Niger : Le Projet d’Appui à la force conjointe du G5 Sahel informe et consulte sur le respect des droits de l’homme

0
581

Le Projet d’Appui à la force conjointe du G5 Sahel avec l’appui du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme achève aujourd’hui à Niamey   une série d’ateliers d’informations et de consultation.

Ils s’inscrivent dans le cadre des consultations avec les organisations de la société civile (OSC), les Institutions nationales des droits de l’homme (INDH), les Médias et toutes structures et personnes ressources identifiées par la Coordination nationale du Projet d’appui à la FC G5S dans la mise en œuvre du cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international humanitaire.

 Ces ateliers qui se sont déroulés du 23 au 25 novembre 2020, ont permis d’écouter et recueillir les attentes des participants sur leurs contributions en vue d’identifier les mécanismes susceptibles d’améliorer le partenariat multi-acteurs et étudier les possibilités de réduire les facteurs de méfiance existants ou émergents.

En plus, ils ont permis d’assurer la visibilité institutionnelle des partenaires techniques et financiers du Projet et du HCDH.

Apres respectivement les structures de la société civile (OSC), les Institutions nationales des droits de l’homme (INDH) ce fut le tour des hommes des Médias d’être outiller les enjeux et les défis du Projet d’Appui à la force conjointe du G5 Sahel.

De l’avis des différents consultants du Projet d’Appui à la force conjointe du G5 Sahel ; le respect des droits de l’homme est une condition sine qua non pour lutter efficacement contre les groupes extrémistes armés. Une lutte qui requiert des actions concertées entre tous les acteurs, y compris les forces de défense et de sécurité et les communautés locales et les médias

Ces assises visent indique-t-on à améliorer l’exposition du Projet en donnant la parole aux parties prenantes visent également à partager avec les participants, les motivations et la vision du Projet d’appui à la FC-G5S dans la mise en œuvre du Cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international humanitaire et exposer le processus du Cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international humanitaire en appui à la FC-G5S et assurer la pédagogie de ses enjeux.

Les participants ont été édifiés sur le mandat de la FC-G5S, son mandat, son fonctionnement et ses défis dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le crime transfrontalier organisé et les trafics d’êtres humains.

Le G5 Sahel (crée en 2017 regroupe 5 pays que sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad) vise à garantir des conditions de développement et de sécurité au sein de ces pays, offrir un cadre stratégique d’intervention pour améliorer les conditions de vie des populations, allier le développement et la sécurité et promouvoir un développement régional durable.

Photo de famille avec les hommes des médias

Pour rappel, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) soutient depuis 2018, la Force Conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) avec l’établissement et la mise en œuvre d’un cadre réglementaire relatif au droit international des droits de l’homme (DIDH), au droit international humanitaire (DIH) et au droit international des réfugiés (DIR), communément appelé « Cadre de conformité ».

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here