Martin Luther King : pourquoi est-il toujours d’actualité ?

0
764

Le discours de Martin Luther King « I have a dream », appelant à l’égalité entre toutes les races aux États-Unis, est l’un des discours les plus inspirés, influents et célèbres des temps modernes.

Mais aujourd’hui, ces idéaux sont toujours en cours de réalisation ; les nouvelles restrictions de vote, qui touchent en particulier les électeurs noirs et pauvres, sont un signe que le rêve de Martin Luther King doit encore être réalisé, rapporte Pablo Uchoa, du BBC World Service.

Qui était Martin Luther King Jr ?

Le 28 août 1963, près de 250 000 personnes se sont rassemblées au Lincoln Memorial de Washington pour écouter le discours d’un homme.

Il s’appelait Martin Luther King Jr et ses paroles résonnent encore aujourd’hui dans le monde entier.

Le Dr King, fils d’un ecclésiastique de l’État de Géorgie, dans le sud des États-Unis, a fait le rêve que la vie de ses enfants pourrait être différente de ce qu’elle avait été pour lui.

Ségrégation raciale

La ségrégation raciale, ou séparation entre les Blancs et les personnes de couleur, était toujours officiellement appliquée dans le Sud des États-Unis.

Les Noirs et les Blancs étaient séparés : ils vivaient dans des quartiers différents, mangeaient dans des restaurants différents, buvaient à des fontaines différentes et voyageaient dans des parties différentes des bus.

Au cours de cette période, les lois ont dicté de nombreux aspects de la vie des Noirs, en veillant à ce qu’ils soient moins bien payés pour leur travail, à ce qu’ils vivent dans de moins bonnes conditions et à ce qu’ils reçoivent une éducation moins bonne.

Lois sur le vote

Plus important encore, les lois discriminatoires empêchaient les électeurs noirs d’élire des législateurs susceptibles de modifier ces réglementations.

Mais si vous pensez que les rêves du Dr King appartiennent à un passé lointain, vous devriez y réfléchir à deux fois.

Selon sa propre famille, les derniers mois ont rappelé qu’une grande partie du rêve du Dr King n’est pas encore devenue réalité.

Dans les mêmes États où la ségrégation existait autrefois, les législateurs républicains ont adopté des lois qui, selon les militants, privent les minorités, et les électeurs noirs en particulier, de leurs droits.

Il s’agit notamment d’exigences strictes en matière d’identification et même d’une interdiction d’offrir de la nourriture ou de l’eau aux personnes faisant la queue pendant des heures pour voter.

Joe Biden et Donald Trump

Une vague de lois de ce type a été adoptée dans 19 États, dont la Floride, le Texas et l’Arizona, après l’élection du président Joe Biden en 2020.

Son prédécesseur, Donald Trump, affirme que Biden a volé l’élection, bien que les actions en justice n’aient pas réussi à prouver une quelconque fraude qui aurait changé le résultat de l’élection.

Alors que les États-Unis commémorent la Journée Martin Luther King le 17 janvier, les fils et les filles du leader emblématique demandent aux gens de ne pas se contenter de se souvenir de leur père, mais de suivre ses traces et d’agir pour protéger les droits des Noirs.

Bernice King et le changement social non-violent

« Nous allons commémorer la fête de King et nous vous encourageons tous à poursuivre vos commémorations également », affirme sa fille Bernice King, qui est également PDG du Martin Luther King Jr Center for Nonviolent Social Change, dans une vidéo publiée sur Twitter.

« Cependant, si le droit de vote est toujours en jeu… alors nous, c’est-à-dire chacun d’entre nous, devons collectivement utiliser nos diverses commémorations et nos plateformes en ce jour particulier pour faire ce que le Dr King aurait fait ».

« Mon père parlerait et agirait de manière à s’assurer que cette nation respecte sa promesse de démocratie en faisant pression sur notre Sénat des États-Unis… et au lieu de prendre congé du jour férié de King, ils devraient en faire un jour pour adopter la loi sur le droit de vote. »

Mouvement des droits civiques

Ce conflit est considéré comme un « moment décisif » pour la démocratie américaine, selon les termes de l’éminent leader des droits civiques, le révérend Al Sharpton.

S’exprimant mardi 11 janvier à Atlanta, l’ancienne résidence de Martin Luther King, M. Biden indique que la question du droit de vote est une « bataille pour l’âme de l’Amérique ».

« Voulez-vous être du côté de Martin Luther King ou de George Wallace ? Biden demanda, en faisant référence à l’ancien gouverneur ségrégationniste de l’Alabama.

Un moment clé dans la lutte pour mettre fin à la ségrégation a eu lieu en 1955, après que Rosa Parks a été arrêtée en Alabama pour avoir refusé de céder son siège à un passager blanc.

Katucha Bento, maître de conférences en études raciales et décoloniales à l’université d’Édimbourg, déclare : « les Noirs n’ont jamais accepté l’esclavage, le lynchage et toutes les violences sans résistance. »

Ainsi, « la période de ségrégation ne serait pas différente », dit-elle à la BBC.

Boycott des bus à Montgomery

Après l’arrestation de Parks, la communauté noire locale décide de boycotter le service de bus, ce qui dure toute l’année 1956. La protestation reçoit le soutien de tout le pays. Lorsque le Dr King rejoint le boycott des bus de Montgomery et contribue à diriger la campagne, ses discours incitent les gens à lutter contre la ségrégation.

« Le mouvement des droits civiques était une campagne de lutte pour la justice sociale dans les années 50 et 60 », explique le professeur Bento.

« Le mouvement avait un programme complexe, organisant des projets et des stratégies pour promouvoir l’éducation, l’accès à la nourriture, le développement de la communauté comme autant d’éléments de libération et de liberté ».

« Dans ce contexte, les campagnes de déségrégation faisaient partie d’une lutte plus large visant à remodeler la société américaine. »

Qu’a fait Martin Luther King ?

Les discours du Dr King incitent les gens à lutter contre la ségrégation, mais la réponse des suprématistes blancs est vicieuse : la famille King reçoit des appels menaçants et sa maison est bombardée.

Il continue à se battre avec les armes auxquelles il croyait : le pouvoir de la parole et de la mobilisation. Il croyait en la résistance non violente et refusait de réagir par la haine.

Le professeur Bento affirme que la lutte non violente du Dr King « est souvent interprétée de manière simpliste comme une acceptation passive », mais elle pense que c’est loin d’être le cas.

« La stratégie du Dr King avait une compréhension radicale de la non-violence comme mode de vie qu’il envisageait pour les États-Unis : une société antiraciste, égale et libre », dit-elle.

Marche sur Washington

La marche sur Washington pour l’emploi et la liberté en 1963 est devenue un moment clé du mouvement des droits civiques.

Rassemblée sous le chaud et doux soleil de l’été de Washington DC, une foule observe le Dr King exposer ses stratégies non violentes, appelant à l’harmonie raciale.

Il s’exprimait devant une statue surdimensionnée d’Abraham Lincoln, le président américain qui a déclaré la liberté de tous les esclaves américains en 1863. En 1964, le Dr King et le mouvement des droits civiques ont remporté une victoire historique.

Lois sur les droits civiques (1964)

La loi sur les droits civiques met officiellement fin à la ségrégation dans les lieux publics et interdit la discrimination dans l’emploi.

Mais le combat est loin d’être terminé, car les ennemis de l’égalité raciale continuent d’utiliser des subterfuges pour mener des politiques racistes.

Marche de Selma à Montgomery

Dans tout le Sud, des lois continuent de priver les électeurs noirs de leurs droits en rendant plus difficile leur inscription sur les listes électorales.

En 1965, le Dr King mène une marche historique de la ville de Selma, en Alabama, à la capitale de l’État, Montgomery, pour protester contre ces lois.

Alors que les manifestants se frayaient un chemin le long de l’autoroute de 87 km, ils se sont heurtés à la violence meurtrière des autorités locales et des groupes d’autodéfense. Pourtant, le Dr King est resté fidèle à son principe de protestation non violente.

Comment est mort Martin Luther King ?

Il est arrêté et envoyé en prison 29 fois. Le 4 avril 1968, il se tenait sur le balcon de sa chambre d’hôtel à Memphis, en Arizona, lorsqu’il est abattu par un homme blanc armé d’un fusil.

Cet assassinat n’a rien diminué du rôle du Dr King dans l’histoire américaine, ni son influence sur les mouvements contemporains de lutte pour l’égalité raciale.

Il y a un demi-siècle, l’assassinat de King à Memphis

Pertinence actuelle

De nombreux mouvements de défense des droits civiques suivent les traces du Dr King.

« Son héritage reste ancré dans les mouvements antiracistes contemporains qui luttent pour la justice sociale », déclare le professeur Bento.

Des manifestations pacifiques ont mis en lumière des injustices concernant non seulement le droit de vote, mais aussi « d’autres questions sociales et économiques fondamentales qui menacent non seulement notre démocratie, mais aussi notre humanité », déclare Bernice.

Elle ajoute : « un salaire décent, un logement abordable, des soins de santé et une éducation de qualité » sont des objectifs fondamentaux du mouvement des droits civiques.

Black Lives Matter (BLM)

Parallèlement, le mouvement Black Lives Matter (BLM) de ces dernières années contribue à façonner la conversation sur le racisme institutionnel, et la brutalité policière en particulier.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Les groupes de défense des droits civiques poursuivent le combat du Dr King contre le racisme institutionnel aux États-Unis

Bernice King dit que son travail doit « s’étendre même au-delà des États-Unis pour englober un travail global, complet et stratégique pour éradiquer ce que mon père appelait le triple mal du racisme, du matérialisme extrême et du militarisme. Pour créer la communauté bien-aimée ».

Pourquoi une journée Martin Luther King le 17 janvier 2022 ?

Chaque année, les brillants talents d’orateur de Martin Luther King et la puissance de son « rêve » sont commémorés dans tous les États-Unis le lundi le plus proche de son anniversaire, le 15 janvier 1929.

Mais l’adoption même de ce jour férié montre à quel point cette question peut être – et continue d’être – source de divisions.

Bien que la date ait été proposée quelques jours seulement après la mort de Martin Luther King, il a fallu des années au Congrès américain pour surmonter ses réticences à l’égard de la commémoration d’une icône du mouvement des droits civiques.

La journée Martin Luther King a été célébrée pour la première fois en 1986, mais il a fallu attendre plusieurs années avant qu’elle ne soit effectivement observée dans tout le Sud des États-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here