Tués parce qu’ils étaient musulmans

0
859

Cinq membres d’une même famille ont été heurtés intentionnellement par un véhicule à London(une ville qui se trouve à Ontario (Canada), dimanche, en raison de leur foi musulmane, a avancé lundi le service de police de London. Trois adultes et une adolescente ont perdu la vie.

« Nous pensons qu’il s’agissait d’un acte intentionnel et que les victimes de cet horrible incident étaient visées. Nous pensons qu’elles ont été ciblées en raison de leur foi musulmane », a déclaré le chef de la police, Steve Williams, lors d’une conférence de presse lundi après-midi. Selon le service de police, il s’agissait probablement d’un acte « planifié, prémédité et motivé par la haine ».

L’inspecteur Paul Waight a déclaré que les membres de la famille attendaient de traverser la route à une intersection dans le nord-ouest de la ville, dimanche soir, lorsqu’une camionnette noire est montée sur le trottoir, les a percutés, puis a pris la fuite.

« J’ai été témoin du départ du jeune conducteur de la scène. Il venait vers moi alors que je me dirigeais vers le lieu de l’accident. Il roulait facilement à 120 km/h. Le capot de son Dodge Ram noir était défoncé et j’ai tout de suite su que quelque chose venait de se passer », a raconté à La Presse Renee Sellick, qui a été témoin de la scène.

La jeune femme, qui habite à environ 10 minutes du lieu de l’accident, revenait dimanche soir de chez son copain.

Moins d’une minute plus tard, je suis arrivée sur le lieu de l’accident et j’ai vu les corps. Un au milieu de la route et les quatre autres sur le trottoir, face contre terre.

Quatre personnes ont perdu la vie, soit Salman Afzaal, 46 ans, un physiothérapeute, sa femme, Madiha Salman, 44 ans, étudiante au doctorat en génie civil à l’université de Western, Yumna Salman, 15 ans, qui terminait sa neuvième année à l’école secondaire Oakridge, et la grand-mère des enfants, âgée de 74 ans, qui était un pilier de la famille.

Le fils, Fayez Salman, 9 ans, est le seul survivant de la famille. Il est actuellement à l’hôpital et est soutenu par sa famille élargie.

Une famille décimée

« Tous ceux qui connaissaient Salman et le reste de la famille Afzaal savent qu’ils étaient une famille modèle en tant que musulmans, Canadiens et Pakistanais. Ils étaient toujours là pour donner et participer à la diffusion du bien. Ils travaillaient extrêmement dur dans leur domaine et excellaient », a indiqué la famille dans une déclaration rendue publique lundi soir.

Deux collectes de fonds ont été lancées pour soutenir la famille, amassant au total 477 000 $ au moment de publier.

« Nous devons comprendre que la destruction d’une famille d’une manière aussi brutale et horrible est une chose contre laquelle nous devons tous nous dresser. Nous devons nous opposer à la haine et à l’islamophobie et sensibiliser nos communautés et l’ensemble du spectre politique », a affirmé la famille.

Le suspect est Nathaniel Veltman, 20 ans, de London. À la suite de l’enquête, il a été inculpé de quatre chefs d’accusation de meurtre au premier degré et d’un chef d’accusation de tentative de meurtre. Il a comparu lundi au tribunal de London pour répondre à ces accusations.

Au moment de son arrestation, il portait une « veste qui ressemblait à un gilet pare-balles », a précisé M. Waight.

Paige Martin, qui a assisté à l’évènement survenu à un coin de rue de chez elle, a déclaré à La Presse Canadienne qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser aux victimes. Mme Martin a déclaré qu’elle était arrêtée à un feu rouge quelques minutes plus tôt, vers 20 h 30, lorsque la camionnette est passée devant elle. Elle a dit que sa voiture a tremblé. « Je n’arrive pas à me débarrasser du son des cris », a-t-elle dit.

Jessica Davis, ancienne analyste du Service canadien du renseignement de sécurité et présidente d’Insight Threat Intelligence, a déclaré au Toronto Star que les agences de sécurité nationale sont probablement en train de fouiller l’empreinte internet du conducteur pour trouver une idée de sa motivation. « La grande question est, bien sûr, de savoir qui aurait pu être au courant ou impliqué dans cette affaire, afin d’éviter que d’autres personnes puissent faire la même chose », a déclaré Mme Davis.

Il n’y a aucun lien antérieur connu entre le suspect et les victimes.

« Une tuerie de masse »

De nombreux politiciens ont réagi au drame en soirée lundi. « Permettez-moi d’être clair : il s’agit d’une tuerie de masse, perpétrée contre des musulmans – contre des Londoniens – et ancrée dans une haine indescriptible », a déclaré le maire de London, Ed Holder.

Le maire a ordonné la mise en berne des drapeaux devant l’hôtel de ville de London pour trois jours de deuil.

Je parle au nom de tous les Londoniens quand je dis que nos cœurs sont brisés. Nous pleurons pour la famille, dont trois générations sont maintenant mortes. Nous pleurons pour leurs proches. Nous prions pour le rétablissement du garçon de 9 ans qui reste à l’hôpital.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a aussi réagi au drame et transmis ses condoléances aux proches des victimes. « La haine et l’islamophobie n’ont PAS leur place en Ontario. Justice doit être rendue pour l’horrible acte de haine qui a eu lieu dimanche à London, en Ontario », a-t-il indiqué.

De son côté, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est dit horrifié par les nouvelles en provenance de London. « Aux proches des personnes terrorisées par l’acte de haine de dimanche, on est là pour vous. On est aussi de tout cœur avec l’enfant qui est toujours à l’hôpital et on pense à lui pendant son rétablissement », a-t-il déclaré lundi soir sur Twitter.

« Une attaque terroriste »

Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) s’est dit « plus qu’horrifié », affirmant que les musulmans du Canada connaissent trop bien la violence de l’islamophobie.

« Un homme serait monté dans sa voiture, aurait vu une famille musulmane qui marchait dans la rue, et aurait pris la décision qu’ils ne méritaient pas de vivre. Il ne les connaissait pas. Il s’agit d’une attaque terroriste sur le sol canadien, et elle doit être traitée comme telle. Nous demandons au gouvernement de poursuivre l’agresseur dans toute la mesure permise par la loi, y compris en envisageant des accusations de terrorisme », a déclaré lundi Mustafa Farooq, directeur général du CNMC.

C’est tragique, triste et horrible. Comment quelque chose comme ça peut arriver encore une fois ?

En 2017, six personnes ont perdu la vie à la grande mosquée de Québec. L’été dernier, un homme a été tué à la mosquée de l’Organisation musulmane internationale à Toronto. En avril 2021, une personne a tiré 11 fois sur une mosquée dans l’est de Montréal, énumère M. Faqiri. « Qu’est-ce qui arrive ? Quand ça va arrêter ? », a-t-il dit, émotif, au bout du fil.

En 2017, six personnes ont perdu la vie à la grande mosquée de Québec. L’été dernier, un homme a été tué à la mosquée de l’Organisation musulmane internationale à Toronto. En avril 2021, une personne a tiré 11 fois sur une mosquée dans l’est de Montréal, énumère M. Faqiri. « Qu’est-ce qui arrive ? Quand ça va arrêter ? », a-t-il dit, émotif, au bout du fil.

Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, a indiqué à La Presse Canadienne que de tels incidents lui rappellent que les minorités doivent rester vigilantes au Canada. « Cela montre que la haine est toujours présente et que c’est désastreux », a-t-il affirmé.

Avec La Presse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here