Niger : l’armée n’a jamais été un bloc monolithique !

0
420

« « Je pense que le Gouvernement que nous avons, profite du problème de l’insécurité pour délibérément envoyer à la mort une certaine catégorie des soldats nigériens, s’il ne prend pas des mesures de les radier simplement des listes de l’armée pour des motifs les plus absurdes ». C’était l’extrait de l’intervention du chef de file de l’opposition qui fait, curieusement, polémique.

Curieusement, car l’armée n’a jamais été un bloc monolithique. Elle est composée d’hommes et de femmes, qui diffèrent visiblement les uns des autres de par leurs grades, formations, parcours au sein de l’armée, expertises, performances, responsabilités confiées aux uns et aux autres, âges, sexes, milieux familiaux et sociaux d’origine, etc.

L’armée est donc composée de plusieurs catégories de soldats. Et c’est aussi vrai que les ordres de mission ne sont pas donnés par hasard. Tant ils répondent à des besoins précis et exigent des critères bien définis dans la sélection de celles et ceux qui doivent faire partie de la mission. Il y a par conséquent, bel et bien un choix qui s’opère, au sein de la famille militaire, composée de plusieurs catégories de soldats, concernant les éléments déployés sur le terrain.

Alors questions : Pourquoi ne pas voir, dans les propos du chef de file de l’opposition, plutôt un appel à une plus conséquente réflexion sur les critères et modalités de déploiement des FDS sur le terrain ? Pourquoi ne pas les prendre comme une interpellation, en faveur de la nécessité de communiquer davantage sur les circonstances de certains drames et même sur les décisions de nomination ou de révocation des hauts cadres de l’armée, pour mieux éclairer l’opinion et couper court aux rumeurs ? Pourquoi tient -on donc, coûte que coûte, à enfermer les Nigériens dans des débats et des registres qui feraient le bonheur des forces centrifuges qui veulent déstabiliser le pays et la Nation ?

Lorsqu’on parcourt les grades et les photos des victimes des attaques meurtrières observées ces derniers temps, la question que l’on se pose est celle de savoir où sont passées la catégorie des haut gradés et celle des militaires un peu plus âgés, par exemple. La catégorie des généraux qui conçoivent les stratégies militaires va t-elle sur le terrain ? Les éléments déployés, ont -ils à leur disposition les moyens qui leur permettraient de mener à bien et efficacement leurs missions ? Ce sont des questions que l’on se pose de plus en plus, y compris dans certains milieux de la majorité. Et le fait qu’elles aient été posées, d’une certaine manière, par le chef de file de l’opposition, ne les rend pas moins pertinentes et dignes d’attention.

Dans tous les cas, et quoi qu’on en dise, l’armée nigérienne est bel et bien composée de plusieurs catégories de militaires, qui ont, cependant, toujours essayé de renvoyer aux civils, au pays et à la face du monde, l’image d’un corps uni, d’une famille solidaire, dans ses joies et dans ses peines. Et personne n’a le droit d’ écorner cette image. Surtout pas pour le besoin d’épingler X ou Y, pour des raisons politico-politiciennes ! »
PAR Dr Elizabeth Shérif

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here