La Confédération Nigérienne du Travail (CNT) s’insurge contre la remise en cause des libertés

0
381

Dans une déclaration rendue publique il y a quelques instants, le BEN/CNT se dit profondément choqué de la remise en cause des libertés individuelles et collectives en République du Niger ; en témoigne la répression barbare exercée par la police sur les enseignants militants du SYNACEB en pleine Assemblée Générale à la MJC Diado Sékou ; ce qui vient s’ajouter à plusieurs abus dont les syndicats affiliés à la CNT en sont victimes.
De la résiliation des enseignants contractuels pour boycott de l’évaluation illégale et inopportune organisée en 2017 ; en passant par les affectations des responsables syndicaux du SYNACEB et du SYNISEEN ; sans oublier le licenciement abusif des agents de la CNPC, la liste des violations n’est pas exhaustive.
Ce qui constitue une violation flagrante des conventions de l’OIT et de la constitution du Niger.
La CNT dit s’indigner également  de la rupture de dialogue social entre certains syndicats affiliés et leurs interlocuteurs, mais aussi de l’ingérence des autorités dans la compétition syndicale comme c’est le cas dans le secteur de l’éducation et à la SEEN.
La Confédération Nigérienne du Travail réaffirme son engagement à se battre pour une justice sociale et la protection des droits des travailleurs.
D’ailleurs la CNT rassure ses militantes et ses militants qu’après les élections professionnelles ayant donné une place de choix à la centrale syndicale ; faisant d’elle l’une des plus représentatives que rien ne saurait être comme avant.
C’est pourquoi le Bureau Exécutif National de la CNT  déclare apporter son soutien indéfectible et sans faille au BEN/SYNACEB, à ses militantes et militants mais également à tous les enseignants du Niger.

 Exige du gouvernement la réhabilitation immédiate des 480 enseignants résiliés pour respect du mot d’ordre des syndicats et la réaffectation de tous les enseignants arbitrairement redéployés.

Exige de la Direction Générale de la SEEN la réaffectation des membres du BEN CNT affectés à l’intérieur du Pays ; et la réhabilitation d’un des responsables du BEN SYNISEEN révoqué alors qu’il était sur le lit d’hôpital, au risque d’être poursuivie devant les services compétents.

Décide de porter plainte contre l’Etat du Niger auprès du Bureau International du Travail BIT pour violations des libertés syndicales et abus de pouvoir.
 Demande aux syndicats affiliés de se préparer et de mobiliser les différentes bases dans l’attente des tous prochains mots d’ordre de la centrale.

Enfin le Bureau Exécutif National de la CNT  dit avoir  une pensée particulière aux vaillantes forces de défense et de sécurité qui luttent inlassablement pour la défense de l’intégrité de notre territoire.
Condamne fermement les différentes attaques dont font l’objet les positions de nos FDS engendrant plusieurs pertes en vies humaines et occasionnant des milliers de déplacés.
 Présente ses condoléances aux parents des victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
Demande au gouvernement de doter les FDS de moyens adéquats et appropriés pour faire face à l’ennemie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here