Niger-Uranium : la COMINAK a versé à l’Etat un montant de 8,685 milliards de FCFA en 2019

0
392

La compagnie minière d’Akouta  (COMINAK), filiale du groupe français Orano qui exploite l’uranium dans le Nord)  a versé à l’Etat au titre de diverses taxes un montant de près de 8,7 milliards de FCFA en 2019  contre 9,2 en 2018, apprend-on dans le rapport environnemental, social et sociétal de l’entreprise.

Le document transmis ce lundi à l’ANP  informe que la société évolue  dans  ‘’un contexte tendu ‘’ où ‘’les réserves qui s’épuisent,  les conditions d’exploitations deviennent de plus en plus difficiles avec des marges financières qui ne permettent pas des investissements lourds (…)’’.

‘’Après plus de 40 ans d’exploitation, l’épuisement de nos gisements devient tous les jours une réalité de plus en plus palpable’’, est-il écrit

En octobre 2019 le conseil d’administration de la COMINAK a décidé d’arrêter la production uranifère sur son  site  (Nord Niger) au 31 mars 2021 évoquant   ‘’ l’épuisement de la mine mais également  à l’effrontément des prix de l’uranium et des couts d’exploitation très élevés qui  ont rendu la compagnie déficitaire depuis 2017’’, rappelle-t-on.

Dans le cadre de cessation des activités d’exploitation, un plan cadre de réaménagement avait été réalisé en 2016-2017 sous forme d’avant projet sommaire  repris sous le format d’un avant projet détaillé en 2019, peut-on lire dans  le  rapport.

Le plan définit  le devenir des infrastructures urbaines (logement, la santé, les réseaux d’eau et d’électricité) en concertation avec les parties prenantes, est-il précisé.

Le programme de réaménagement du site maintiendra un certain  volume d’emplois pendant plusieurs années après l’arrêt de l’exploitation.

En matière de sécurité et de santé, le rapport pointe les ‘’mauvaises statistiques’’  avec un doublement    des accidents de travail avec arrêt de travail  qui passe à 9 en 2019 contre 4  en 2018.

En outre  il est noté une augmentation de la dose maximale d’exposition à la radiation entre 2018 et 2018, ‘’même si la dose moyenne est stable’’.

Depuis le début des années 1970, deux filiales de la multinationale française ORANA exploitaient l’uranium dans le Nord du Niger et le méga projet d’Imouraren dans la même zone  a été gelé en raison de la chute du cours de l’uranium, justifie-t-on.

En juillet 2019, le Niger et le groupe canadien GoviEX ont lancé un complexe industriel à Madéwela (Nord) pour l’exploitation d’uranium.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here