Le Mojen dénonce les scandales à répétition dans la sphère politique Nigérienne

0
173
mojen2016

mojen2016
Au Niger, toutes les conditions objectives sont réunies pour la réalisation d’un film de gangs mais jamais un succès politique. S’achemine-t-on vers une nation où le banditisme politique régnera en maitre absolu ? En tout cas des personnalités sont tombées en disgrâce. Le peuple nigérien découvre de plus en plus une direction politique à scandales à répétition, corrompue, dilapidatrice des deniers publics, au gout exagéré de la socio jouissance et de l’injustice la plus criarde.

L’affaire du concours professionnel de la santé est devenue le miroir grossissant de toute l’immoralité des hommes qui nous gouvernent à coup de scandales et de mensonges. Comment condamner des simples agents administratifs et laisser en liberté les responsables des ministères et autres personnalités impliquées. Kalla Hankouraou, Ouhoumoudou Mahamadou, Bazoum Mohamed, Hassoumi Massaoudou, Foumakoye Gado, Dr Malika Issoufou trempé à la régulière dans des scandales sont-ils au dessus de la loi ? Le courrier, l’Enquêteur, le canard déchainé viennent de révéler document à l’appui comment certaines personnalités politiques sont impliquées dans la fraude du concours d’intégration à la fonction publique section santé.

Il s’agit des listes d’admis dictées par les soins de Dr Malika Issoufou, Foumakoye Gado, Indatou, le chef de cabinet du président de la république, la présidente de la cours constitutionnelle et le chef d’état majeur général des armées. Scandales assez révélateur de l’état d’esprit des hommes et des femmes qui gèrent les plus grandes institutions républicaines au Niger.

Qu’attend le président de la république pour limoger ces personnalités et les traduire en justice ? Le fait d’être mal élu ou pas élu du tout ne l’empêche pas de rectifier le tir. Une correction est possible lorsqu’il aura fait juger toute cette caste d’hommes et de femmes sans discrimination aucune. Il se doit d’abord de limoger les ministres et le chef d’état majeur général des armées afin qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. Quand à la présidente de la cour constitutionnelle elle se doit de démissionner d’elle même pour faire honneur à la justice, au corps et la profession de juge.

A travers son acte de fraude à ce concours cela donne pleinement raison à sa récusation par l’opposition et l’accusation d’impartialité dans sa lecture de la constitution. Le MOJEN condamne avec la dernière énergie l’implication de fraude de ces personnalités ainsi que les tentatives de couverture dont elles bénéficient contre la justice. Le MOJEN exige que toutes les personnes impliquées soient livrées à la justice afin qu’elles répondent de leurs actes.

C’est l’occasion d’appeler les citoyens à une grande mobilisation afin que le Niger ne tombe pas dans la déchéance absolue sous la gouvernance de S.E Issoufou Mahamadou. En outre comment comprendre que des personnalités soient faussement accusées de suppositions d’enfants et emprisonnées tandis que d’autres prises en flagrants délits continuent de jouir de l’impunité la plus absolue.

Le MOJEN ne saurait accepter une telle injustice où des personnalités politiques croupissent dans les prisons nigériennes pour des raisons purement politique sur la base des faux dossiers.
Enfin le MOJEN interpelle le magistrat suprême sur le respect de son serment coranique afin qu’il remette ces personnalités impliquées dans ces scandales à répétition dans les mains de la justice.

Fait à Niamey, le 29 Mai 2016
Je vous remercie!

LE PRESIDENTdu BEN MOJEN

M. Sirajo Issa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here