Pourquoi mangeons-nous trop épicé ?

0
443

La nourriture épicée est-elle un plaisir masochiste ? Pourquoi alors accepte-t-on de souffrir lorsque l’on consomme des aliments épicés ?

L’année dernière, les médecins d’une salle d’urgence d’un hôpital américain ont pris en charge un homme souffrant de maux de tête intenses, de douleurs au cou, de nausées et de convulsions.

Après avoir effectué plusieurs examens, fait un test d’urine et pris sa tension, les médecins sont arrivés à la conclusion qu’il n’avait pas été empoisonné et ne souffrait d’aucune pathologie mystérieuse, il avait juste mangé l’un des piments les plus épicés au monde.

L’homme de 34 ans avait, lors d’un concours de piment, décidé de manger le fameux « Carolina Reaper », le piment le plus fort au monde répertorié de 2013 à 2017 sur l' »échelle de Scoville ». L’échelle de Scoville est une échelle de mesure de la force des piments inventée en 1912 par le pharmacologue Wilbur Scoville.Copyright de l’image PuckerButt Pepper Company Image caption Le fameux « Carolina Reaper » est le piment le plus fort au monde répertorié de 2013 à 2017

Des millions, si ce n’est des milliards de personnes dans le monde consomment régulièrement des aliments épicés qui peuvent provoquer une sensation de brûlure sur la langue ou nous donner des maux d’estomac, ou pire. Pourquoi ?

C’est une histoire d’amour qui existe depuis des milliers d’années et qui ne montre aucun signe de ralentissement. La production mondiale de piments verts est passée de 27 à 37 millions de tonnes entre 2007 et 2018.

Certains pays ont un appétit beaucoup plus grand pour la brûlure que d’autres.

En Afrique, rares sont les plats qui ne sont pas accompagnés de piment. Les Africains, aux quatre coins du continent, sont friands de nourriture épicée. Mais ils ne sont pas les seuls.

En Turquie, les gens en mangent en moyenne 86,5 grammes par jour, le taux plus élevé au monde, loin devant le Mexique, deuxième (50,95 grammes), célèbre pour sa nourriture épicée.

Alors pourquoi aimons-nous autant les mets épicés ?

C’est en partie lié à notre désir de recherche de sensations fortes et une lutte constante contre un processus d’évolution naturel. Les piments les plus forts sont généralement classés sur la base de leur teneur en « capsaïcine », une des nombreuses molécules responsables du facteur piquant.

Les scientifiques savent qu’au fil du temps, les plantes ont acquis une saveur de plus en plus piquante pour empêcher les mammifères et les insectes de les manger. Chez les humains en revanche, c’est précisément son piquant qui en fait une denrée si recherchée. Mais pourquoi ?

Propriétés antifongiques et antibactériennes

Le piment est connu depuis longtemps pour ses propriétés et antifongiques, antibactériennes.

« Tout ce que nous faisons avec les aliments – sécher, cuisiner, fumer, saler ou ajouter des épices – est une tentative pour nous empêcher d’être empoisonnés par nos concurrents microscopiques », explique le biologiste de l’Université Cornell, Paul W. Sherman. Copyright de l’image Getty Images Image caption Est-ce que notre amour pour les piments a commencé pour nous protéger des intoxications alimentaires ?

La cuisine épicée se serait donc développée en raison de sa capacité à tuer les bactéries et champignons qui dégradent les aliments sous les climats chauds.

Des pays comme la Thaïlande, les Philippines, l’Inde et la Malaisie sont en tête du classement des aliments à usage d’épices, tandis que la Suède, la Finlande et la Norvège sont en bas.

L’anthropologue alimentaire Kaori O’Connor ajoute un autre indice.

Elle explique que, tout comme la canne à sucre et les pommes de terre, les piments sont des aliments qui, pendant des siècles, étaient inconnus en Europe. Mais après que les explorateurs européens ont atteint les Amériques et commencé à ouvrir des routes commerciales, ils se sont répandus dans le monde entier.

« Ils (les piments) ont été répandus par des explorateurs européens », explique O’Connor.

Leur saveur surprenante a été rapidement adoptée dans les cuisines du monde entier, y compris celles de l’Inde, de la Chine et de la Thaïlande.

« Nous devons imaginer que la nourriture en Europe était vraiment fade. Mais les piments amélioreraient bientôt la saveur, dans un processus similaire à l’arrivée du sucre. » Cependant, il existe une théorie concurrente pour expliquer notre amour pour les piments : notre relation avec la nourriture épicée est le résultat de ce que l’on appelle le « risque contraint ».

Cela suggère que nous avons commencé à manger des piments en raison de la même impulsion de recherche de sensations fortes qui nous fait aujourd’hui monter sur des montagnes russes ou faire du parachutisme ou regarder des films d’horreur effrayants. La science cherche également à comprendre pourquoi certaines personnes aiment les piments extrêmement piquants.

La scientifique alimentaire Nadia Byrnes a exploré la possibilité que le genre joue également un rôle dans la consommation d’aliments épicés.

Elle a constaté que les hommes ont tendance à être plus motivés par des facteurs externes tels que l’impression qu’ils donnent aux autres en choisissant des piments plus puissants, tandis que les femmes sont plus intéressées par la sensation de chaleur et de douleur.Copyright de l’image Getty Images Image caption Les Africains aux quatre coins du continent sont friands de nourriture épicée. Rares sont les plats qui ne sont pas accompagnés de piment.

« Au Mexique, par exemple, la consommation de piment est liée à la force, à l’audace et aux traits de personnalité masculins », a observé Byrnes.

Une chose semble certaine, que vous choisissiez des piments parce que vous êtes amateur de sensations fortes ou que vous préfériez tout simplement les plats relevés, avec de plus en plus de piments cultivés et des saveurs de plus en plus piquantes, nous ne serons jamais à court d’un repas épicé.

Le piment est une épice incontournable dans la cuisine africaine qui permet de parfumer les sauces et autres plats mijotés. En sauce, il est souvent conservé entier pendant la cuisson. En purée, il sert d’accompagnement aux sauces, viandes et poissons.

Fernando Duarte BBC World Service

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here