Niger: un prisonnier politique libéré

0
409

Ali Téra, disposant d’une nationalité authentique nigerienne est connu pour etre un opposant farouche au regime du Président sortant Issoufou Mahamadou. Avec ses informateurs  fiables, l’homme ne manque aucune occasion pour reveler au grand public et ce  depuis les Etats Unis ou plus à Greensboro ou « petit Niamey » les frasques du regime.

Il denonce dans un style à lui , lesdetournements de deniers publics, la concussion  et la prevarication du regime PNDS. Il ne manque d’appeler les nigeriens à se revolter pour se liberer de la gouvernance anti democatique du Président Issoufou et de son clan, à appeler les citoyens à une prise de conscience face la détérioration de la situation sécuritaire; le détournement des fonds du Ministère de la défense à travers des contrats fictifs.

Inquiet de ces sorties médiatiques à travers les réseaux sociaux  et suivi par des milliers de fans, le gouvernement mit en branle une batterie de complots  avec la complicité des diplomates nigeriens et americains soucieux d’obtenir l’installation de leur base militaire au Niger et ce au détriment des droits humains et de la liberté d’expression pour le le faire arrêter et extrader dans les géôles de la prison de Koutoukalé depuis avril 2017.

Venant ainsi grossir la longue liste des prisonniers politiques du President Issoufou Mahamadou  qui compte à son actif pres de 500 prisonniers politiques repartis dans les diffèrentes prisons du pays avant de passer la  main au Président actuel à l’issue d’une presidentielle contestée jusqu’ à date par l’opposition.

Marié et père de deux enfants (dont une adolescente de 17 ans), Ali Marounfa dit Ali Tera a été en juin 2017 aux USA puis extradé au Niger où il a passé deux ans et demi de prison avant de recouvrer aujourd’hui la liberté.

Tout de jaune vetu, on le voit sur les réseaux sociaux en compagnie de son avocat Maitre Mossi Boubacar. Une libèration devenue virale sur la toile ou plusieurs internautes se rejouissent. D’après ses partisans la place de Ali Téra n’est pas la prison. Ce sont disent les acteurs du regime en place connus pour des faits de detournement de deniers publics qui doivent etre arretés et non un lanceur d’alerte attaché à la democratie et progrès de son pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here