La restauration de la démocratie  n’est qu’un prétexte

0
3671
Image au Centre

En effet, la restauration de la démocratie est loin d’être le mobile des sanctions qui sont prises contre le Niger et l’intevention militaire envisagée. Ceci d’autant que le Niger a rompu avec les pratiques démocratiques saines depuis 2013, au vu et au su de tout le monde ! 

Image au Centre
Image au Centre

Il faudrait peut-être rappeler qu’après le départ,en 2013, du faiseur du roi des élections présidentielles de 2011 de la mouvance présidentielle, le parti au pouvoir a fortement encouragé des scissions et dissidences au sein des grands politiques du pays. 

Cette manœuvre que les opposants de l’époque avaient qualifié de « concassage des partis politiques », devait sécuriser la réélection du parti au pouvoir en 2016. Jamais le Niger n’a connu un climat politique aussi délétère, accompagné de fortes allégations d’achat de consciences et de ralliements «  monnayés » d’opposants. 

Les élections de 2016 se sont finalement déroulées dans des conditions ubuesques. Le candidat arrivé en seconde position ayant organisé sa campagne du premier tour depuis sa cellule de prison, avant de boycotter le second tour, comme tous les autres partis de l’opposition. 

Les élections présidentielles de 2020-2021 font partie de celles qui ont été le plus contestées, depuis l’amorce du processus démocratique, en dépit du transfert du pouvoir, tant clamé, d’un civil à un autre. 

Par ailleurs, le nombre de ministres dont les fortunes sont estimées à des centaines de millions, voire de milliards pour certains, est assez illustratif  du mode prédominant de gouvernance de la  VIIeme République. Un mode de gouvernance que le Président Bazoum Mohamed, pris en otage par la frange radicale de son parti, n’a pas réussi à changer véritablement, à la hauteur des attentes et impatiences des populations de plus en plus démunies.  Peut-on devenir immensément riche, en l’espace de quelques années, rien qu’en gérant un pays qui est régulièrement classé parmi les plus démunis de la planète ? 

Quid des stigmatisations et emprisonnements de paisibles citoyens, dont le seul tort serait de dénoncer les penchants neo-patrimoniaux des cercles influents du pouvoir et leur incapacité à prendre en charge les problèmes existentiels des populations et à garantir leur sécurité. 

Et les manifestations qui ont été organisées récemment un peu partout dans le pays, démontrent bien que toutes celles qui ont été interdites durant de longs mois, voire des années, visaient surtout la restriction de l’espace civique programmée pendant le second quinquennat de la VII eme République.

Docteur Élisabeth Shérif

Image au Centre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here