COVID-19 : Le Mouvement Tous pour la République appelle à l’allègement des mesures restrictives des libertés publiques.

0
331


Le Mouvement Tous pour la République constate depuis un certain temps la chute des cas de COVID19, selon les statistiques officielles au Niger, et encourage par conséquent les Citoyens à se préserver davantage face à la maladie.
Au vu de la tendance à la baisse observée face au virus, le Mouvement estime que certaines mesures limitatives prises pour contrer le COVID-19 doivent être allégées en vue de permettre aux activités socio-économiques de se relancer au grand bonheur des populations.
C’est pourquoi, le Mouvement considère que le Gouvernement doit prendre des mesures appropriées et inclusives pour une reprise sans délai des cours dans les écoles, universités et instituts publics et privés ; du moins pour permettre aux élèves et étudiants en classe d’examen de parachever l’année académique en bons termes.
De même, des mesures adéquates sont possibles dans le secteur des Transports publics et des lieux de culte en vue de favoriser la mobilité des citoyens et l’accès aux fidèles à leurs lieux de culte.
Le Mouvement Tous pour la République exprime son inquiétude face à la tendance à réprimer toute voix discordante ou critique face à la gestion de la pandémie du COVID-19, exacerbée par la restriction du droit à la liberté d’expression, les arrestations et emprisonnements de citoyens ayant librement exprimé leurs opinions.
Au Burkina Faso voisin, c’est pourtant grâce à la liberté de ton des citoyens et des médias que le Gouvernement a décidé récemment de mettre de l’ordre dans la gestion de l’épidémie en limogeant, entre autres le Coordonnateur du Comité national de riposte, tout en annonçant l’ouverture d’une enquête sur de probables cas d’abus, de mensonges ou de mauvaise administration relatifs à la maladie.
Le Mouvement rappelle que le COVID-19 ne doit pas restreindre les espaces de libertés fondamentales chèrement acquis par le peuple nigérien et réitérés dans la Constitution ainsi que divers instruments juridiques nationaux et internationaux librement ratifiés par le Niger.
En Janvier 2015 des dirigeants, parmi lesquels le Président Issoufou Mahamadou, ont battu le pavé à paris en soutien à la liberté d’expression, cette même liberté qu’on tente d’abîmer aujourd’hui en prenant prétexte sur le COVID-19.
Ainsi, le Mouvement appelle-t-il à l’arrêt immédiat des arrestations arbitraires contre des citoyens et activistes. Et demande, par la même occasion, la remise en liberté de toutes les personnes détenues pour avoir juste donné leurs avis citoyens sur la situation du COVID-19.
Le Mouvement invite par ailleurs les citoyens à user de leurs droits à la libre expression en faisant preuve de responsabilité et de sensibilité aux valeurs républicaines.
Fait à Niamey le 1er Mai 2020
Le Directoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here