Nouvelle-Zélande : au moins 49 morts dans une attaque contre deux mosquées

0
220

« Les décès, pour ce que nous en savons, sont survenus dans deux endroits, une mosquée sur Deans Avenue et une autre mosquée sur Linwood Avenue », a déclaré le commissaire Mike Bush.

Un premier bilan fait état d’au moins 49 morts et 20 blessés. 10 étaient à la mosquée Linwood, et 30 à la mosquée sur Deans Avenue. Le Canterbury District Health Board a fait savoir que 48 personnes blessées ont été admises à l’hôpital.

Au moment de la fusillade, la mosquée Masjid alNoor, sur l’avenue Deans, était remplie de fidèles, dont les membres de l’équipe nationale de cricket du Bangladesh. Ceux-ci sont ressortis indemnes.

Plusieurs assaillants, dont un Australien

Plusieurs personnes, trois hommes et une femme, ont été interpellées. Un homme a été inculpé pour meurtre et la Première ministre a confirmé que l’une des personnes interpellées n’était pas liée à l’attaque, puis la police a précisé qu’elle ne recherchait plus d’autres suspects. Un tireur qui a tué plusieurs personnes est un extrémiste de droite australien, a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison. Un « terroriste extrémiste de droite, violent », a-t-il déclaré, sans donner plus de précisions. La Première ministre Jacinda Ardern a indiqué pour sa part que les assaillants de Christchurch n’étaient pas sous surveillance.

La police a également confirmé que des vidéos des fusillades circulaient en ligne. Un tireur, un homme blanc, aurait lui-même diffusé en direct ses attaques. Jacinda Ardern appelle à ne pas « partager ou propager ce message de haine » en diffusant les images filmées par le tireur. Les autorités travaillent actuellement à « les retirer » des réseaux sociaux où elles ont été publiées et partagées.

Le niveau d'alerte relevé à "élevé"

La Nouvelle-Zélande a relèvé à « élevé » son niveau d’alerte à la sécurité.Un large périmètre de Christchurch avait été bouclé par les forces de l’ordre avant d’être levé quelques heures plus tard. La police demande aux fidèles d’éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande ».

Le commissaire Bush a expliqué que toutes les écoles de la ville avaient été bouclées. « La police appelle tous ceux qui sont présents dans le centre de Christchurch à ne pas descendre dans la rue et à signaler tout comportement suspect ». Des bâtiments publics comme la bibliothèque centrale étaient aussi fermés. La municipalité a ouvert une ligne de téléphone d’urgence pour les parents inquiets du sort de leurs enfants, qui participaient à une marche contre le changement climatique non loin de là.

Une attaque "sans précédent" en Nouvelle-Zélande

« Clairement, ce qu’il s’est passé est un acte de violence extraordinaire et sans précédent », a déclaré la Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern. « Nombre de ceux qui ont été directement touchés par cette fusillade pourraient être des migrants, ce pourrait même être des réfugiés », a-t-elle ajouté. « Ils ont choisi de faire de la Nouvelle-Zélande leur pays, et c’est leur pays. Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence contre nous ne l’est pas ».

« Il faudra du temps pour guérir et ce soir, nos pensées et nos prières doivent être avec les personnes affectées », a-t-elle déclaré dans une autre prise de parole avant d’ajouter : « cela ne peut être décrit que comme une attaque terroriste. » « On dirait que le pire du monde a atteint nos côtes, nous serons plus jamais les mêmes », a déclaré le vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Winston Peters. L’équipe de rugby national a publié un message de soutien aux victimes et à leurs proches.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here