Atelier de formation des représentants des juridictions sur la traite des personnes et le trafic illicite de migrants

0
1509
GaziboANLTPP

GaziboANLTPP
Les représentants des juridictions nigériennes notamment les points focaux de l’ANLTP sont réunis ce mardi 04octobre  à Dosso, en atelier de formation sur la loi 2015-36 du 26 mai 2015 relative au trafic illicite de migrants et la traite des personnes. 

Organisé par l’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP), en collaboration avec l’ICMPD  cet atelier de quatre   jours se propose de sensibiliser et de former les magistrats points focaux des différentes régions du pays sur l’Ordonnance citée plus haut. 

Ils débattront au cours de ces assises, des difficultés qui se posent aux Tribunaux dans le cadre de l’application des textes juridiques. A l’ouverture des travaux,  la Directrice Générale de l’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP) Mme Gogé Maimouna Gazibo, s’est longuement appesantie sur le phénomène du trafic illicite des migrants et la traite des personnes que connait le Niger depuis quelques années.

Face à cette situation, a-t-elle notifié, les autorités nigériennes ont mis au point et adopté les instruments juridiques à travers les deux textes de loi précités.

Il s’agit à présent d’appliquer ces textes avec rigueur et une détermination à la hauteur de cette ignoble et dégradante pratique’’.En raison de la sensibilité du sujet, a souligné la DG de l’ANLTP, la migration faisant partie intégrante des pratiques de nos populations, à savoir la mendicité et les servitudes domestiques.

Ce choix, a expliqué Mme Gogé Maimouna Gazibo  se justifie aussi par le fait que les Tribunaux d’instance sont des juridictions de proximité qui ont vocation à être proches des citoyens même si force reste et demeure à la loi. 

Le gouverneur de la Région de Dosso, s’est réjoui du choix porté  sur son entité administrative pour abriter cette rencontre de portée nationale. La lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, a-t-elle déclaré, est un combat contre le crime organisé,   car, en général, les trafiquants   profitent de la faiblesse des Etats combinée à la vulnérabilité des populations et à l’absence d’un cadre juridique et institutionnel approprié pour faire prospérer un commerce humain éhonté en violation de nos principes constitutionnels et moraux.

Quant au chargé du projet ICMPD Mr Daffe Lamine a situé toute l’importance de cette rencontre mais aussi les résultats attendus de cet atelier qui sont entre autres toutes les informations sur les principales tendances par rapports a la traites des personnes et du trafics illicite de migrants au niger.Au totale se sont 30 participants des juridictions parquet et siège qui ont pris part à cette formation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here