CAN U 20 : La CAF félicite le Niger

0
126

À quelques heures de Sénégal-Mali, finale de la 21e édition de la Coupe d’Afrique des Nations Total U-20, Niger 2019, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, et le président de la Fédération nigériane de football, le colonel major Djibrilla Hima Hamidou ont tenu une conférence de presse à Niamey. Le briefing était principalement axé sur le tournoi et d’autres sujets liés au football africain.

Question: Comment expliquez-vous l’enthousiasme du public pour les matches après la sortie prématurée des organisateurs et quel message aimeriez-vous transmettre au continent, car les tournois pour la jeunesse n’attirent pas une foule immense?

Président Ahmad: Contrairement aux tournois seniors, il s’agit d’une compétition de développement dans laquelle vous devez développer le football des jeunes. C’est dans ce sens que la Coupe d’Afrique des Nations U17 et U20 a pour but de permettre aux jeunes joueurs de s’exprimer et de s’épanouir.

Ce sont des événements qui attirent l’attention du monde, en particulier les dépisteurs, qui ont toujours été vertes lors de ce tournoi. C’est également une compétition importante pour le pays hôte car elle lui permet de développer ses infrastructures sportives. Aujourd’hui, outre le stade de Niamey, le Niger peut désormais accueillir des compétitions internationales dans la ville de Maradi, où le stade est conforme aux normes internationales.
Auparavant, seul Niamey avait la capacité d’organiser de tels matches. Je saisis cette occasion pour remercier le Président de la République du Niger, Son Excellence Mahamadou Issoufou, d’avoir fourni les moyens de relever les défis de cette Coupe d’Afrique des Nations Total des moins de 20 ans, Niger 2019.
Que faites-vous de l’aspect technique du tournoi?
Président Ahmad (parle en anglais): Je réitère mes applaudissements au Groupe d’étude technique (TSG) de la CAF et les résultats de leurs travaux ne vont pas prendre la poussière sur les étagères.
À cet égard, nous demanderons au département du développement de la CAF de rencontrer les TSG et les quatre équipes qualifiées pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019 (Afrique du Sud, Mali, Nigéria et Sénégal), afin de voir comment améliorer leurs performances techniques et l’aspects tactiques de leur avance sur le championnat mondial.
Question: Que diriez-vous des récents commentaires de Musa Bility, membre du Comité exécutif de la CAF, lors d’une tournée dans les médias?
Président Ahmad: Dans la culture francophone, il existe des règles qui régissent une organisation, donc des règles de décorum, de culture et d’éducation. Cependant, il n’est jamais trop tard pour apprendre dans la vie, même quand on est très vieux. Il convient de rappeler que les statuts de la CAF m’obligent (président de la CAF) à organiser deux réunions du Comité exécutif chaque année, mais nous en organisons trois ou quatre depuis mon arrivée.
En ce qui concerne les réunions du comité d’urgence tenues entre les réunions du comité exécutif, le président est tenu par la loi d’organiser de telles réunions. Tous les deux mois au moins, le comité d’urgence se réunit. Comment pouvons-nous réunir et empêcher les membres du comité d’urgence de prendre des décisions?
Il convient également de noter qu’il y a des débats lors des réunions du comité exécutif. La différence est que je suis un politicien qui a une autre façon de voir les choses.
Quand je me présente aux élections et que c’est fini, je ne me sépare pas des gagnants et des perdants. Peut-être que cela ne plaît pas à tout le monde.
Et je tiens également à préciser que je n’ai jamais dévié mon programme. Je défie quiconque de vérifier s’il y a quelque chose que je n’ai pas adhéré.
Nous avons une organisation où il n’y a que le président qui, selon la loi, représente la CAF.
En général, dans la vie, on peut marcher ensemble, mais il y aura toujours des gens qui s’écarteront du chemin que nous empruntons. L’essentiel est que j’évolue avec mon administration, ma famille est composée de membres des FAC.
On a beaucoup parlé des décisions concernant l’allocation de la CAN, mais est-ce que les gens peuvent en parler aujourd’hui? Qui avait raison sauf la CAF avec le soutien de nos chefs d’État et de notre culture africaine fondée sur la sagesse, la conciliation et la solidarité? J’ai toujours voulu créer un CAF en forme de grande famille africaine et nous espérons être sur la bonne voie.
Question: Quelles relations voulez-vous avec les médias?
Président Ahmad: J’espère spécifiquement que les relations entre la CAF et les médias seront encore renforcées. Cela ne se fait pas dans le sens de détruire mais pour le développement du football africain. Mon souhait est que nous ayons un espace de dialogue pour voir comment nous pouvons nous entraider si nous devons le faire.
wiwsport.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here