Visite du Premier ministre sur le chantier de l’échangeur Diori Hamani de Niamey

0
625
PMECHANGEURDIORI

PMECHANGEURDIORI
Les travaux de construction du 3ème échangeur de Niamey, appelé échangeur Diori Hamani, sont entrés dans leur phase active. Et c’est pour prendre le pool de ce chantier que le Premier ministre, Chef du gouvernement M. Brigi Rafini s’y est rendu, samedi dernier, en compagnie du ministre de l’Equipement, du maire du 2ème arrondissement communal de Niamey ainsi que des cadres du ministère de l’Equipement.

« Nous sommes satisfaits de ce que nous avons vu sur place. Les travaux avancent vite et bien.

J’ai le sentiment que les délais seront respectés » a confié M. Brigi Rafini au terme de la visite.


A son arrivée au niveau de la base de l’entreprise en charge des travaux, le chef du gouvernement a été accueilli par le ministre de l’Equipement, M. Kadi Abdoulaye entouré des cadres et des techniciens du ministère, des responsables et agents de la Sogea Satom, société en charge des travaux ainsi que des responsables et techniciens du bureau de contrôle des travaux.

Sur place, SE. Brigi Rafini a eu reçu des explications sur les différents éléments de ce projet. Quelques instants après, la délégation s’est rendue sur une déviation bitumée construite à partir du mur de clôture du Stade général Seyni Kountché et qui enjambe le Gounté Yena pour desservir le quartier Boukoki 3. Le Premier ministre s’est ensuite rendu au niveau du marché Katako où les fondations commencent à sortir du sol.


Au niveau de l’école Diori, le mur de clôture qui a été déplacé est presque entièrement achevé et d’autres infrastructures supplémentaires sont en construction au sein de cette école. Enfin, au niveau du rond-point Lako, la délégation a trouvé les gros engins à l’œuvre pour creuser un tunnel.

Globalement, les travaux sont exécutés à environ 28.0% à la date du 28 octobre 2016 pour un délai consommé de 37%. « Je suis émerveillé par les travaux en cours ; j’ai le sentiment que c’est un ouvrage qui va être très utile pour ce quartier d’affaires et très efficace pour la fluidité de la circulation dans la ville de Niamey » a déclaré le Premier ministre, ajoutant que cet ouvrage va valoriser notre patrimoine historique, cela en référence au nom qu’il a pris, celui de Diori Hamani, premier président de notre pays.


Brigi Rafini a par ailleurs souligné la complexité d’un tel ouvrage, assurant cependant que les citoyens découvriront à la fin, les merveilles de l’architecture et de la technologie en matière de construction d’infrastructures.

Mieux, «cet ouvrage vient conforter la politique du Président de la République qui vise à faire de Niamey, une vraie capitale à l’image des autres capitales de notre sous-région » a déclaré le chef du Gouvernement. En termes de conduite des travaux, le Premier ministre a souligné que le gouvernement et l’entreprise en charge des travaux ont tiré les leçons des autres grands travaux déjà exécutés comme celui de l’échangeur du rond-point des martyrs.

« Des dispositions ont été prises par l’entreprise pour réaliser toutes les déviations de manière à prévenir les embouteillages et autres désagréments. Les effets sont très limités », s’est réjoui Brigi Rafini, en ajoutant que les quartiers concernés vont bénéficier, à tout jamais, des déviations ainsi construites, qui contrairement au passé, sont des routes construites en matériaux définitifs (bien aménagées et bitumées).
Il en va de même pour le processus de dédommagement des riverains.

« Tout se passe bien ; tout est bien géré conformément aux lois et normes en la matière. Il n’y a pas d’obstacles ou de conflits relativement à la réglementation » a assuré le chef du gouvernement. Pour rappel, le lancement du projet de construction de l’échangeur Diori Hamani et d’aménagement de la zone du marché de Katako a été donné le 26 juin 2015 par le Président Issoufou Mahamadou. Les travaux confiés à l’entreprise SOGEA SATOM, vont coûter 41 milliards 614 millions 280 milles 769FCFA hors taxes auxquels il faut ajouter 971 millions 787 milles 500 FCFA hors taxes pour le contrôle. C’est le cabinet Germs Consulting, un cabinet nigérien qui a déjà supervisé la construction des deux premiers échangeurs qui est chargé du contrôle et de la surveillance des travaux de l’échangeur Diori Hamani.


Il faut par ailleurs retenir que 69,91% du coût global du projet sont pris en charge sur le budget de l’Etat du Niger et les 30,09% par un financement de la Banque ouest africaine de développement (BOAD). Les travaux ont effectivement débuté le 15 décembre 2015 pour un délai de 27 mois.
A travers ce chantier la SATOM emploie 450 ouvriers nigériens, 60 chefs d’équipe et 45 cadres expatriés auxquels il faut ajouter 14 agents nigériens et un expert expatrié employés par la mission de contrôle.
Siradji Sanda(onep)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here