La France a peur de ses peurs

0
1142

L’élection présidentielle de 2022 permettra encore une fois à Macron d’avoir juste à baisser pour  ramasser la cagnotte de la victoire au second. Sans rien faire et rien prouver. Il y a cinq ans, c’était le cas. Avec un duel, au second tour, face à Marie Le Pen… Parfait opportuniste, illustre…gagnant !Chirac était dans la même configuration à son premier mandat face, cette fois-ci, à Jean-Marie Le Pen, le père !De faire, les politiciens français ne peuvent pas continuer à fouler indefinitivement au pied les droits de toutes ces Francaises et de tous ces Français qui aspirent au changement.Marie Le Pen leur en donne la chance pour la seconde fois consécutive.Seulement voilà : tous ceux qui criaient à gorge déployée  « TOUT sauf MACRON » endossent aujourd’hui,  toute honte bue, leur discours ravageur pour se rallier à la  cause d’une Macronie acquise à toutes les félonies, à toutes les médiocrités, à toutes les immoralités.La France devrait avoir honte de son Président ; l’occasion doit être saisie pour le bouter hors de l’Élysée  et créer ainsi les conditions d’une alternance politique souhaitée et voulue par toutes les Françaises et tous les Français !La France profonde appelle cette alternance de tous ses vœux ; elle veut renouer (disons se reconcilier) avec ses valeurs essentielles faites d’humanisme et de solidarité ; elle veut tourner le dos aux diktats des puissances d’argent et aux olipogodes ;  elle veut renouer avec la paix, celle qui illumine les cœurs et éclaire les esprits.Cette France-là, les politiciens français n’en veulent parce qu’ils veulent toujours prendre leurs ordres de Bruxelles ou de Whasington ; jouer aux fiers-à-bras face aux Nations africaines qui leur lèchent les bottes et qui, au quotidien, les nourrissent de leurs richessessans lesquelles la France ne serait que l’ombre d’elle-même. Pauvre France dont les dirigeants dénient à certains d’assumer leurs propres réalités, leur propre histoire, leurs propres certitudes, et qui en est réduite aujourd’hui à  vouer aux gémonies ses propres héros.La vérité est que la France, comme l’Union européenne, a besoin du parapluie américain pour assurer sa sécurité ; elle a besoin de lui pour faire croire au monde qu’elle a droit au  chapitre.Ce que le Général de Gaulle n ‘a pas réussi à  obtenir face à Staline, ça n’est pas Macron qui le réussira face à Poutine que l’on associe à toutes les atrocités d’une guerre voulue et entretenue par les Etats-Unis et ses pantins.Oui, la cohorte des politiciens français  attachés à leurs privilèges, ne veut pas de changement ; Marie Le pen leur colle la frousse avec sa geniale et seule idée de sortir la France de l’Europe ; sa seule volonté  de décrocher la France  des basques de l »Alliance Nord Atlantique. Tous les Gaullistes historiques ; tous les vétérans des partis communiste et socialiste partagent cette foi inébranlable de la France aux Français !Oui, elle a peur, cette cohorte, d’un repli qui fera la part belle aux valeurs de partage, d’équité, d’humanité de la France réell.Non, les Françaises et les Français n’ont rien à faire (à voir !) avec une France hussarde et cocardière qui veut marquer sa présence dans le monde aux côtés des Grands de ce Monde, juste pour dire un jour prochain : » Moi aussi, j’ y étais ! ».Le Grand Général  de Gaulle n’a pas été accepté à Yalta ; ça  n’est pas le petit Macron qui va faire jouer de ses petits muscles pour changer le monde ou même changer l’issue de la guerre en Ukraine, le thème de prédilection de la campagne présidentielle de ses partisans  qui, je dois l’avouer, sont d’une autre planète  : la Macronie. Pauvre France…

Publié par Abdoulaye Touré

RépondreTransférer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here