Agadez : Lancement à Aderbissanat de la Campagne nationale de lutte contre les feux de brousse

0
993

La Ministre de l’environnement et de la lutte contre la désertification, Mme Garama Saratou Rabiou Inoussa a lancé, le jeudi 14 octobre dernier à Aderbissanat (région d’Agadez), la campagne nationale 2021-2022 de lutte contre les feux de brousse.

Le gouvernement a consenti des efforts appréciables en 2021 dans la région d’Agadez dans l’atteinte des objectifs de récupération de 600ha de terres dégradées, la fixation de 5000ha des dunes, la réalisation de 5000m de bandes pare-feu.

Le choix d’Agadez pour abriter la cérémonie de lancement de cette campagne de lutte contre les feux de brousse s’explique par le fait que la région dispose d’un climat d’une aridité incomparable, d’un écosystème assez riche dans un environnement austère.

Elle vise à protéger l’habitat de la faune qui a une importante population dans la région, la diversité biologique des écosystèmes  de cette zone,  déjà fragilisée par les effets  du changement climatique, et à appuyer le système d’élevage  sur lequel repose en partie économie des populations locales.

Rappelons qu’en fin septembre 2021, les résultats  encourageants illustrent les efforts consentis par l’Etat  dont entre autres 1184,72 ha de terres restaurés ; 4300 plants produits ; 200km de bande pare-feu  ouvertes et 10ha de dunes fixées.

Pour  la ministre de l’environnement et de la lutte contre la désertification, Mme Garama Saratou Rabiou Inouss, ‘’les feux de brousse constituent un fléau pour l’environnement  socioéconomique et écologique car une fois déclenchés, ils ravagent tout sur leur passage entraînant  une perte de la diversité biologique, des dégâts  sur les infrastructures et parfois  des pertes en vies humaines et animales’’.

Ces feux de brousse ont, pour la plupart des origines anthropologues, c’est à dire provoqués par l’homme de façon volontaire ou involontaire,  et très rarement les causes sont naturelles.

 ‘’Du fait de son action à effet destructeur sur le sol, la végétation, la faune  et les infrastructures  socioéconomiques, les feux de brousse  constituent  un facteur  majeur de la dégradation de la végétation et une contrainte environnementale  de premier  ordre dans  notre pays’’ a indiqué la Ministre de l’environnement.

‘’Aussi la récurrence de ce phénomène  dévastateur  devient  malheureusement  de plus en plus préoccupante dans notre pays’’  a dit Mme Garama.

En effet de 2015  à 2020, 597 cas  de feux de brousse  ont été enregistrés sur l’ensemble  du territoire national, consument  ainsi 346.527 Ha  de pâturage  occasionnant  de ce fait ,un manque a gagner de  dans le bilan  fourrager qu’il a fallu, à chaque fois, compenser  par l’achat d’aliments bétail.

La ministre a  saisi ce moment solennel pour lancer un appel  aux autorités administratives, locales et coutumières, aux techniciens de terrain et aux populations de ‘’redoubler de vigilance  pour prévenir les risques de feux de brousse particulièrement en cette année ou l’abondance  des précipitations  enregistrées  dans certaines  localités  de notre pays  a généré une  fore densité  de tapis herbacé’’.

Elle ainsi exhorté les populations  à redoubler d’effort  et de vigilance  pour que dès à présent  ‘’des mesures habituellement prises  soient diligentées pour prévenir et lutter contre les feux de brousse’’.

Selon Mme Garama, ces mesures se traduiront par la  sensibilisation-information, la mise à disposition  des ressources, la mobilisation  sociale, la mise en place  des comités de veille  et d’intervention rapide la formation  et l’équipement des acteurs.

La ministre a demandé aux autorités administratives et traditionnelles, les services  techniques   et partenaires  au développement à ‘’prendre le relai de l’information et de la sensibilisation  sur la prévention contre les feux de brousse  dans leurs entités respectives’’.

De même les media particulièrement les radios communautaires ont été invité a concevoir et  à diffuser des émissions portant sur les mesures à prendre  pour prévenir et lutter contre les feux de brousse.

Les populations, pasteurs, transhumants, agropasteurs  et éleveurs  sont invités à bannir les pratiques  à risque qui sont dans la plupart  des cas  à l’origine  des feux de brousse  et dont les conséquences sont néfastes  pour la nature  et pour les communautés auxquelles ils appartiennent.

La ministre rappelé qu’au terme de la constitution, chacun est  tenu de  contribuer à la sauvegarde et à l’amélioration  de l’environnement dans lequel il vit.

‘’Cette dame nature qui nous offre toutes les solutions pour notre environnement  socioéconomique a plus que besoins d’être préservée pour les besoins des générations futures’’.

C’est a juste titre que e programme de la renaissance  acte III « consolider et avancer «  du Président de la république du Niger, à travers l’initiative 3N fait de la lutte contre  les feux de brousse son cheval de bataille’’ a laissé entendre la Ministre de l’environnement.

La ministre s’est réjoui qu’en soutien à cet effort de l’Etat, des partenaires techniques et financiers, à travers  la cellule crise alimentaire (CLA), le Projet Pôles ruraux (PPR), le Projet de  Promotion de l’Agriculture Productive–PromAP), le PAM et bien d’autres  ont annoncé des  contributions substantielles pour la réalisation des bandes pare-feu et la tenue de campagnes d’information et de sensibilisation.

‘’Ma conviction est qu’il faut aborder les questions de lutte contre les feux de brousse dans le même registre que les inondations  considérées comme des catastrophes naturelles’’ a-t-elle proposé.

La cérémonie de lancement officiel de la Campagne Nationale  2021-2022 de lutte contre les feux de brousse intervient à un moment où la région a déjà enregistré 17 cas de  feu de brousse dont le plus récent s’est déclaré alors que la Ministre de environnement venait juste de terminer ses discours et visites à Aderbissanat, indique-t-on.

AH/AS/ANP octobre 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here