Boko Haram: Issoufou sollicite le Tchad

0
1631
Fanmilitaires2121
Image au Centre

Image au Centre
Image au Centre

Fanmilitaires2121
Après l’attaque meurtrière de Boko Haram contre la ville de Bosso, le président nigérien Mahamadou Issoufou était ce mardi 7 juin à Ndjamena, où il s’est entretenu avec son homologue tchadien Idriss Déby. Objectif : coordonner leurs efforts pour faire face à la menace terroriste.

Le tête-à-tête entre Idriss Déby et le président nigérien a duré plus d’une heure. L’objectif de la rencontre était de répondre en urgence à la menace Boko Haram à la frontière sud-est du Niger. « Vous vous doutez bien que ma présence ici à un rapport avec la situation sécuritaire dans le Bassin du lac Tchad, a déclaré Mahamadou Issoufou. Boko Haram est en train de porter un tort extrêmement important non seulement aux populations, mais à notre religion. Parce que c’est au nom de l’islam que Boko Haram sème la terreur. »

Après le tête-à-tête, le commandant de la force mixte des pays riverains du lac Tchad a été invité à se joindre aux chefs d’Etat pour décider de la conduite à tenir. Mais en attendant, le Tchad et le Niger ont décidé d’agir. « Puisque Boko Haram agit avec ses moyens, nous allons agir avec nos moyens. Et nous serons en mesure, je pense, de protéger au moins nos populations », a annoncé Idriss Déby.

Il faudra donc s’attendre à un retour de l’armée tchadienne sur le territoire nigérien sous peu.

Après l’attaque meurtrière de Boko Haram contre la ville de Bosso, le président nigérien Mahamadou Issoufou était ce mardi 7 juin à Ndjamena, où il s’est entretenu avec son homologue tchadien Idriss Déby. Objectif : coordonner leurs efforts pour faire face à la menace terroriste.

Le tête-à-tête entre Idriss Déby et le président nigérien a duré plus d’une heure. L’objectif de la rencontre était de répondre en urgence à la menace Boko Haram à la frontière sud-est du Niger. « Vous vous doutez bien que ma présence ici à un rapport avec la situation sécuritaire dans le Bassin du lac Tchad, a déclaré Mahamadou Issoufou. Boko Haram est en train de porter un tort extrêmement important non seulement aux populations, mais à notre religion. Parce que c’est au nom de l’islam que Boko Haram sème la terreur. »

Après le tête-à-tête, le commandant de la force mixte des pays riverains du lac Tchad a été invité à se joindre aux chefs d’Etat pour décider de la conduite à tenir. Mais en attendant, le Tchad et le Niger ont décidé d’agir. « Puisque Boko Haram agit avec ses moyens, nous allons agir avec nos moyens. Et nous serons en mesure, je pense, de protéger au moins nos populations », a annoncé Idriss Déby.

Il faudra donc s’attendre à un retour de l’armée tchadienne sur le territoire nigérien sous peu.

Image au Centre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here