Les éléments de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) ont mis la main sur deux Bandes de malfaiteurs qui opèrent à Niamey

0
239
banditsplaque

banditsplaqueLa Première bande est composée de Trois individus dont un de nationalité étrangère, qui se font passer pour des acquéreurs de certains types de produit, notamment de la sève, l’huile ou les graines de moringa, produits qui seraient recherchés par des industries pharmaceutiques internationales.
Comment ce groupe opère-t-il ?

( photo des matériaux utilisés par les malfrats)

Il se renseigne d’abord sur leur victime, qui est toujours une personne économiquement bien aisée, puis l’appelle téléphoniquement et lui propose un marché pour l’acquisition de ces produits aux profits des industries pharmaceutiques.
Il est indiqué à la victime un fournisseur appartenant à la bande et qui pourrait se trouver dans une localité du pays, productrice du moringa mais qui en réalité se trouve ici à Niamey.
Il est miroité à la victime par exemple un échantillon de 20 grammes de graine du moringa sont achetés à 200.000F et seront revendus au laboratoire au double de leurs prix d’achat. Mais avant, l’échantillon sera soumis à l’analyse d’un expert de passage à Niamey, lequel, appartenant aussi à la même bande. L’expert reçoit la victime dans un hôtel de la place afin de déterminer la qualité du produit.
La qualité du produit confirmée par l’expert, la victime investit une forte somme d’argent pour acheter le produit auprès du fournisseur indiqué.
Une fois la victime en possession du produit demandé, il lui est indiqué l’emplacement de l’acquéreur où elle va l’écouler.
Mais en réalité, il n’existe aucun acquéreur dudit produit et à partir de cet instant tous leurs contacts téléphoniques deviennent inaccessibles.
Cette bande dont une partie a été démantelée et déférée, opère depuis 2015.
A la date d’aujourd’hui, la DPJ a enregistré 17 plaintes concernant cette bande pour un préjudice global de plus 144 Millions. Le dernier préjudice s’élève à 75 Millions de nos francs pour seule victime.

La deuxième Bande est composée quant à elle de cinq (5) individus dont deux de nationalité étrangère.
Comme mode opératoire, cette bande présente à ses victimes des clichés ou papiers noirs sous forme de coupures de billets de banque en les invitant à investir une somme leur permettant de traiter lesdits clichés ou papiers noirs dans un laboratoire afin de leur donner leur forme normale et partager par après le butin de l’opération.
Au début, ils prennent un peu de sous avec la victime pour traiter le soit disant échantillon et lui ramènent une prétendue somme qui serait le résultat du traitement des clichés afin de la rassurer.
Une fois rassurée, la victime ne doute plus à mettre à la disposition de la bande une somme plus importante pour le traitement desdits clichés et après, la bande disparait.
De 2015 à aujourd’hui, ils ont causé un préjudice s’élevant à 28,9 Millions de nos francs dont plus de la moitié pour une seule victime causé en 2018.

La Police Nationale lance un appel à l’endroit de la population:
• A plus de prudence, de vigilance et à se méfier de ce nouveau mode de criminalité qui prend de plus en plus de l’ampleur à travers l’utilisation des technologies de l’information et de la communication;
• A dénoncer tout cas suspect auprès des services de sécurité afin de mettre hors d’état de nuire les présumés malfrats

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here