France : Louis XIV, le roi négrier

0
2528
Image au Centre

ll n’est pas Camerounais, mais la vie des Camerounais et des Africains, le mode de pensée a été entièrement influencé par lui, si ce n’est qu’il est insidieusement devenu le directeur de conscience d’une classe africaine.

Image au Centre
Image au Centre

De plus, l’un des signes de réussite en Afrique et au Cameroun, c’est de construire une maison à son exemple ou de l’équiper avec des meubles à sa mémoire, il s’agit de Louis XIV, roi de France pendant 72 ans, du 14 mai 1643 au 1er septembre 1715.

À la mort de son père, Louis de Bourbon, qui prendra plus tard les surnoms de Louis-Dieudonné, Louis Le Grand et le Roi Soleil, devient roi à 4 ans et demi, sous le nom de Louis XIV. Dans son enfance, Louis XIV échappe à plusieurs reprises à la mort. À 5 ans, il manque de se noyer dans un des bassins du jardin du Palais-Royal et est sauvé in extremis.

 À 9 ans, le 10 novembre 1647, il est atteint de la variole. Dix jours plus tard, les médecins n’ont plus aucun espoir, mais le jeune Louis se remet « miraculeusement ». À 15 ans, il a une tumeur au sein.

À 17 ans, il souffre de blennorragie. L’alerte la plus sérieuse pour le Royaume a lieu le 30 juin 1658 : le roi, à 19 ans, est victime d’une grave intoxication alimentaire (à cause de l’infection des eaux) et de fièvre typhoïde, diagnostiquée comme un typhus exanthématique.

 9 jours plus tard, le 8 juillet, il reçoit les derniers sacrements et la cour commence à préparer la succession. Mais François Guénaut, le médecin d’Anne d’Autriche, lui donne un émétique à base d’antimoine et de vin, qui guérit encore une fois « miraculeusement » le roi.

Selon son secrétaire Toussaint Rose, c’est à cette occasion qu’il perd une bonne partie de ses cheveux et se met à porter temporairement la « perruque à fenêtre », dont les ouvertures laissent passer les quelques mèches qui lui restent.

Négrier

Ce qui nous intéresse sur la longue histoire de Louis XIV, ce sont ses activités de vendeur des hommes en Afrique. En 1659, un premier comptoir français, nommé « Saint-Louis » en son hommage, est installé sur l’île de Ndar au Sénégal.

À la suite de l’échec de la Compagnie des Indes occidentales, le pays est cédé à la Compagnie du Sénégal en 1673 pour transférer des esclaves noirs aux Antilles. Le roi fournit une grande part des capitaux pour assurer la traite négrière, prêtant également des vaisseaux de guerre et des soldats.

 Des possessions sont arrachées au Hollandais, comme Gorée en 1677 par le vice-amiral Jean d’Estrées, et des traités sont établis avec les rois locaux. Selon l’historien Tidiane Diakité, Louis XIV serait de tous les rois de France et de l’Europe le seul à s’être autant intéressé à l’Afrique : il est celui qui eut la correspondance la plus fournie avec des rois d’Afrique, celui qui dépêcha auprès d’eux le plus d’émissaires et chargés de mission, et il reçut des Africains à la cour.

Certains fils de rois noirs furent élevés à Versailles, baptisés par les soins du roi qui caressait l’espoir d’une évangélisation de l’Afrique ; il favorisa l’envoi de missionnaires, son objectif d’évangélisation étant d’ailleurs associé à celui du développement du commerce avec l’Afrique.

En effet, son père Louis XIII, roi très croyant, était opposé à la mise en esclavage des Africains et, malgré l’intervention pressante de ses confesseurs, jusque sur son lit de mort, ne consentit jamais à une légalisation de la traite négrière. Mais après l’avènement de Louis XIV en 1643, et la prise en charge effective par ce dernier du pouvoir en 1661, qui correspond au développement de l’économie sucrière, les choses vont prendre une tout autre tournure.

Le signe d’aisance aussi chez les Africains, c’est d’avoir les fauteuils Louis XIV dans leurs salons, pour se sentir important. En résumé, Les Africains construisent ainsi des maisons à l’image d’un château qui devait être plutôt considéré comme le cimetière de leurs ancêtres, et les équiper avec des meubles portant le nom du plus grand négrier de l’histoire, Louis XIV.

Voulant développer le commerce du sucre et l’esclavage, Louis XIV décide de passer à la vitesse supérieure. Il supprime en 1671 le monopole de la traite, ce qui donne aux armateurs des grands ports la possibilité d’envoyer des bateaux en Afrique et d’amorcer ainsi ce qu’on appellera le commerce triangulaire. Départ de bateaux depuis Bordeaux, Nantes et la Rochelle, chargés de marchandises de qualité médiocre (fusils « de traite », munitions, alcool, verroterie) destinées à payer les intermédiaires préposés à la fourniture d’esclaves et à l’approvisionnement du bateau pour poursuivre le voyage.

Embarquement d’esclaves razziés par des sous-traitants locaux (travaillant pour le compte, sous la protection et sous l’autorité d’Européens), débarquement aux Antilles des esclaves échangés contre des barils de sucre de canne et du ravitaillement pour le retour.

Retour au port d’attache et vente du produit final avec, parfois, 300 % de bénéfice net, une fois l’équipage rémunéré et les équipements spéciaux de l’expédition  payés. Ce commerce fut florissant pour le Roi Soleil, qui voyait grand son royaume.

Il emménage au château de Versailles en 1682, après plus de vingt ans de travaux, financé essentiellement par l’argent de l’esclavage. Paris lui doit aussi le pont Royal financé sur ses propres deniers, l’Observatoire, les Champs-Élysées, les Invalides, la place Vendôme entre autres.

Pour dire le moins, le château de Versailles, sur lequel les Africains veulent modeler leurs constructions, a été financé par le sang des Noirs embarqués sur les bords de mer africaines, pour travailler comme des esclaves dans les champs des cannes à sucre aux Antilles et en Guadeloupe, appartenant au Roi de France à travers diverses compagnies, comme la Compagnie des Indes occidentales.

Le signe d’aisance aussi chez les Africains, c’est d’avoir les fauteuils Louis XIV dans leurs salons, pour se sentir important. En résumé, Les Africains construisent ainsi des maisons à l’image d’un château qui devait être plutôt considéré comme le cimetière de leurs ancêtres, et les équiper avec des meubles portant le nom du plus grand négrier de l’histoire, Louis XIV.

Ecrit par Roland TSAPI

Image au Centre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
Please enter your name here