Côte d’Ivoire : C’est parti pour la Deuxième Edition du Forum Africain de la Presse Economique et Financière

0
859

Levée de rideau pour la deuxième édition du Forum africain de la presse économique et financière (FAPEF) Abidjan en Côte d’Ivoire avec pour   thème, « Les enjeux du développement durable ».

Ce forum durera deux jours, du 24 au 25 mars 2022 réunit des journalistes de tous les médias (presse écrite, radios, télévisions, agences de presse, presse électronique etc) issus de plusieurs pays d’Afrique traitant des sujets économiques, financiers, scientifiques, technologiques et sociaux.

Pour rappel, la première édition a eu lieu du 26 au 27 novembre 2015 à Abidjan autour du thème, « Le rôle de la presse économique et financière dans le processus d’émergence de la Côte d’Ivoire ».

Présidé par le représentant du ministre l’Economie et des Finances, Diomandé Kando, ce forum sera marqué un diner gala avec la remise de prix aux meilleurs journalistes et médias économiques et financiers ivoiriens ou étrangers.

Evoquant un rapport de la BAD intitulé « Perspectives économiques en Afrique 2021 », le Dircab a indiqué que, « L’activité économique en 2020 a été limitée en Afrique par une pandémie mondiale sans précédent causée par la Covid-19. Après s’est contractée de 2,1% en 2020, le PIB réel africain devrait s’accroitre de 3,4% ». Pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, il a estimé que, « malgré ce contexte, l’économie ivoirienne a démontré sa résilience avec un taux de croissance du PIB de 2,2% en 2021, attendu à 6,5% en 2022 ».

Gondo Diomandé a indiqué que le  Fapef a donc « un rôle majeur dans l’information de la population sur les sujets de développement économique ».  Parce que pour son promoteur, Russel Lohoré, « la presse économique a un rôle déterminant pour l’essor du continent et à l’épanouissement de nos populations ».

Sur le choix du thème, « les enjeux du développement durable », il a justifié en disant qu’il « regorge tous les secteurs stratégiques de la vie de notre pays ; notamment, l’énergie, la santé, le facteur humain, l’agriculture, la finance, le numérique ».

Plusieurs activités dont des conférences, des ateliers et des panels, sont inscrites au programme.

Dans une interview accordée à la presse le promoteur, Michel Russel Lohoré, a indiqué ses assises ont pour objectif de créer un espace de débats et d’échanges autour “du présent et du devenir de la presse économique et financière”.

Mais également, de “développer de nouvelles synergies entre les différentes parties prenantes”, afin de favoriser une “plus grande circulation de l’information économique et financière”, et d’”accroître la culture économique et financière des citoyens, nécessaire pour une prise de décision économique pertinente et viable”.

Pour lui, la presse économique a un “rôle déterminant” à jouer dans l’essor du continent et de l’épanouissement des populations, d’où son appel à une “prise de conscience des journalistes”, afin qu’ils s’approprient le forum pour être “mieux outillés” et faire leur travail parfaitement. Celui d’informer la population sure « comment fonctionne la société, l’économie, le développement des pays ».

Plusieurs experts ont animé les échanges durant le forum qui a réuni de nombreux acteurs des médias issus de divers pays.

Beaucoup d’entre eux, à l’image de l’expert de la banque africaine de développement, Koffi Ange Houngbéji, ont affirmé que la crise de la COVID a fait fondre comme du beurre au soleil tous les progrès enregistrés depuis une quinzaine d’années par les pays, en témoignent les taux de croissance qui sont passés de 6% à 2 ou 3% en 2020. Ils ont relevé que pour réussir le pari du développement durable, les Etats doivent faire des efforts dans le financement des secteurs sociaux tels que la santé et l’éducation, considérés comme non rentables. 

Envoyé Spécial

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here