Niger Succès 1ère Phase Du Projet Filets Sociaux : Ces Bénéficiaires Temoignent De La Réussite Des Interventions

0
484

Le Projet Filets sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka dans ses composantes phares, le cash transfert pour la résilience, le cash transfert en réponse à la covid19, aux chocs liés aux inondations, le cash for work et le volet accompagnement, joue un rôle moteur dans l’amélioration des conditions de vie des populations nigériennes. 

Les résultats significatifs de la première phase du Projet filets sociaux Wadata Talaka ont permis à la Banque Mondiale de financer une deuxième phase.

Sous la tutelle du cabinet du Premier Ministre, le projet Filets Sociaux adaptatifs Phase II Wadata Talaka est mis en œuvre depuis le 20 juin 2019 pour une durée de 7 ans. Il est financé par la Banque pour un montant de 210 millions de Dollars US composé d’un Prêt : 50 Millions de dollars US et d’un Don : 160 Millions de dollars US.

REMISE TEMOIGNAGE DE SATISFACTION AU COORDONNATEUR DU PROJET M. MOUSSA BOUDA ET A M. OUSMANE DIAGANA VICE PRESIDENT BANQUE MONDIALE AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE PAR LES POPULATIONS DE LA COMMUNE RURALE DE KARMA

De l’avis de la Banque mondiale, le Projet Filets Sociaux Adaptatifs qui vient de démarrer sa deuxième phase avec le soutien de son institution vise à accompagner le Niger pour traduire cette vision forte et pertinente en activités réelles destinées à changer qualitativement les conditions de vie des populations.

Il ressort de ces témoignages que les résultats probants enregistrés contribuent d’ores et déjà à renforcer la résilience de ces populations vulnérables.

CASH TRANSFERT POUR LA RESILIENCE

MARADI

ZARA RABIOU FEMME RELAIS VILLAGE GARIN  BAJINI COMMUNE RURALE DE SARKIN YAMMA

Les différentes activités réalisées par le Projet au niveau du village de Garin Bajini se résument autour du cash transfert qui consiste a donné de l’argent cash aux ménages vulnérables qui ont été identifiés à la suite d’une étude.

Le Projet Filets Sociaux   octroie 15000 Fcfa par mois par mois à l’intention de 114 ménages vulnérables du village indique cette bénéficiaire. Cet appui financier qui nous permet, a-t-elle poursuivi, de subvenir aux besoins de la famille et soutenir la scolarisation de nos enfants. Grace à ce cash transfert, nous pratiquons l’embouche et le warrantage.

Nous disposons d’une caisse d’épargne ou les femmes cotisent et empruntent de l’argent. On remercie le Projet. On souhaite l’acquisition des moulins, l’octroi des fonds de roulement pour mener des Activités Génératrices de Revenus. Il y a un grand changement à présent.

Le Projet a intervenu dans 5 communes durant la première phase avec une cible de 6353 bénéficiaires. il a investi  15000 Fcfa par ménages par mois pour une période de 2 ans.

TILLABERI

MARIAMA SEYDOU PRESIDENTE DU GROUPEMENT WANGARI A KARMA

Les groupements féminins mènent plusieurs activités dont entre autres les cultures maraîchères et les activités génératrices selon Mariama Seydou présidente du groupement Wangari à Karma.

Au niveau du groupement Sakoula-Bane de Karma, les femmes ont bénéficié d’un appui financier de 80 000 Fcfa par femme comme fonds de roulement. Une partie des fonds, indique la bénéficiaire Aissa Gani qui pratique l’embouche ; est destinée à l’entretien de la famille et une autre partie pour pratiquer l’embouche. Nous sommes très satisfaites.

A titre illustratif dans la commune rurale de Karma, 62 milles habitants, située à une quarantaine de la capitale Niamey, 2498 ménages bénéficiaires répartis dans 43 villages ont été ciblés dans la composante Transfert monétaire pour la sécurité alimentaire durant la première phase du projet.

Plus 600 000 000 Fcfa ont été distribué en 24 mois et en raison de 10 000Fcfa par mois et par ménage bénéficiaire durant la première phase dans la composante cash transfert en réponse à la résilience.

Cette intervention a contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations sur le plan alimentaire, l’empowerment socioéconomique des femmes et la pratique des activités génératrices de revenus.

VOLET ACCOMPAGNEMENT

SOUWEBA MOUCTARI FEMME RELAIS COMMUNE RURALE KALFOU

Je me nomme Souwéba Mouctari, je suis relais communautaire à Kalfou. Nous avons bénéficié d’une formation du projet Wadata talaka des filets sociaux sur le changement des comportements et nous sensibilisons les bénéficiaires de l’appui des filets sociaux sur cette thématique. Nous sommes 4 relais communautaires à Kalfo,

Le Projet Filets Sociaux nous sensibilisent sur les pratiques familiales essentielles, les conséquences et les mesures barrières sur la covid19 tels que le lavage des mains, le port de masque ;  l’allaitement maternel exclusif, la lutte contre la malnutrition des enfants, comment éduquer les enfants.  L’hygiène corporelle et environnementale. Il y a un changement de mentalité et une amélioration de la santé au niveau communautaire, la consommation des aliments nutritifs pour les femmes et leurs enfants pour éviter la malnutrition

Auparavant nos enfants étaient régulièrement confrontés à la malnutrition et au paludisme. les populations ont appris comment se protéger contre la COVID 19.

En plus des actions psycho-sociales sur les sensibilisations communautaires sur les aspirations et normes sociales et les formations en compétence, le projet filets sociaux adaptatifs a mis en place des Associations Villageoises d’Epargne et Crédit (AVEC) et recruter des coachs pour un encadrement de proximité » aux bénéficiaires des villages d’intervention.

La lutte contre la malnutrition, l’hygiène corporelle et environnementale, la stimulation psychosociale pour le bien-être des enfants et leur protection font partis des 14 thématiques entrant dans le cadre de la campagne de sensibilisation pour un changement de comportement.

CASH TRANSFERT REPONSE COVID

AGADEZ

 AZARA MAHAMANE BENEFICIAIRE VILLAGE AZZEL

Avec l’avènement de coronavirus, nous avons bénéficié d’appui de 45.000f de la part du projet au moment opportun. Nous travaillons avec les feuilles de palmier doum et des cailloux.

Grâce à l’argent reçu parmi les femmes, il y’en a qui ont acheté des chèvres, d’autres ont payé des matériels de travail, bref chacune vaque à ses occupations habituelles, sans vous mentir le don des 45.000f nous a beaucoup aidé.

Nous, les femmes arrivent ainsi à prendre en charge nos enfants aussi bien pour leurs petits besoins que ceux scolaires. Si possible, nous voulons qu’on nous augmente encore de l’argent. Nos enfants sont bien propres, et ont de quoi payer à manger pendant la récréation.

Au début nous faisons une tontine de 100f, puis 200f jusqu’à arriver à 1.000f que nous partageons entre 2 femmes. Nous sommes vraiment reconnaissantes vis à vis du Projet Filets Sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka.

AKKA SALAHAN MAIRE COMMUNE URBAINE DE TCHIROZERINE

En réponse à la pandémie du COVID19 la commune urbaine de Tchirozerine a bénéficié de l’intervention du Projet Filets Sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka.  32 villages ont bénéficié des actions du Projet dont celui d’Azzel. Au total 213 855 000 Fcfa aux 4763 ménages dans la commune urbaine de Tchirozerine dont 15 975 000FCFA au profit des 355 ménages du village de Azzel Ecole.

Nous remercions la Banque Mondiale au nom des communautés bénéficiaires de remercier le Projet Filets Sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka et la Banque Mondiale pour les efforts inestimables à l’endroit des couches vulnérables surtout en situation d’urgence.

CASH TRANSFERT INONDATIONS

MOROU ISSOUFOU CHEF DE VILLAGE NEINI GOUNGOU

Avec l’appui du projet filets Sociaux certains ménages, tenant compte de l’enquête de vulnérabilité qui a été effectuée à la suite des inondations de 2020, ont reçu 100 000 Fcfa et d’autres jusqu’à 150 000 Fcfa dans le village de Neini Goungou. Cette assistance financière en réponse aux chocs liés aux inondation a été d’un grand apport pour nous.

Elle a permis aux populations victimes durement impactées de reconstruire leurs maisons, de subvenir aux besoins de la famille et de reprendre les activités maraichères. Les femmes mènent des activités génératrices de revenus et d’autres font l’embouche.

 Comme vous le voyez toutes les rizières, les jardins et les champs ainsi que nos habitations ont été dévastés après la rupture la digue que protège le village.

Nous demandons au projet filets sociaux de poursuivre cet appui car cette année aussi il ya eu un déficit pluviométrique. La campagne agricole n’a pas répondu à nos attentes. En 2020 ce sont les inondations qui ont éprouvé les populations et cette année c’est la sècheresse. Nous avons besoin du soutien du Projet filets sociaux.

CASH FOR WORK

MOUSSA GARBA HABITANT DU VILLAGE DE GANGUEL/ BITCHINKOGI

Nous avons entrepris des travaux de récupération de terre grâce à l’appui du projet filets sociaux. Ces travaux qui ont été exécutés avec la participation de plusieurs villages de Ganguel dans la commune de Bitchinkogi. Ils ont permis comme le voyez de transformer ces glacis en terre agricole et pastorale.

 Les revenus des travaux de cash for work ont permis aux populations d’acheter des vivres et des vêtements et de se soigner et entreprendre l’embouche. Ce sont des dizaines d’hectares qui ont été récupérés ici.

Le pâturage n’a pas bien donné cette année du fait de l’arrêt précoce des pluies sinon toutes ces demi-lunes et banquettes sont submergées d’arbustes, d’eau et de pâturage. Ce qui participe à la préservation de l’environnement et l’amélioration des rendements agricoles.

PROMOVOIR LA SCOLARISATION DE LA JEUNE FILLE

Hinda Mamane bénéficiaire de bourse et de kits scolaire et d’hygiène commune de Kantché

J’ai 15 ans en classe de quatrième au Collège Kantché. Nous sommes satisfaites de l’appui du projet Filets Sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka. Ce qui nous encourage à poursuivre nos études.  Il nous octroie des bourses et des kits scolaires (cahiers, tenue de sport). En plus des kits scolaires et d’hygiène (savon et serviettes), les filles boursières du collège bénéficient de 24 000 Fcfa et celles du primaire 12000Fcfa.

 Avant c’était difficile de poursuivre les cours lorsque les filles commencent les menstrues et le gène qui cela provoque chez les filles à l’école.  Mais avec le soutien du projet en Kit d’hygiène on étudie normalement.

Avant les filles dont les parents ne disposent de moyens sont obligées d’abandonner l’école. Maintenant on constate une nette amélioration et une fréquentation des filles à l’école. Nous sommes très contentes. Il y a d’autres filles scolarisées qui attendent aussi ce genre d’appui.

Avant certaines filles abandonnent dès qu’elles commencent les menstrues mais avec l’appui du projet en kits d’hygiène les mentalités des jeunes filles et leurs mères ont changé. La gestion des périodes de menstrues était très embarrassante pour les filles et leurs mères.

Avant c’était compliqué pour les mères et leurs filles de gérer cette période. Les filles abandonnent de crainte de voir ses menstrues à l’école et de se ridiculiser.

Sous la houlette du Projet d’Appui à la Population et la Santé PAPS partenaire de mise du Projet Filets Sociaux, plus de 326 filles perçoivent chaque année des bourses, des kits scolaires et des kits d’hygiène De 2017 à 2021 dans la commune de Kantché.

Agée de 16 ans, Nana Fatchima Ibrahim bénéficiaire de bourse, de kits scolaire et d’hygiène du projet Filets Sociaux Adaptatifs II Wadata Talaka est passée en classe de 5eme avec une moyenne de 18,75/20. Elle fait la fierté du village de Kalfou.

De 2017 à 2021, 335 filles ont bénéficié de bourse et kits scolaires et kits d’hygiène dans la commune de Kalfou.

Le projet scolarisation de la jeune fille vise à appuyer le passage et le maintien à l’école des jeunes filles issues des ménages vulnérables du primaire au secondaire.

Selon la Banque Mondiale une réduction de la disparité, entre les hommes et les femmes et la promouvoir les opportunités économiques pour les femmes, pourrait augmenter la richesse du pays de 30%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here