Niger: Cris du coeur des agents d’enrôlement CENI

0
1250

Transportés à l’intérieur du pays pour les opérations d’enrôlement, plusieurs agents opérateurs et contrôleurs recrutés par la commission électorale nationale indépendante (Céni), lacent depuis hier jeudi 3 octobre 2019, un cri de cœur depuis leurs différents postes.
A Tahoua comme à Diffa, les agents disent être abandonnés à leur sort, sans hébergement, ni alimentation.
Ceux de Tahoua, étaient jusqu’à hier matin plus de 300 agents opérateurs et contrôleurs, ayant fait le déplacement pour la même cause. Mais au moins une cinquantaine d’entre eux a jeté l’éponge, faute de mauvaises conditions d’accueil, préférant retourner à Niamey.
Selon un des agents contrôleurs joint au téléphone, aucun dispositif d’accueil n’a été mis en place à leur arrivée. C’est ainsi qu’ils se sont dirigés au Gouvernorat, ensuite à la mairie de la ville et en dernier lieu à l’Ecole normale de Tahoua à la recherche des lieux de leur hébergement.
Malheureusement pour eux, partout ils se sont postés, les portes leur sont fermées. Certaines personnes trouvées sur place leur ont dit ignorer le sens de leur mission et n’ont reçu aucune instruction les concernant.
Un responsable de la Céni joint au téléphone à Niamey trouve que les agents en question n’ont pas dit toute la vérité. En effet, si l’on en croit ses propres propos, les contrats signés par ces agents et avec leur propre consentement ne prévoient aucune prise en charge en nature en dehors de leurs salaires mensuels qui varient de 150.000 à 300.000 FCFA.
Ce dernier a ajouté que, avant leur départ pour leurs différents postes, eux tous savaient que des hébergements ne leur seront pas alloués encore moins une prime d’alimentation. Ce sont des aspects qui ont été pris en compte dans le contrat qu’ils avaient librement signés, a-t-il souligné. Mieux, ils avaient été assez édifiés lors de la séance de formation à Niamey, a précisé notre source.
Cependant, la Céni a demandé aux autorités locales qui pourraient éventuellement aider un agent pour des questions d’hébergement de le faire mais sans considérer cela comme une obligation. Dans certaines localités comme Agadez, la mairie a par exemple fait un petit campement pour les loger durant les deux semaines qu’ils auront à passer sur place.
Au petit matin du jeudi 03 octobre 2019, les quelques responsables de la Ceni partis à leur rencontre, leur ont demandé de patienter, en leur promettant de débloquer des frais destinés à leur prise en charge dans la journée ce vendredi. Toutefois, ces derniers leur ont demandé de rester sages et surtout de ne rien écrire sur les réseaux au sujet de leur calvaire.
Selon une source digne de foi, d’autres désistements pourraient être enregistrés, si à l’issue de la journée d’aujourd’hui aucune solution satisfaisante n’est trouvée.
Par ailleurs, l’on apprend que deux communes de la région de Tahoua à savoir Tillia et Bombay, seront momentanément écartées des opérations d’enrôlement, pour raison d’insécurité, nous confie notre source qui est sur place à Tahoua.
Le peuple nigérien a depuis quelques mois les yeux rivés sur l’organisation des élections honnêtes et crédibles à l’horizon fin 2020. Entre décembre 2020 et mars 2021, la Céni prévoit d’organiser 3 trois scrutins, dont le plus attendu est l’élection d’un nouveau président de la République.

SOURCE SITE JOURNAL EVENEMENT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here