Ouverture à Niamey d’un forum parlementaire de sensibilisation sur la migration dans l’espace CEDEAO

0
876

« En effet, l’Afrique de l’Ouest est la zone qui accueille le plus grand nombre de migrants internes en Afrique ; ils seraient ainsi de l’ordre de huit millions. C’est pourquoi, dès le départ, la CEDEAO avait fait de la libre circulation des personnes et des biens l’un de ses principes majeurs, décision grâce à laquelle la gestion des mouvements internes des populations est globalement sous contrôle. La préoccupation réside plutôt dans la prise en main de l’autre aspect de la migration, celui se rapportant aux flux de départ hors de notre zone, en direction d’autres parties du monde », a-t-il poursuivi.
S’agissant de la migration, M. Ousseini Tinni a mentionné qu’en effet.’’ En raison de la position géographique de notre espace, nous sommes sillonnés de nombreux circuits de circulation de migrants en direction de l’Europe et de l‘Amérique, le plus souvent dans les conditions irrégulières. Ces circuits, naguère empruntés par nos seuls migrants, accueillent aujourd’hui les jeunes en provenance de toute l’Afrique, voire même du Moyen-Orient et de l’Asie’’.
Toujours dans son intervention, M. Ousseini Tinni a mis à l’appréciation de l’assistance les efforts que déploie le Niger en matière d’immigration. Selon lui le président du Niger est en passe de devenir le champion de la lutte contre l’immigration clandestine.
« La problématique migratoire comporte des enjeux et des défis de divers ordre. Conjuguons donc diplomatie et coopération judicaire pour mieux l’encadrer. Dans cette occurrence, le député et le parlement se doivent d’être aux avant-poste et jouer de leurs prérogatives et de leur leadership pour agir en complément des efforts des gouvernements, au niveau national comme dans un cadre multilatéral », a ajouté le président de l’Assemblée Nationale du Niger.
Auparavant, le président du Parlement de la CEDEAO M. Moustapha Cissé Lo a dans son intervention indiqué que le phénomène migratoire qui chaque jour fait des ravages et crée des victimes dans notre continent, doit être considéré comme un fléau qui freine le développement des économies de nos Etats.’’ Nous devons unir nos forces et redoubler d’efforts pour faire face à cette situation persistante devant une communauté internationale qui, malgré tous ses efforts se trouve souvent désarmée’’, a-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here