Projet Filets Sociaux Adaptatifs II : « le second cycle 2022-2023 , 60 681 ménages seront touchés » annonce Moussa Bouda Coordonnateur National

0
3314

 C’est avec détermination et engagement que le Projet Filets Sociaux Adaptatifs II « Wadata Talaka » entame le second cycle de sa mise en œuvre pour la période 2022-2023 et touchera 60 681 ménages après une première phase mise en œuvre avec succès de 2011 à 2019. Un an, c’est peut-être une courte période pour un projet diriez-vous.

Mais c’est la durée d’un cycle a l’issue duquel plus de 20 milliards de F CFA ont été distribués aux ménages vulnérables sous forme de transferts monétaires inconditionnels ; de rémunération contre travail et autres mesures d’accompagnement qui sont aussi importantes que les appuis financiers. Et c’est au prix d’abnégation et d’efforts soutenus de chacun de nous que le projet est parvenu a de tels résultats. Aujourd’hui des milliers de ménages bénéficiaires s’en félicitent.

Ces résultats viennent s’ajouter a ceux engrangés lors des phases antérieures depuis 2011, date de mise en œuvre du Programme Filets Sociaux Adaptatifs (PFSA) par le Gouvernement avec l’appui financier de la Banque Mondiale sous la tutelle de la Cellule Filets Sociaux (CFS) qui est une des trois cellules opérationnelles du Dispositif National de Prévention et de Gestion de Crises Alimentaires (DNPGCA) rat[1]taché au Cabinet du Premier Ministre.

Un cycle vient de se terminer mais pas le renforcement de la résilience des ménages vulnérables à faire face à l’insécurité alimentaire et aux autres chocs naturels. En effet de nombreux défis seront au rendez-vous, notamment ceux liés à la sélection des villages bénéficiaires du second cycle des transferts monétaires pour la résilience.

Mais confiants dans l’équité, l’objectivité, la participation et la transparence de ses procédures qui ont présidé à la conduite de ces échanges, le PFSA II « Wadata Talaka » n’a pas dérogé à la règle cette fois encore. Les ateliers de ciblage ont été inclusifs, les procédures respectées à la grande satisfaction de tous.

C’est le lieu de saluer le sérieux, le calme et la sérénité avec lesquels les participants (Députés nationaux, Préfets, Maires communaux ou leurs représentants, conseillers municipaux, chefs des cantons et groupements ou leurs représentants, chefs de tribus et villages administratifs, représentants des ONG et Projet partenaires intervenant dans la commune, Services Techniques départementaux (Développement communautaire, Promotion de la femme et Protection de l’enfant et le service de l’agriculture), services techniques communaux) ont participé aux débats.

C’est le lieu également de saluer les populations vulnérables pour leur patience, leur dignité et leur indulgence car l’appui du financier du Projet ne peut pas aller partout et en même temps.

Avant de terminer, le PFSA II « Wadata Talaka » remercie particulièrement le Cabinet du Premier Ministre dont les appuis conseils et les encouragements n’ont jamais fait défaut. Nous remercions également nos partenaires nationaux dont les Ministères techniques (Plan, Emploi et Protection sociale, Développement communautaire, etc), la Cellule Filets Sociaux, le DNPGCA.

Nos remerciements vont aussi à l’endroit des PTF, dont la Banque Mondiale pour leur engagement pour protéger les populations vulnérables.

Le PFSA II « Wadata Talaka » : Faits & Chiffres

– Transferts monétaires pour la résilience qui couvre 120 000 ménages chroniquement vulnérables. Les transferts monétaires sont fournis sous forme de paiements mensuels de 15 000 FCFA pendant 24 mois. Ils sont accompagnés de mesures de renforcement du capital humain et d’inclusion productive pour les bénéficiaires. Ces mesures comprennent, par exemple, des formations sur le développement de la petite enfance, la création d’associations villageoises d’épargne et de crédit, des formations sur les compétences commerciales et l’octroi de subventions pour le développement d’activités génératrices de revenus.

– Transferts monétaires en réponse aux chocs qui couvrent 436 500 ménages dont 400 000 ménages en réponse aux conséquences économiques de la COVID-19, 13 500 ménages dans le cadre de la réponse aux inondations et 23 000 ménages en réponse à la sècheresse.

– Des activités d’argent contre travail (CFW) pour les ménages pauvres et vulnérables dans les régions qui sont ou ont été particulièrement touchées par les chocs climatiques. Il est prévu de fournir ces activités à quelque 66 000 bénéficiaires, chacun recevant une rémunération quotidienne de 1300 FCFA pendant 60 jours par an, à raison d’un paiement toutes les deux semaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here