Journée internationale de lutte contre l’abus des substances illicites et des drogues : Une importante quantité saisie en 2019 incinérée

0
102

Le Niger, à l’instar des autres pays du monde, a célébré le vendredi 26 juin dernier, la 33ème journée internationale de lutte contre l’abus des substances illicites et des drogues.

À cette occasion, la Commission Nationale de Coordination pour la lutte contre la drogue a procédé à l’incinération d’une importante quantité de drogues saisies par les forces de défense et de sécurité au cours de l’année 2019.

La cérémonie qui s’est déroulée à quelques kilomètres à la sortie de Niamey, a été présidé par le Directeur Général de la Police Nationale (DGPN) en présence de la Secrétaire générale du ministère de la justice, des membres de la Commission Nationale de Coordination pour la lutte contre la Drogue, et plusieurs invités.

Les substances illicites incinérées à cette occasion sont composées de 814,5 briques, (464380 grammes), 927 cornets et 18 plaquettes de cannabis ; 168.732 comprimés de tramadol ; 2357 gramme de cocaïne ; 144.393 comprimés de diazépam ; 1517 grammes d’amphétamine, 320.5 grammes et 887 cornets de craque, Héroïne ; 84 grammes et 38 cornets d’héroïne ; 148 grammes de poudre blanche et 220 grammes de poudre suspecte.

Au cours de cette, le Président de la Commission Nationale de Coordination pour la lutte contre la Drogue, le Magistrat Douma Hamidou Moussa a profité de l’occasion pour rendre un hommage à tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la drogue tout en les rassurant davantage du soutien et de la disponibilité du gouvernement dans cette quête.

Il a ensuite de manière succincte, fait savoir que le trafic de drogue au Niger est toujours dominé par des substances telles que l’herbe de cannabis et les différents comprimés comme le diazépam et le tramadol. Enfin, M. Douma Hamidou Moussa a indiqué que selon les statistiques dont il dispose, c’est la couche sociale la plus jeune du Niger qui est touchée par ce fléau.

A cet effet, il a déploré le cas de la jeune fille en milieu urbain qui n’en est point épargnée. De ce fait, a-t-il indiqué, cette situation invite toute la population à une plus grande prise de conscience et une détermination dans la lutte contre l’abus des substances illicites et des drogues au Niger.

Après le mot d’ouverture, les techniciens du Service stupéfiant et toxicologie du laboratoire de la police technique et scientifique, ont expliqué les différents procédés permettant de déterminer la nature des substances.

Selon les explications des membres dudit laboratoire, en cas de doute sur la substance après la saisie, un échantillon leur est envoyé pour divers tests. Ces tests se font par le biais de plusieurs kits dont dispose le laboratoire et qui permettent de déterminer qualitativement la nature de la substance.

En effet, dans ces kits, il y a des ampoules dont le ‘’général screening‘’ qui permet de déterminer à travers différentes coloration la nature de la substance. Ainsi, si la coloration est bleue, cela signifie qu’il y a présence de cocaïne dans la substance et si c’est une coloration violette, alors il s’agit de l’amphétamine.

Rahila Tagou(onep)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here