Bien-être : cinq des méthodes les plus prometteuses pour vivre plus longtemps (et mieux)

0
824

La plupart des gens veulent vivre une vie longue et heureuse, ou au moins éviter une vie courte et misérable.

Si vous vous trouvez dans cette majorité, vous avez de la chance. Au cours de la dernière décennie, la recherche connait une révolution tranquille dans notre compréhension de la biologie du vieillissement.

Le défi consiste à transformer ces connaissances en conseils et en traitements dont nous pouvons bénéficier.

Nous brisons ici le mythe selon lequel l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé relève de la science-fiction et montrons qu’il s’agit au contraire d’un fait scientifique.

1. L’alimentation et le mode de vie

Il existe de nombreuses preuves des avantages de faire les choses les plus ennuyeuses, comme bien manger.

Une étude portant sur de grands groupes de personnes ordinaires montre que le fait de maintenir son poids, de ne pas fumer, de limiter la consommation d’alcool à des quantités modérées et de manger au moins cinq portions de fruits et légumes par jour peut augmenter l’espérance de vie de 7 à 14 ans par rapport à une personne qui fume, boit trop et est en surpoids.

Une réduction supplémentaire des calories, d’environ un tiers, appelée restriction alimentaire, améliore la santé et prolonge la vie des souris et des singes, à condition qu’ils mangent les bonnes choses, bien qu’il soit difficile de demander cela aux humains, qui sont constamment exposés à la tentation de la nourriture.

Des versions moins extrêmes du jeûne intermittent ou limité dans le temps (ne manger que pendant une période de huit heures par jour ou jeûner deux jours par semaine) sont censées réduire le risque de maladies liées à l’âge chez les personnes d’âge moyen.

2. Activité physique

Au niveau mondial, l’inactivité est directement à l’origine d’environ 10 % de tous les décès prématurés dus à des maladies chroniques, telles que les maladies coronariennes, le diabète de type 2 et divers cancers.

Si tous les habitants de la Terre faisaient suffisamment d’exercice demain, cela aurait probablement pour effet d’augmenter l’espérance de vie humaine en bonne santé de près d’un an.

Mais quelle quantité d’exercice est optimale ?

Des niveaux très élevés sont en fait mauvais pour la santé, et pas seulement en termes de déchirures musculaires ou d’entorses aux ligaments.

Ils peuvent supprimer le système immunitaire et augmenter le risque de maladie des voies respiratoires supérieures.

Un peu plus de 30 minutes par jour d’activité physique modérée à intense est suffisant pour la plupart des gens. Non seulement il vous rend plus fort et plus en forme, mais il a été démontré qu’il réduit les inflammations nocives et améliore même l’humeur.

3. Stimuler le système immunitaire

Quelle que soit votre forme physique et votre alimentation, votre système immunitaire devient malheureusement moins efficace avec l’âge. De mauvaises réponses à la vaccination et une incapacité à combattre les infections sont les conséquences de cette « immunosénescence ».

Tout commence à se dégrader au début de l’âge adulte, lorsque le thymus, un organe en forme d’archet situé dans la gorge, commence à se ratatiner.

Cela semble mauvais, mais c’est encore plus alarmant quand on sait que le thymus est l’endroit où les agents immunitaires appelés cellules T apprennent à combattre les infections.

La fermeture d’un centre de formation aussi important pour les lymphocytes T signifie qu’ils ne peuvent pas apprendre à reconnaître les nouvelles infections ou à lutter efficacement contre le cancer chez les personnes âgées.

Vous pouvez aider, un peu, en veillant à ce que votre organisme dispose de suffisamment de vitamines clés, notamment A et D.

Un domaine de recherche prometteur consiste à étudier les signaux que l’organisme envoie pour favoriser la production de cellules immunitaires, en particulier une molécule appelée IL-7.

Nous pourrions bientôt être en mesure de produire des médicaments contenant cette molécule, ce qui pourrait renforcer le système immunitaire des personnes âgées.

Une autre approche consiste à utiliser le complément alimentaire spermidine pour activer les cellules immunitaires afin qu’elles éliminent leurs déchets internes, tels que les protéines endommagées. Cela améliore tellement le système immunitaire des personnes âgées qu’il est maintenant testé comme moyen d’obtenir de meilleures réponses aux vaccins covid-19 chez les personnes âgées.

4. Rajeunissement cellulaire

La sénescence est un état toxique dans lequel les cellules entrent en vieillissant, causant des ravages dans tout l’organisme et générant des inflammations et des maladies chroniques de faible intensité, ce qui entraîne essentiellement le vieillissement biologique.

En 2009, des scientifiques ont montré que des souris d’âge moyen vivaient plus longtemps et étaient en meilleure santé si on leur administrait de petites quantités d’un médicament appelé rapamycine, qui inhibe une protéine clé appelée mTOR, laquelle contribue à réguler la réponse des cellules aux nutriments, au stress, aux hormones et aux dommages.

En laboratoire, des médicaments comme la rapamycine (appelés inhibiteurs de mTOR) donnent aux cellules humaines sénescentes (vieillissantes) l’apparence et le comportement de cellules plus jeunes.

Bien qu’il soit trop tôt pour prescrire ces médicaments pour un usage général, un nouvel essai clinique vient de commencer pour vérifier si la rapamycine à faible dose peut réellement ralentir le vieillissement chez l’homme.

Découvert dans le sol de l’île de Pâques au Chili, la rapamycine a une mystique importante et a été saluée par la presse populaire comme un possible « élixir de jeunesse ». Il pourrait même améliorer la mémoire des souris atteintes d’une maladie semblable à la démence.

Mais tous les médicaments ont leurs avantages et leurs inconvénients, et comme une trop forte dose de rapamycine supprime le système immunitaire, de nombreux médecins hésitent à l’envisager, même pour prévenir les maladies liées à l’âge.

Toutefois, le dosage est essentiel et des médicaments plus récents, comme le RTB101, dont le fonctionnement est similaire à celui de la rapamycine, renforcent le système immunitaire des personnes âgées et pourraient même réduire les taux et la gravité de l’infection par les covidés.

5. Se débarrasser des vieilles cellules

Se débarrasser purement et simplement des cellules sénescentes est une autre piste prometteuse.

Un nombre croissant d’études en laboratoire sur des souris utilisant des médicaments pour tuer les cellules sénescentes, appelés « sénolytiques », montrent une amélioration générale de la santé et, comme les souris ne meurent pas de maladie, elles finissent par vivre plus longtemps.

L’élimination des cellules sénescentes aide également les gens. Lors d’un petit essai clinique, des personnes atteintes de fibrose pulmonaire sévère ont signalé une amélioration générale, notamment de la distance et de la vitesse de marche, après avoir été traitées par des médicaments sénolytiques.

Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Le diabète et l’obésité, ainsi que l’infection par certaines bactéries et certains virus, peuvent déclencher la formation d’un plus grand nombre de cellules sénescentes.

Les cellules sénescentes rendent également les poumons plus sensibles à l’infection par le covid qui rend davantage de cellules sénescentes.

Il est important de noter que le fait de se débarrasser des cellules sénescentes chez les vieilles souris les aide à survivre à l’infection du covid.

Le vieillissement et l’infection sont des phénomènes à double sens. Les personnes âgées contractent davantage de maladies infectieuses car leur système immunitaire commence à perdre de sa force, tandis que l’infection accélère le vieillissement par la sénescence.

Le vieillissement et la sénescence étant inextricablement liés aux maladies chroniques et infectieuses des personnes âgées, le traitement de la sénescence est susceptible d’améliorer la santé de tous.

Il est passionnant de constater que certains de ces nouveaux traitements font déjà l’objet d’essais cliniques concluants et qu’ils pourraient bientôt être disponibles pour nous tous.

*Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation et est reproduit ici sous la licence Creative Commons.

*Richard Faragher est professeur de biogérontologie à l’université de Brighton, au Royaume-Uni. Lynne Cox est professeur de biochimie à l’université d’Oxford, au Royaume-Uni.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here