Niger radiation du Général Mounkaila: malaise au sein de l’armée?

0
1382

Le mois d’avril a  été un moment de joie pour certains officiers et de peine pour d’autres.

En effet, au moment ou  le Directeur général de la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure ( DGDSE) est promu Général de corps d’Armée,   le secrétaire général du Ministère de la Défense nationale  Ibrahim Wally Karingama  et Harouna Djibo Hamani sont promus eux Général de Division on apprend que le Général  de brigade Mahamadou Mounkaila   est déchu de ses grades acquis sur les théâtres d’opérations et après une longue carrière.

Peut-on être indiscipliné et gravir le grade de Général ?  Qu’a-t-il fait ou dit qui lui a valu cette radiation au moment le Niger fait face à des défis sécuritaires majeurs ?

 C’est du reste  des questions que se posent de nombreux analystes!

La cinquantaine révolue d’âge, le général de brigade Mahamadou Mounkaila a eu un parcours élogieux. Il est un Saint-cyrien de la promotion « Les Cadets de la France Libre »  et ancien enfant de troupe (AET) du Prytanée militaire de Saint-Louis au Sénégal.

Discret et intrépide, il  est aussi passé par plusieurs écoles militaires notamment l’Institut des hautes études de défense (IHEDN) avant d’être promu général de brigade le 11 janvier 2018.

Ancien  commandant de l’Ecole de formation des FAN (EFOFAN),  le Général Mounkaila à au plan sous régional occupé des postes de responsabilité au sein de la Force Multinationale Mixte (FMM) de la CBLT et du Bénin, qui opère dans le bassin du Lac Tchad.


Y a-t-il  un malaise au sein de l’armée qui expliquerait cette décision?  On note seulement que cette radiation survient  après l’arrestation du Colonel Soumana Zanguina  et d’autres militaires comme Maï Manga Kafougou et Oumarou Hima.

On évoque enfin l’arrestation  d’une quarantaine  de militaires  apres  la mort dans un camp d’instruction de Niamey d’un jeune élève officier Thiombiano Talata Chamsoudine.

En janvier 2018, le général Souleymane Salou, ancien chef d’état-major et 7 autres militaires et un civil ont été condamnés de cinq à quinze ans de prison pour avoir tenté de renverser le régime en 2015.

Le général Souleymane Salou et le lieutenant Ousmane Awal Hambaly ont écopé de 15 ans de prison.

Niger Express

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here