entreprenariat féminins ; le renforcement des capacités des femmes à travers l’alphabétisation, et qui leur permettent notamment de se structurer et de se retrouver en groupements et autres coopératives et comités de gestion…

Issaka Saïdou(onep)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here