Conférence régionale sur les mécanismes de protection des droits humains au sahel dans un contexte d’insécurité

0
580

Une Conférence régionale sur les mécanismes de protection des droits humains au sahel dans un contexte d’insécurité s’est ouverte, ce mardi 23 Mai 2023, à l’hôtel Bravia de Niamey.

L’ objectif principal de cette rencontre de Niamey qui regroupe des participants du Niger, du Burkina -Faso et du Mali est d’une part, sensibiliser les parties prenantes sur les bonnes pratiques en matière de protection des droits de l’homme et de renforcer leurs capacités sur les mécanismes et outils de prévention des violations desdits droits, et d’autre part  contribuer à l’amélioration de la bonne gouvernance et l’état de droit en renforçant les capacités des institutions de contrôle interne et externe pour leur permettre de jouer pleinement leurs rôles et missions  respectifs.

En présidant la séance inaugurale, le président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) M.  Maty Elhadji Moussa de rappeler « que cette insécurité sévit notamment au niveau des trois frontières du Mali, du Burkina-Faso et du Niger et va avec son lot de violation massive des droits humains de la part non seulement des groupes armés non identifiés qui sèment terreur et désolation au sein de nos paisibles populations mais également de certains éléments de nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS) en lutte contre cette insécurité ».

Le Président de la CNDH de reconnaitre par la suite que dans cette zone, « des paisibles populations subissent les affres d’une guerre asymétrique d’une violence inouïe et sans précédent, car l’ennemi vit au sein des communautés qu’il terrorise au point où toute suspicion de dénonciation équivaut à un arrêt de mort certain ».

 M.  Maty Elhadji Moussa de faire savoir que « Dans cette situation la préservation et la protection des droits humains passent par le dialogue intercommunautaire à travers des actions de médiation et la judiciarisation des opérations militaires devant permettre de traduire, preuves à l’appui, devant les juridictions compétentes les auteurs.

D’après le président de la CNDH « l’instauration et le maintien d’un climat de confiance entre les forces de défense et de sécurité et les populations ainsi qu’un engagement patriotique de toutes et tous dans une union sacrée de tous les fils du Sahel contre cette barbarie terroriste, seront d’une grande contribution pour conjurer le mal qui écume notre espace commun ».

Après avoir noté « qu’au regard de la barbarie avec laquelle les groupes terroristes sèment le chao et la désolation aux seins des populations, et que le recours à la force est justifié », M.  Maty Elhadji Moussa de souligner que « seul l’Etat a le monopole de la violence légitime pour rétablir la paix et la sécurité dans un pays ».

Auparavant Mme. Anne Benette Directrice Afrique du Centre de Genève pour la Gouvernance du Secteur de Sécurité (DCAF), a expliqué que son institution travaille avec ses partenaires nationaux au Sahel depuis 2009 et au Niger depuis 2014 et estime que l’engagement de tous les partenaires pour la réforme et la bonne gouvernance du secteur de la sécurité au Sahel est primordiale.

Selon elle, «  aborder la question des mécanismes de protection des droits humains, c’est avant tout mieux protéger les populations victimes d’exactions, cette conférence régionale est donc d’une importance cruciale, car elle crée un espace d’échanges sur les bonnes pratiques, met en avant les défis auxquels nous faisons face et nous permet d’apprendre les uns des autres pour améliorer notre réponse collective aux défis sécuritaires qui menacent l’état de droit et le respect des droits humains au Sahel » .

« Le partage d’expériences et de connaissances est essentiel pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés, nous devons continuer à innover, à adapter nos approches et à renforcer les capacités de nos institutions et de nos communautés pour construire un avenir meilleur pour les populations du Sahel et garantir une gouvernance du secteur de la sécurité efficace et inclusive », a-souhaité la Directrice Afrique DCAF  .

Quant à l’ambassadeur de l’Allemagne au Niger M. Herman Nicolaï représentant des autres partenaires européens, il  a réaffirmé leur soutien aux efforts du Gouvernement du Niger à renforcer la gouvernance du secteur de la sécurité et de la justice en collaborant avec le DCAF.

M. Herman Nicolaï a précisé que l’espace sahélien, tragiquement, connait une hausse des violences plus rapide qu’aucune autre région en Afrique et assure leurs engagements à l’égard du Niger et des autres pays du Sahel, à soutenir les efforts de stabilisation de cet espace, en contribuant davantage à la promotion et à la protection des droits humains, à la consolidation de la paix et l’amélioration de la gouvernance du secteur de la sécurité et de la justice.

Pour M. Moussa Sahirou Tchida Secrétaire General Adjoint depuis l’éclatement de la crise libyenne, le Niger comme la plupart de ses voisins dont le Mali et le Burkina Faso, est confronté à une crise sécuritaire ayant occasionné de milliers de morts et de déplacés ainsi que la mise hors service de nombreuses infrastructures éducatives, sanitaires et hydrauliques.

En réponse à ces multiples violations des droits humains le gouvernement a mis en œuvre plusieurs mesures visant la protection des personnes et des biens ainsi que la restauration de la paix et de l’intégrité du territoire.

Aussi a-t-il dit, « la mise en œuvre de ces initiatives vers lesquelles sont désormais tournés tous les pays du Sahel requiert une synergie d’action de tous les acteurs. L’appui des partenaires et notamment celui des pays membres de l’union européenne en la matière, dont le soutien pour l’organisation de cette conférence en est la parfaite illustration, nous réconforte à plus d’un titre ».

Notons que Cette Conférence régionale sur les mécanismes de protection des droits humains au sahel dans un contexte d’insécurité est Organisée par la commission Nationale des Droits de l’homme, du Centre pour la Gouvernance du secteur de la sécurité, Genève, avec l’appui financier du Royaume du Danemark, de la République Fédérale d’Allemagne et le Royaume des Pays-Bas.

HER/SML/ANPConférence régionale sur les mécanismes de protection des droits humains au sahel dans un contexte d’insécurité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here