Niger: 20 elèves meurent dans des classes en paillote à la suite d’un incendie

0
803

L’incendie de l’école pays bas 1, n’est pas un incident quelqu’en soit la cause et aucun enfant ou élève ne devrait mourir ainsi.

Malheureusement, faute d’irresponsabilité, 21 “eleves” 21 petits enfants auxquels l’école devrait être un paradis, une place de bonheur et de joie ont trouvé la mort, brûlés vifs dans un incendie qu’on pouvait belle et bien éviter.

On connaît la cause, mais jamais les coupables. Nous pleurerons la mort de ses enfants, Nos Condoléances aux familles et à toutes la nation.

Paix à leurs âmes. Nuitamment, nous nous sommes rendu sur les lieux de l’incendie qui selon les témoignages a commencé dans les environs de 16h.

Dans cet incendie, des eleves âges de 6 à 14 ans ont perdu leurs vie. Il est difficile pour le moment de les identifier vu l’ampleur de l’incendie. Un total de 27 classes en paillotes dont une en matériaux définitifs ont été complètement calcinés par le feu.

Piéger par le feu, 20 élèves, tous des enfants ont trouvé la mort sur place. N’y était le secours des riverains et des sapeurs-pompiers, les dégâts en pertes humains seront énormes.

Cependant, il faut le dire l’incendie était belle est bien évitable si le COGES, avait été assez responsable à prendre les précautions et les mesures nécessaires pour éviter un 3eme incendie dans cette même école ou a eu lieu cette tragédie nationale.

Ça fait la 3eme fois que cette école prend feu en espace de 4 ans. La dernière fois, c’était une batterie solaire accrochée en haut d’un poteau qui a prie feu et à éclater.

Les débris sont tombés sur les classes en paillotes qui ont pris feu. La cause de ce dernier ayant été tragique n’a pas été défini. Cependant, le premier ministre a promis que les auteurs si c’est un crime seront poursuivis.

Sur les lieux, un parent d’élève qui habite non loin de l’école nous manifeste sa colère : “Nous avons demander à plusieurs reprises au COGES de nous éviter les classes en paillotes dans l’école, nous avons rappelé au COGES des incendies que cette école a connu dans le passer, mais tout ce qu’ils nous demandaient c’était de payer de l’argent pour faire ses classes en paillotes dans le désordre et ceux la même dans la rue, tout autours de l’établissement.

Les fenêtres d’une des classe en dur complètement calcinée ont était bloqué par une classe en paillotes construire juste derrière.

“3 incendies en 4 ans dans une même école. Un tribunal aura beaucoup de difficultés à plaider en faveur d’une telle irresponsabilité qui semble être protégée par un intérêt quelconque qui n’est pas celui de la sécurité des écoles ni de leur avenir.

Hélas, et malheureusement, la négligence des responsables restera impunie, et comme d’habitudes les familles et le peuple se fieront à Dieu voir même lui attribuer la cause de ce crime.

Nous prierons, les mort, présenterons nos condoléances et oublierons en faisant place aux émotions plutôt qu’aux solutions “L’état n’a pas les moyens de tout contrôler, ils ont compris cela, alors, ils font du n’importe quoi sans jamais s’inquièter” nous dis un autre témoin lui aussi en colère.

L’autre aspect très important et qu’au Niger, les communautés ne sont pas impliquées dans la gestion de leurs écoles. Nous nous contentons tout simplement d’envoyer nos enfants à l’école, alors que nous échouons dans leurs entretiens localement.

Au Niger, 25% des écoles ont des classes en paillote.

Chaque année, ce sont plusieurs écoles qui prennent feu a partir des classes en paillotes non réglementer qui sont construite au sein et autours des écoles dans le désordre total. Pire encore, aucune mesure de prévention, moins encore un simple extincteur.

accroché en cas d’incendie. Enfin, nous pouvons, tous accuser Dieu d’être la cause du malheur, cependant, j’ai le sentiment que nous sommes tous d’une façon ou d’une autre responsables dans la mesure où nous avons jeté l’éponge dans l’implication communautaire et sociale qui nous permet d’être des vrai responsables du développement social de notre pays.

Le cœur très très affligé, nul ne peut imaginer la douleur d’un parents qui perd tragiquement son enfant à l’école, a cause d’une irresponsabilité administrative.

Mon seul espoir reste et demeure la parole d’un nouveau président de mon pays qui a promis un changement dans le comportement administratif de mon pays. D’ici là, condoléances aux familles des victimes et à la nation paix aux âmes disparus.

Dans l’espoir que plus jamais de classes en paillotes seront autorisés dans les écoles publics de notre pays et non pas seulement dans les écoles privées comme l’ordonne le ministère de l’éducation national du Niger depuis des années. Que Dieu protège notre pays. L’irresponsabilité administrative doit être sanctionnée à tous les niveaux, sans cela, notre développement sera une utopie.

Birdson Dan’sounsou Zoubair/Human Rights Advocate/Women,Girls&Children.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here