Algérie-Niger grande commission mixte: Un boulevard à Niamey baptisé au nom du Président Bouteflika

0
191
algerieSellal

algerieSellal
Un boulevard à Niamey, capitale du Niger, a été baptisé jeudi du nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
La cérémonie de baptisation s’est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de son homologue nigérien, Brigi Rafini, qui ont coprésidé durant la journée les travaux de la première session de la haute commission mixte algéro-nigérienne.
Le maire de Niamey a indiqué, à cette occasion, que la décision de baptiser ce boulevard, long de 1,3 km, émane du président de la république du Niger, Mahamadou Issoufou.
Le même responsable a mis en évidence les relations d’amitié et de fraternité liant les deux peuples, évoquant l’histoire de partage entre les Algériens et les Nigériens. Il a également indiqué que l’Algérie n’a jamais cessé d’accompagner le Niger dans le processus de son développement culturel et socioéconomique.
Les responsables locaux ont exprimé, à cette occasion, leur « reconnaissance à l’Algérie et au Président Bouteflika qui ont été constamment aux cotés des causes justes du continent africain ».

La 11ème session de la Grande commission mixte algéro-nigérienne de coopération s’est tenue jeudi et vendredi à Niamey, sous la co-présidence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son homologue nigérien, Brigi Rafini, en vue d’insuffler une dynamique à la coopération entre les deux pays et densifier leur coordination dans divers domaines, notamment dans les questions sécuritaires.

Lors de cette session, les deux parties procéderont à une évaluation des relations bilatérales et de la coopération et définiront les voies et moyens à mettre en œuvre en vue d’apporter à ces relations « plus de dynamisme compte tenu de la qualité des relations politiques ».

La rencontre, qui sera sanctionnée par la signature de plusieurs accords de coopération touchant plusieurs secteurs, sera aussi l’occasion pour aborder les questions d’intérêt commun, notamment celles ayant trait aux enjeux et défis du développement dans la région ainsi qu’aux conditions d’évolution de la situation sécuritaire dans l’ensemble de la sous-région.

L’Algérie et le Niger profiteront de cette occasion pour renforcer les relations « excellentes » unissant les deux pays et qui se traduisent régulièrement par un échange de visites constant et significatif de haut niveau de part et d’autre.

L’Algérie et le Niger ont des défis communs sur le plan sécuritaire, d’où la nécessité, pour les deux pays, d’oeuvrer ensemble pour en faire face de manière efficace.

Plus que jamais, Alger et Niamey doivent accentuer leur vigilance et leur mobilisation, aux plans national et régional, pour faire face à toutes ces menaces qui déstabilisent les deux pays et constituent une menace sérieuse pour leur sécurité et celle de toute la région.

A ce propos, les autorités nigériennes sont reconnaissantes des efforts de l’Algérie pour le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans les pays voisins, misant sur son expérience en matière de lutte antiterroriste.

Le Niger a constamment œuvré pour tirer profit de l’expérience algérienne dans ce chapitre de lutte contre le terrorisme, en s’inspirant aussi des dispositifs et autres politiques mis en place par l’Algérie contre toute forme d’extrémisme.

Les échanges qu’entretiennent l’Algérie et le Niger sur les questions de sécurité dans la sous-région ont pour but de rendre plus efficace l’action commune et la collaboration mieux structurée pour faire face aux défis sécuritaires qui préoccupent les deux pays dans un contexte sous régional marqué par l’insécurité et l’instabilité.

En matière de coopération, la réunion de Niamey offre une opportunité propice à la promotion des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays dans la mesure où l’Algérie œuvre pour la promotion de partenariats avantageux et mutuellement bénéfique en direction de ses pays voisins.

M. Sellal avait plaidé, à l’occasion d’une séance de travail tenue à Alger au mois d’octobre dernier avec son homologue nigérien, pour la construction d’une relation commerciale bâtie sur cette base avec des méthodes modernes de commerce et de management.

Il a affirmé, par la même occasion, que la route transsaharienne offre, « une excellente opportunité pour l’Algérie et le Niger ».

Infrastructure stratégique pour le développement, la transsaharienne offre des perspectives non seulement pour l’Algérie et le Niger mais aussi pour la région sahélo-saharienne et l’ensemble du continent africain.

La réalisation d’une partie de ce projet a été confiée à un groupement algéro-nigérien symbolisant ainsi un partenariat réussi pour attester que les deux pays voisins peuvent coopérer dans différents domaines.

Il a ajouté, dans le même sillage, que le projet de construction d’un port sec relié à la transsaharienne « est un autre projet stratégique rentable, en terme de coûts et de délais, comparativement avec ce qui existe actuellement ».

Il faut souligner que l’Algérie et le Niger sont liés par huit accords de coopération et de mémorandums dans divers domaines signés l’automne dernier à la faveur de la visite du Premier ministre nigérien à Alger.

Il s’agit d’un protocole d’accord de coopération entre la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (CACI) et la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat du Niger (CCIAN).

Un accord de coopération bilatérale portant sur un échange d’informations a été signé entre l’Agence Algérie presse service (APS) et l’Agence nigérienne de presse (ANP).

D’autres accords de jumelage et de mémorandums dans les secteurs de la justice, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle ont été également paraphés à la même occasion par les deux parties.

L’Algérie est le premier partenaire du Niger en matière de formation avec près de 400 bourses de formation universitaires octroyées au titre de l’année universitaire en cours (2016-2017).

De manière globale, les autorités des deux pays n’ont pas cessé d’afficher leur volonté d’élargir les domaines de coopération et des échanges commerciaux qui doivent atteindre un niveau supérieur, qui traduirait la hauteur des moyens et les opportunités de développement existantes entre les deux pays.

La dernière session de la Grande commission mixte algéro-nigérienne, qui s’est tenue à Alger en 2011, a été couronnée par la signature de trois accords et de deux mémorandums d’entente touchant différents domaines.

Il s’agit d’un accord relatif aux opérations de recherche et sauvetage d’aéronefs « SAR », d’un autre dans le domaine de la culture et d’un troisième dans le secteur du tourisme.

Les deux parties ont également signé deux mémorandums d’entente dans le domaine de la poste et des technologies de l’information et de la communication ainsi que dans l’artisanat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here